LES PROFS, PAS MORTS !

Publié le par Tourtaux

Mercredi 21 septembre 2011

 

 

Nos politiciens ne cessent de vouloir nous comparer à nos homologues européens, en argumentant que telle loi est bien plus stricte chez nos voisins que dans notre chère France, qu’il faudrait presque que nous les remercions des grâces qu’ils daignent nous accorder. Oui, nous devons comprendre que la crise affecte tout le monde et, en tant que citoyens européens disciplinés, nous devons tous unir nos forces pour que notre économie, la seule évidemment qui vaille le coup sur notre planète, puisse se relever. S’unir donc tous, dans la dette, le sacrifice, l’exploitation, la soumission et la bêtise.

Bien, il va falloir que ceux qui ont le privilège de nous représenter apprennent qu’ils ne sont pas seuls à se concerter dans des G8 et autres réunions de sommets qui, outre qu’elles ne servent à rien, car aucun consensus n’est trouvé ou bien respecté, coûtent des millions aux humbles contribuables et non contribuables d’ailleurs, qui doivent comprendre qu’il n’y a pas d’argent dans les caisses de l’Etat.

 

madrid1.JPG

 

 

 

Oui, nous, le peuple, les peuples, avons décidé aussi de dépasser les frontières et protester contre cet abus de pouvoir du grand patronat, de l'UE, du FMI, des gouvernements nationaux. L’Espagne est en marche, le mouvement du 15M n’a pas dit son dernier mot, les Espagnols sont descendus dans la rue dimanche 19 septembre, des milliers d’enseignants et de personnels médicaux, à Madrid entre Cibeles et Puerta del Sol, pour annoncer leur refus de se soumettre à des mesures injustes et à prouver que le peuple n’est pas une masse ignorante et manipulable. Les professeurs manifestent car, comme en France, ils sont obligés d’effectuer plus d’heures, avec des classes surchargées, refusent de sacrifier le service publique entre les mains de banquiers et politiciens plus véreux les uns que les autres. Ils refusent que la qualité de l’enseignement s’appauvrisse, ils défendent le droit à l’éducation, seule parade contre la manipulation de la pensée et l’obscurantisme. Ils se soulèvent, se mettent en grève (3 jours de grèves ont été décrétés et le premier jour (le 20/09) a été très suivi1) et s’unissent. Et pourtant, ce n’était pas gagné, en Espagne, les enseignants forment un groupe très hétérogène et divisé, mais comme le dit Carlos Herrán, professeur depuis 1977 et directeur du lycée publique Gran Capitán à Madrid : « han conseguido cabrear hasta los suyos » [Ils ont réussi à remonter même ceux qui étaient de leur côté]2. Hier, dans les rues de Madrid, ils étaient 41 400 à défiler3 , le syndicat Comisiones Obreras en a relevé 90 000, et ça se propage à toute l’Espagne. Pour un pays peu coutumier des grèves, ce mouvement reflète une révolte latente, pour l’instant contenue, mais qui refuse de se taire.

Gouvernements, vous voulez nous écraser en nous censurant ? Le FSC s’appliquera d’autant plus à contribuer à la diffusion des soulèvements des peuples contre l’arrogance stérile de leurs dirigeants !

"Peuples d'europe, levez-vous !"

 

RB, FSC Madrid

 

2 Référence tirée du même article rédigé.

Publié dans Lutte des classes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article