LA NORVEGE BOYCOTTE DEUX ENTREPRISES ISRAELIENNES POUR LEUR IMPLICATION DANS LA COLONISATION DE JERUSALEM. LE BOYCOTT DIVISE LE GOUVERNEMENT ISRAELIEN

Publié le par Tourtaux

La Norvège bannit deux entreprises israéliennes pour leur implication dans la colonisation à al-Qods occupée (Jérusalem).

Le ministère norvégien des Finances a annoncé jeudi que le fonds souverain du pays, le plus grand du monde, bannissait deux entreprises israéliennes ayant pris part à la construction de logements dans la partie Est d'al-Qods occupée (Jérusalem-Est).

Africa Israel Investments et Danya Cerbus, deux sociétés israéliennes qui sont impliquées dansColonisation: La Norvège boycotte deux entreprises israéliennes les construction à al-Qods occupée seront soumises à cette interdiction pendant trois ans. Les deux entreprises étaient déjà sous le coup d'un bannissement de ce même fond qui avait expiré en août 2013.

Le conseil norvégien de l'éthique a informé le ministère des Finances que les entreprises en question avaient «contribué à de graves violations des droits individuels en prenant part à la construction d'implantations à Jérusalem-Est, dont l'annexion par Israël n'est pas reconnue par la communauté internationale». Le ministère des Finances a déclaré qu'il allait suivre les recommandation du Conseil.

Plus tôt ce mois-ci, un grand fonds de pension des Pays-Bas avait retiré ses investissements de cinq banques israéliennes en raison de leur implication dans le financement de la construction des logements dans les implantations de la Cisjordanie occupée.

Le boycott divise le gouvernement israélien

Les différents ministères israéliens sont très divisés sur la façon de gérer les menaces, de plus en plus nombreuses, de boycott et de sanctions contre «Israël» et ses implantations.
De hauts fonctionnaires font état de profondes divisions au sein des ministères sur l'ampleur et la gravité même de cette menace. Ces divisions seraient dues, selon eux, à un manque d'informations sur les instigateurs de ces boycotts et à une insuffisance de fonds.
Alors que le ministre des Affaires stratégiques, Yuval Steinitz, préconise la mise en place d'une vaste campagne de «contre-attaque» médiatique, Avigdor Lieberman, le ministre des Affaires étrangères affirme que ce serait «jouer le jeu de ces militants et desservirait la cause israélienne».
Pour sa campagne de contre-attaque médiatique, Steinitz réclame 100 millions de Shekels (environ 25 millions d'euros). Le ministre des Affaires stratégiques affirme que cette campagne «de délégitimisation d'Israël est grave car elle prend de l'ampleur, et qu'il faut mettre en place une campagne publique agressive pour l'enrayer». Les diplomates du ministère des Affaires étrangères pensent, quant à eux, que Steinitz exagère la menace.

Une réunion concernant la stratégie gouvernementale à adopter face aux menaces de boycott était prévue pour mercredi dernier au bureau du Premier ministre, mais en raison de la crise Netanyahou-Bennett, cette réunion a été repoussée à la semaine prochaine.

Source : i24 et rédaction

31-01-2014 | 15:27

 

Publié dans Israël

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article