LILLE : LES 6 SANS PAPIERS ARRETES AU LOCAL DE L'UMP DOIVENT ETRE LIBERES!

Publié le par Tourtaux

 

LES 6 SANS PAPIERS ARRÊTES AU LOCAL DE L’UMP DOIVENT ETRE LIBERES!

 

Ce vendredi 30 mars 2012, une soixantaine de Sans Papiers du CSP59 occupaient le siège de campagne de l'UMP rue Solférino à Lille pour demander au Préfet de recevoir une délégation, pour dénoncer la coquille vide de la CODRESSE et exiger le droit à la défense argumentée des dossiers des Sans Papiers.

Vers 16h les forces de l'ordre ont évacué le local, après avoir fait usage des bombes lacrymogènes sur les personnes en soutien à l'extérieur.

7 camarades Sans Papiers ont été embarqués par les forces de police et un camarade Sans Papiers a été hospitalisé vers les urgences de l'hôpital Salengro au CHR de Lille.

Après une AG Place de la République à Lille, les Sans Papiers déterminés ont acté de se rendre en manifestation devant le Commissariat Central de Lille (Lille SUD) pour exiger la libération immédiate de leurs 7 camarades.

Les Sans Papiers se sont rassemblés devant l’hôtel de police à Lille Sud de 18H à minuit scandant les slogans et exigeant la libération de leurs camarades.

L’un d’entre-eux  a été libéré vers 19H30. Les six autres sont maintenus en garde à vue.

Des élues (M.C. Blandin, Sénatrice, et H. Flautre, députée européenne) ont saisi le Préfet de la situation afin d’obtenir leurs libérations. La raison invoquée des arrestations serait une plainte déposée par l’UMP.

Les Sans Papiers sont formels : aucune dégradation ne peut être constatée dans le local occupé.

 

Il y a donc trois hypothèses possibles sur ces arrestations :

 - la plainte de l’UMP ou/et du propriétaire, auquel cas il s’agit d’une procédure judiciaire qui ne nécessite pas la détention, mais une convocation au tribunal des personnes visées après notification de la plainte ;

- les arrêtés font l’objet d’une garde à vue pour séjour illégal : dans ce cas l’arrestation qui s’est faite après un tri des personnes est marquée d’un vice de procédure ;

- la préfecture et le procureur amalgament procédure judiciaire et administrative pour les maintenir en garde à vue, ce qui est de fait une soumission du pouvoir judiciaire au pouvoir politique.

 

Dans tous les cas il s’agit là d’une sombre instrumentalisation électoraliste par la criminalisation des Sans Papiers au profit du candidat-président Sarkozy. Que devient donc la neutralité de l’administration en période électorale ?

Les Sans Papiers arrêtés sont majoritairement des Algériens. La préfecture du Nord, qui n’hésite pas à expulser sans aucun respect des procédures légales, peut être tentée encore une fois de punir les arrêtés en demandant des laisser passer au consulat d’Algérie pour éviter le juge des libertés.

L’état algérien peut-il être complice de ces pratiques illicites mais fréquentes ?

Le CSP59 appelle tous les syndicats des aéroports de Lesquin, Roissy et Orly, tous les syndicats des ports de Marseille et Sète, tous les organisations démocratiques à empêcher la punition de ces courageux sans papiers qui ont osé occuper le local de campagne de l’UMP pour dénoncer la honteuse criminalisation dont les Sans Papiers font l’objet dans cette campagne électorale.

La seule réponse de l’UMP Sarkozy sera-t-il d’éliminer ceux qui ont le courage de montrer par leur action qu’ils n’ont rien à voir avec Merah, l’assassin de Toulouse et Montauban, sur lequel Le Pen a osé déclarer : « les Merah arrivent par bateaux entiers, par avions entiers » ?

Le CSP59 appelle le mouvement démocratique et syndical en Algérie à exiger du gouvernement algérien un acte de dignité face une éventuelle tentative d’expulsion manu militari. Il en est de même pour tout autre état en ce qui concerne les arrêtés de Lille.

Le CSP59 appelle à la mobilisation générale pour une « guérilla pacifique » jusqu’à la libération de tous les arrêtés par l’occupation de tous les bâtiments de l’état à toute heure, à tout moment et la place face à l’hôtel de police de Lille Sud tous les jours à partir de 18h jusqu’à la libération des Sans Papiers arrêtés.

 

Le premier rendez-vous est ce samedi 31 mars à 17h, au parrainage républicain qui se déroule à la Maison de quartier de Lille Vauban à 17h (métro Port de Lille).

 

RASSEMBLEMENT TOUS LES MERCREDI PLACE DE LA REPUBLIQUE A PARTIR DE 18H : ce rassemblement se déplacera de République à l’hôtel de police de Lille Sud.

 

NB : nous venons d’apprendre le transfert des 6 au centre de rétention de Lesquin à 1H30 du matin, cela fait apparaitre le préfet comme un militant de l’UMP !

 

Lille, le 31 mars 2012

article de La Voix du Nord

Évacuation express de sans-papiers retranchés au siège de l'UMP du Nord, hier à Lille 

·         samedi 31.03.2012, 05:32 - S. B.

 Vers 16h, les policiers ont repoussé la foule et entamé l'évacuation de l'UMP. PHOTO PHILIPPE PAUCHETVers 16h, les policiers ont repoussé la foule et entamé l'évacuation de l'UMP. PHOTO PHILIPPE PAUCHET

| MANIFESTATION |

À la fenêtre du 2e étage, un jeune type goguenard déploie un drapeau de l'UMP. En bas, les militants de la cause des sans-papiers répliquent par des « Nous vaincrons la xénophobie de Sarkozy » redoublés. Il est 14 h 30, hier. Le siège de l'UMP du Nord, rue de Solferino, est occupé par une quarantaine de personnes. Après les locaux de la Direction départementale du travail et d'Emmaüs, le Comité des sans-papiers 59 (CSP 59) poursuit ses actions. ...

Sauf qu'hier, tout est allé très vite. Une heure après le début de l'action, le directeur départemental de la sécurité publique est sur place. « Vous avez une demi-heure, sinon c'est évacuation et contrôles d'identité », prévient Didier Perroudon. Le mois dernier, les manifestants étaient restés retranchés toute une journée avant d'être délogés. « C'est différent : nous sommes dans le cadre d'un flagrant délit constaté par les policiers », précise-t-on à la préfecture.

La rue Solferino est barrée à la circulation. Plusieurs dizaines de sympathisants sont massés devant le QG du parti présidentiel. Autour d'eux papillonnent des militants UMP au front soucieux.

Sans ménagement

Au 2e étage, le petit gars sort son iPad pour filmer les CRS prenant position dans la rue. En face, les militants des sans-papiers, bras dessus bras dessous, font corps. Un mégaphone lance les sommations d'usage. Et les policiers chargent.

Le choc est brutal. Des cris, du gaz lacrymo, une femme à terre, des caméras, des coups de botte dans un vélo. Les manifestants sont repoussés sans ménagement jusqu'à la place Philippe-Lebon, où restaurateurs et badauds écarquillent les yeux. Derrière, l'évacuation de l'UMP a débuté. Elle durera à peine vingt minutes. Sept sans-papiers sont interpellés (dont six pour séjour irrégulier) et emmenés à l'hôtel de police. Un cordon de CRS y sera déployé pour contenir les dizaines de manifestants accourus en soutien. L'UMP a porté plainte

 



--
Comité des Sans Papiers 59 (CSP59) 42 rue Bernos 59000 Lille
tel : 0680575061 e-mail : csp59@wanadoo.fr
infos : leblogducsp59.over-blog.com
Manifestation tous les mercredis 18 h 30 Place de la République / Lille

Publié dans Lutte des classes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Tourtaux 31/03/2012 22:21

Cette élite UMP dont tu parles camarade TriNiTy peut compter sur le soutien de son aile gauche qu'est le PS puisque Hollande va poursuivre la politique actuelle d'austérité.

patrice bardet 31/03/2012 21:14

Comité des Sans Papiers 59 - CSP59 - 42, Rue Bernos – 59.800 Lille – tél : 06.80.57.50.61 - E-mail : csp59@wanadoo.fr - http://leblogducsp59.over-blog.com

Le CSP59 appelle l'ensemble des élus de la République à rendre visite aux 6 détenus au centre de rétention de Lesquin.

A la lecture des documents remis aux six sans papiers détenus au centre de rétention de Lesquin, il apparaît qu'il s'agit d'une procédure classique de rétention en vue d'une expulsion. Or le Préfet
répondant aux élus qui l'ont interpellé il a présenté les arrestations comme étant la conséquence d'une plainte de l'UMP.

Ceci pose le problème de la vérité de cette affaire.


Considérant le non respect des élus du peuple qui ont été mal informés et donc trompés par le préfet lui-même, il est d'importance majeure que les élus aillent rendent visite aux détenus afin de
rétablir l'image d'une République dans laquelle l'autorité administrative à l'obligation de dire la vérité aux élus du peuple.

Nous demandons que les élus exigent la libération pure et simple des six détenus et leurs régularisations.
Lille, le 31 mars 2012

TriNiTy 31/03/2012 20:06

UMP : Ah les salauds ! c'est si bien dit dans la chanson précédente. Mais ce n'est pas nouveau, le RPR était un parti autoritaire composé de salopards, de corrompus et de mafieux, ça continue. La
droite française a toujours été particulièrement pourrie. C'est l'élite.