LES SALLES-DU-GARDON (30) : AVEC LEUR SYNDICAT CGT LES SHELBOX MONTENT AU CRENEAU. 60 TRAVAILLEURS SUR LA SELLETTE !

Publié le par Tourtaux

Les Salles-du-Gardon À Shelbox, le syndicat CGT et les salariés haussent le ton

T. Dg.
09/11/2012, 10 h 11 | Mis à jour le 09/11/2012, 11 h 39
Les salariés au chômage de Shelbox entendent ne rien lâcher sur la question de l’emploi.
Les salariés au chômage de Shelbox entendent ne rien lâcher sur la question de l’emploi. (D.R.)

Le constructeur de mobile homes des Salles-du-Gardon est en liquidation, à la recherche d’un repreneur. Soixante salariés sont sur la sellette. Au chômage technique jusqu’à la fin novembre, ces derniers ont fait entendre leur voix à travers une conférence de presse de la CGT.


La tension était visiblement montée d’un cran jeudi aux Salles-du-Gardon. Une épaisse fumée noire s’échappait d’un feu de palettes dans l’enceinte de Shelbox. Des employés s’estiment trompés vis-à-vis des sommes qui leur sont versées pour compenser le chômage technique. "Il leur avait été promis qu’ils ne perdraient en moyenne que 40 € par semaine. En réalité la perte va de 400 à 600 € par mois", explique Gérard Denan (CGT métallurgie). Une démarche a été entreprise par le syndicat cette semaine pour relever la compensation de salaire de 60 à 70 %. "Nous n’avons obtenu qu’une prime de 10 % sur le salaire brut en novembre."

 

"Pas question de recommencer avec 60 salariés et 100 intérimaires" pour la CGT

 

La CGT a également tenu à préciser, de façon claire, qu’elle entendait "ne rien lâcher à Shelbox". Sur l’emploi d’abord, et les 60 contrats à durée indéterminée (CDI) existants. "C’est le minimum pour faire tourner la production. Il ne pourra pas être question de suppression d’emploi en cas de reprise", prévient Freddy Bauducco, secrétaire départemental de la CGT. Prenant aussi l’exemple d’une société concurrente gardoise qui produit trois fois plus de mobile homes par an que Shelbox avec 100 CDI et 60 intérimaires, soit exactement l’inverse des Salles-du-Gardon. "Il ne sera pas question de recommencer à tourner comme avant avec 60 salariés et 100 intérimaires", a confié le leader syndical.

 

Le management  mis en cause par les salariés


Le management de l’entreprise a également été mis en cause par les salariés. Qui lui reprochent de ne pas avoir été à l’écoute des alertes lancées par le personnel sur les techniques de travail et la qualité. "56 % des mobile homes n’étaient pas conformes, nécessitant une intervention des services après-vente et générant donc un surcoût", rappelle Gérard Denan. "Si l’on nous avait écoutés, nous n’en serions pas là aujourd’hui. Nous n’avons pas eu les moyens de travailler correctement", rajoute Sébastien Ozor, secrétaire du Comité d’entreprise (CGT).

 

Un marché porteur en Europe


Désormais les salariés souhaitent retrouver au plus vite le chemin des chaînes de fabrication avec l’arrivée d’un repreneur. Rappelant que le marché du mobile home était porteur avec une progression annuelle de 10 % en Europe. L’un des rares secteurs à pouvoir avancer une évolution à deux chiffres.

Quatre repreneurs et une journée portes ouvertes.

 

Le calendrier Shelbox s’accélère. Tout d’abord, le commissaire régional du redressement productif sera en sous-préfecture le vendredi 16 novembre. Par ailleurs, quatre repreneurs éventuels se sont fait connaître pour l’instant, un industriel du secteur et trois financiers. L’un d’entre eux sera même en visite sur le site, la semaine prochaine.

 

Un passif de 11,8 M€


La CGT a rappelé hier que le passif de l’entreprise était de 11,8 M€ au 19 octobre mais qu’il n’incomberait pas au repreneur. Une journée portes ouvertes est aussi prévue par la CGT à l’usine des Salles-du-Gardon, le samedi 17 novembre, de 11 h à 17 h. Enfin une journée d’action est programmée le mercredi 14 novembre sur les salaires, l’emploi, les retraites... Une journée unitaire, lancée au plan européen, et à laquelle la CGT appelle à participer. Un rassemblement est prévu à 10 h 30 à la sous-préfecture d’Alès, avec une manifestation départementale, à 14 h, à Nîmes, au départ du parvis des arènes.

 

http://www.midilibre.fr/2012/11/09/a-shelbox-le-syndicat-cgt-et-les-salaries-haussent-le-ton,591443.php

Publié dans Lutte des classes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article