LE CAPITALISME EUROPEEN ETEND SON EMPRISE SUR LES PEUPLES EN ACCELERANT CES DECISIONS. IL A BESOIN D'ALLER PLUS LOIN ET PLUS VITE

Publié le par Tourtaux

Une réforme territoriale pour étendre

l’emprise du capitalisme européen

 

 

 

Dès le lendemain des élections le capitalisme européen accélère les décisions. Il  a besoin d’aller plus loin et plus vite. Il doit étendre son emprise sur les peuples, adapter toute la société à ses intérêts,  imposer une exploitation accrue pour la recherche du profit maximum, pour se placer dans la concurrence capitaliste mondiale effrénée.

C’est le but de cette réforme décidée par Hollande: adapter les structures de la France à l’Europe capitaliste. Le journal financier « Les Echos » a écrit : « Les Régions montent en puissance sur le plan économique et social… parce que c’est à ce niveau que se joue la compétition internationale.

Hollande annonce ses objectifs  dans sa tribune du 3 mai à la presse régionale :

« Demain ces grandes régions de taille européenne seront la seule collectivité compétente pour soutenir les entreprises. Elles auront en charge l’aménagement des grandes infrastructures.  Pour remplir leur rôle elles disposeront de moyens financiers propres et dynamiques. Elles  porteront les politiques de formation et d’emploi, pour intervenir en matière de transports, des trains régionaux aux bus en passant par les routes, les aéroports  et les ports. Elles géreront les lycées et les collèges ».  Parallèlement Les   intercommunalités jugés trop petites seront étendues.  Que la disparition des départements soit reportée n’est pour le pouvoir qu’une question tactique, elle se fera.

C’est clair, Ces régions avec de grandes métropoles (Paris, Lille, Marseille, Lyon, Toulouse, Bordeaux etc…) organiseront la mainmise capitaliste sur toutes les ressources publiques nationales, les services régionaux, l’enseignement, les instituts et laboratoires de recherche, la constitution d’ensembles publics- privés etc… Leur seul but : répondre aux exigences  des entreprises capitalistes, les placer dans la concurrence capitaliste internationale.  C’est l’accélération de la politique mise en œuvre par Hollande avec le « pacte  de responsabilité » : tout pour l’entreprise.

Cette réforme était déjà l’objectif affirmé au sommet européen de Lisbonne en 2002 par Chirac et Jospin ensemble. C’était aussi l’objet du rapport de la « commission Balladur » remis à Sarkozy le 5 mars 2009. Hollande poursuit et met en œuvre.

Dans les autres pays européens, les réformes territoriales sont aussi en cours pour adapter les pays aux exigences du capitalisme européen.

En Espagne, 750 entreprises publiques ont été fermées, les pouvoirs des communes ont été transférés aux régions, 340.000 emplois ont été supprimés.

En Italie, ils ont supprimé pour commencer 107 provinces (l’équivalent des départements français).

En Allemagne où existent depuis longtemps 16 landers, le pouvoir pousse à leur fusion

En Grande Bretagne, le budget des collectivités locales a été diminué de 30% en 5 ans, 500.000 emplois ont été supprimés.

Cette réforme n’a rien  à voir avec ce que voudrait faire croire Hollande : « …parce que les modes de vie ont effacé les limites administratives, parce que nous devons répondre aux inquiétudes des citoyens qui vivent à l’écart des centres les plus dynamiques qui redoutent d’être délaissés par l’Etat… »

Il affirme : « réformer les territoires pour réformer la France ». Oui,  pour mieux adapter toute la société française aux exigences actuelles du capitalisme.

Cette réforme est un  pas important vers l’éclatement de la nation française. La disparition des Etats nationaux était programmée avec la création de l’Europe capitaliste car ils sont un handicap à l’emprise capitaliste sur les peuples.

L’UMP et leurs alliés  Centristes de l’UDI sont tout à fait d’accord avec cette  réforme, qu’ils ont portée quand ils étaient au Pouvoir.

Le FN dans un communiqué de M. Le Pen,  ne dit pas un mot sur l’objectif politique de cette réforme qui est de renforcer l’emprise du capitalisme et l’exploitation du peuple. Et pour cause, le FN est lui aussi au service du capitalisme.

Le Front de Gauche estime que « l’aspect démocratique ne semble pas avoir été la priorité de l’Elysée ». Il se tait sur le fond.  

Seul Communistes dénonce le fond politique de cette réforme, dit Non à la casse de la Nation, non à cette nouvelle attaque  contre notre peuple

L’enjeu aujourd’hui c’est : Hollande comme Sarkozy hier va-t-il pouvoir continuer  l’offensive capitaliste contre le peuple ou parviendrons- nous à faire reculer le pouvoir et  les multinationales par la lutte tous ensemble contre le capitalisme.

Dans la campagne des récentes élections européennes, les candidats  de « Communistes » ont appelé à la lutte anticapitaliste sans ambiguïté. C’est pour cela que des milliers d’électeurs ont apportés leurs suffrages à nos listes.

Il est urgent de développer partout, tous ensemble, la lutte sans compromis contre le capital et ceux qui le servent.

Seule la lutte de classe anticapitaliste peut imposer des changements.

 

www.sitecommunistes.org

Publié dans Lutte des classes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article