LA MARINE RUSSE BIENTOT DOTEE DU PREMIER SOUS-MARIN NUCLEAIRE DE 4ème GENERATION. POUR LA PREMIERE FOIS, IL SERA DOTE DE MISSILES DE CROISIERES A DECOLLAGE VERTICAL.

Publié le par Tourtaux

Un nouveau sous-marin russe équipé de missiles de croisière
13:59 27/06/2014
Oleg Nekhaï, La Voix de la Russie – RIA Novosti

 

 

La marine russe sera prochainement dotée du premier sous-marin nucléaire de 4e génération du projet Iassen, construit à Severodvinsk. Il aura pour la première fois comme armement principal des missiles de croisière à décollage vertical.

Huit SNLE des classes Iassen et Iassen-M dotés de missiles de croisière seront construits d’ici 2020 par l’entreprise Sevmash dans le cadre du programme national d’armements. A la différence des SNLE du projet Boreï, ceux du projet Iassen ne portent pas de missiles balistiques. Il s’agit d’une nouvelle classe de sous-marins dont le prototype occidental est le Seewolf. Les Iassen ont d’autres missions que les Boreï qui font partie de la triade nucléaire des forces stratégiques russes, fait remarquer Konstantin Sivkov, président de l’Académie russe des problèmes géopolitiques :

« Les Boreï sont porteurs de missiles balistiques intercontinentaux dotés d’ogives nucléaires. Ils ont pour mission de porter des frappes contre le territoire de l’adversaire et ne seront utilisés qu’en cas de guerre nucléaire. Par contre les SNLE Iassen peuvent servir à la fois dans les guerres de grande envergure et les conflits locaux. »

Ils disposent d’une panoplie d’armements, dont des lance-torpilles permettant de détruite les sous-marins et bâtiments de surface de tous types et des batteries de missiles Oniks, d'un rayon d’action de 300 km, capables, de frapper à grande distance les groupes aéronavals et.

© RIA Novosti.

Le sous-marin de classe Severodvinsk peut effectuer la plus grande partie des missions dévolues à la marine nationale. Il s’agit notamment des frappes contre les sites de surface, les groupes protégés de bâtiments de surface, les convois et la lutte anti-sous-marine. Le SNLE a l’avantage d’être multifonctionnel et sera affecté à la Flotte du Nord.

« Ce SNLE opère dans la zone océanique d’où proviennent les principales menaces pour la Russie. Les États-Unis ont été et restent notre adversaire en puissance et les propos sur notre partenariat ne sont qu’un rideau de fumée destiné à masquer ce fait. Par conséquent, nos forces doivent patrouiller dans les zones à partir desquelles ils peuvent nous menacer, à savoir l’Atlantique et le Pacifique », explique Konstantin Sivkov.

La Voix de la Russie

 

Publié dans Russie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article