LES FOUS DE GUERRE US EXIGENT DE LEURS SEMBLABLES DE L'UE DES SANCTIONS CONTRE L'UKRAINE

Publié le par Tourtaux

Aujourd'hui, 17:50

Les États-Unis veulent voir l’UE sanctionner Kiev
Les États-Unis veulent voir l’UE sanctionner Kiev

Par La Voix de la Russie | Washington a exigé de l’Union européenne d’imposer sans tarder des sanctions à l'encontre du gouvernement de Viktor Ianoukovitch. Le département d’État des États-Unis a déclaré qu’il annulerait les visas aux autorités ukrainiennes qui seraient impliquées dans les « répressions » sur Maïdan en novembre et en décembre. Bruxelles n’est pas encore prêt à suivre les États-Unis en prenant des mesures répressives par rapport aux autorités ukrainiennes. Car malgré le soutien dont jouit le « triumvirat » de l’opposition ukrainienne, il n’inspire pas confiance au Vieux Continent.

« Nous recevons tous les jours des appels téléphoniques du département d’État des États-Unis qui exige que nous leur disions ce que nous avons l’intention de faire », a déclaré le journal bruxellois EU Observer, citant un diplomate hautement placé à l’UE. Les Américains comprennent très bien que leurs sanctions ne sont que du bluff, car aussi bien les oligarques que les autorités ukrainiennes préfèrent ne pas effectuer de dépôts financiers aux États-Unis, mais bien en Europe. Toujours selon ce diplomate, il n’y a que la Lituanie qui soutient les mesures répressives. Le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier a déclaré que l’UE n’est pas prête à imposer des sanctions à l’Ukraine dans un avenir proche.

De plus, selon les médias, les pays européens qui ne font pas partie de l’UE se sont activement penchés sur la question de la coopération et du règlement du conflit entre l’opposition et le gouvernement ukrainiens. Selon le ministre suisse des Affaires étrangères Didier Burkhalter, ceci pourrait être effectué par l’intermédiaire de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) qui peut proposer des mécanismes pour aider à régler le conflit.

Mais l’Ukraine sera-t-elle d’accord avec cette mesure ? De nombreux experts russes estiment que cette coopération ne fera que légaliser les forces les plus radicales et consolidera ceux qui souhaitent le renversement du gouvernement.

« La situation actuelle en Ukraine montre que les leaders de l’opposition sont les mêmes protagonistes que ceux qui lancent des pierres et des cocktails Molotov dans le centre de Kiev. À la lumière de certaines déclarations du département d’État des États-Unis et des représentants des pays de l’Europe occidentale, il devient tout à fait évident que cette opposition est alimentée et peut-être même dirigée par les forces d’Europe occidentale et des États-Unis qui n’ont pas excusé à Viktor Ianoukovitch son refus de signer l’accord d’association avec l’UE », estime Vladimir Zharikhine, directeur adjoint de l’Institut russe des pays de la CEI.

Le coup d’État en Ukraine qui s’est prolongé est passé au stade avancé, étant donné qu’une guerre civile est en train de naître.

« Il n’est pas possible de s’arranger avec les fascistes ou les nationalistes. En sentant leur force, ils considèrent votre flexibilité, votre politesse et votre tolérance comme un signe de faiblesse. Ces personnes n’ont pas besoin de négociations », a annoncé Vladimir Satchko, rédacteur en chef du journal Kievski telegraf (Télégraphe de Kiev).

Selon Oleg Bondarenko, politologue ukrainien connu, ce sont des personnes bien préparées, amenées à Kiev des régions ukrainiennes occidentales, qui participent aux troubles. Ils sortent d’une école de préparation spéciale et, comme nous pouvons le voir aujourd’hui, nous ne pouvons pas les considérer comme des « manifestants ». Ce sont, en effet, tout simplement des rebelles.

« Lorsque nous disons qu’ils étaient préparés à l’étranger, il s’agit en fait des pays européens. Surtout les pays baltes et la Pologne », estime-t-il.

Štefan Füle, Commissaire européen chargé de l’élargissement et de la politique européenne de voisinage, se rendra en Ukraine le 24 janvier. Il estime nécessaire de rencontrer les représentants de l’opposition et du gouvernement ukrainiens. Une rencontre avec Viktor Ianoukovitch n’est toutefois pas prévue et pour le moment, il est difficile à dire quel est le but de la visite de Füle à Kiev. Les efforts d’intermédiaire pour régler les conflits en dehors de l’UE n’ont jamais fait partie de ses fonctions. Tout cela entre uniquement dans les compétences de l’appareil de la commissaire en charge de la diplomatie européenne Catherine Ashton.

À la veille de son voyage en Ukraine, Füle a posté sur Twitter qu’il était choqué par les nouvelles lois ukrainiennes. Il n’est toutefois pas très évident de savoir ce qui l’a si choqué exactement. Dans la plupart des pays européens, dont la République tchèque (Füle est Tchèque), les lois sont semblables à celles ukrainiennes. D’ailleurs, depuis l’année dernière, une loi a été votée au Canada qui prévoit une condamnation allant jusqu’à 10 ans de prison pour un manifestant qui a dissimulé son visage derrière un masque. Cependant, Ottawa n’est sujette à aucune sanction.      

Publié dans USA

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T
Pour l'Ukraine, la Russie n'a pas intérêt à laisser la situation s'envenimer car, si par malheur, l'Ukraine venait à tomber au profit des nazis qui veulent renverser le gouvernement, ce serait au<br /> tour de la Russie qui est consciente du risque encouru. La Russie engagera le combat pour défendre sa souveraineté.
Répondre
T
C'est aussi mon avis et je crains qu'Obama ne cherche des crosses aux américains de l'ex-jardin US. Ce dangereux psychopathe aurait l'intention de recoloniser cette Amérique qui lui fait des<br /> infidélités
Répondre
T
Josiane Boureaux : Après la Syrie l'Ukraine!!!!!!
Répondre