LUCIEN PONS : LA CASSE DU SERVICE PUBLIC - LE CAS D'EDF

Publié le par Tourtaux

La casse du service public- Le cas d’EDF

 

 

On pouvait prévoir depuis le début, la casse du navire amiral des services publics en France. C’est inévitable depuis la signature par messieurs Jospin et Chirac à Barcelone en 1998, de la libéralisation du marché de l'électricité dans notre pays. Tout cela pour le plus grand bonheur des intérêts financiers qui ont crée la  "communauté européenne", et qui la dirigent depuis toujours au bénéfice des transnationales.

Selon eux la production et la distribution d’électricité doivent être des marchandises rentables pour les actionnaires.

Le service public n’est plus, place maintenant aux profits gigantesques pour les délinquants de la finance.

Malgré cette forfaiture signée dans la capitale de la Catalogne, le doute pouvait subsister néanmoins, tellement les promesses émanant des europiomanes ont souvent été ignorées, voire prises à contre-pied.

 

 

 

 

A)  Rappelons-nous du processus de Lisbonne qui dans les années 2000 nous promettait l'économie de la connaissance la plus performante au monde. Hélas le résultat est sans appel:

  •  Les universités sont rentrées dans la logique marchande pour le plus grand bonheur des intérêts privés. La recherche publique est anéantie, le CNRS est démantelé, l'indépendance nationale est menacée par l'abandon de la recherche fondamentale au profit de la recherche appliquée, utile à court terme pour les firmes qui ont fait main basse sur l'enseignement supérieur, en France et dans toute l'europe.
  • Les étudiants chercheurs n'ont d'autres choix que de s'expatrier. Les laboratoires publics ne sont plus en mesure de les garder après les avoir formés grâce aux fruits de l’effort de tous, via l’impôt.
  • Pire encore, les diplômés des grandes écoles sont tous orientés vers la finance internationale et au service de celle-ci. Cette dernière n'a d'autre but que de privilégier les quelques ceux qui pilotent l'économie mondiale pour le plus grand profit des ultra riches au détriment du plus grand nombre. Il ne faut pas oublier que ces étudiants sont formés par le budget de la nation. Il est tout à fait choquant que la fine fleur de l'intelligence française soit utilisée pour détruire notre pays. On peut comprendre que certains diplômés d'écoles commerciales se dirigent dans cette voie, mais que penser des lauréats de "Polytechnique", "Centrale", "Sup-élec..." etc...

 

 

 

 

B)  Rappelons nous des promesses  faites au moment du traité de Maastricht et de la décision de créer une monnaie unique:

  • La compétitivité des pays de la zone euro serait assurée et augmentée. Foutaises, tout s'est dégradé très très vite. La désindustrialisation de la France est en route. Les délocalisations, permises par la liberté de circulation des capitaux et par des directives européennes de circonstance (La directive service par exemple, ex-directive Bolkestein tristement célèbre), sont de plus en plus nombreuses, avec à la clef, le chantage sur l'emploi et les salaires. Ce processus mis au point par les stratèges ultralibéraux, conduit à remettre en cause tous les acquis sociaux issus du "Front Populaire",  de "La Libération" et du  programme du "Conseil National de la Résistance". L'objectif, maintenant clair, est de mettre en concurrence tous les travailleurs de la planète en privilégiant à chaque fois les coûts les plus bas. La recherche permanente du moins disant social et environnemental est une vue à court terme si il en est. Elle provoque toujours le chaos et la désolation.
  • La promesse de l'Europe sociale qui devait se mettre en place suite au renforcement des dispositifs politiques et économiques de l’UE, n'a jamais été au rendez-vous. On nous promettait la croissance et l'emploi. Le taux de chômage moyen dans la zone euro était à l'époque autour de 14% de la population active, il devait passer à l'horizon 2010 à moins de 5%, on observe aujourd'hui qu'il est proche de 18%, quelle belle avancée sociale!
  • Que répondent à cela les ultralibéraux  qui dirigent l'Europe?

Ø      Selon eux, cet échec s'explique par le manque d'audace de la part des gouvernements et des peuples du vieux continent. 

Ø      Selon eux, la déréglementation n'est pas assez rapide.

Ø      Selon eux, il faut libéraliser davantage.

Ø      Selon eux, il faut ouvrir à la concurrence toutes les activités humaines.

Ø      Selon eux, il faut libérer les "Forces du marché", celles des "entrepreneurs " et celles de « La Finance ».

Ø      Selon eux, toute entrave à ces "Libertés" serait fatale.

Ø      Selon eux, il faudrait moins d’état, plus de privatisations et plus de libertés pour les affaires.

Ø      Selon eux, « La Trinité Néolibérale » doit s’imposer davantage, malgré les échecs patents de cette politique imposée par « Le Consensus De Washington ». Elle est partout responsable de « L’Horreur Economique », mais elle doit s’appliquer coûte que coûte.

 

  • Maraboutés par les dogmes néolibéraux,   les "Gnomes" de Bruxelles n'ont qu'une seule ligne politique: affaiblir la part du travail dans la répartition des richesses au profit du capital. Ils ont organisé méthodiquement et cyniquement le chômage et la précarité.

 

 

 

C)  Rappelons-nous des promesses de Nicolas Sarkozy, pas encore candidat officiel à la présidence. Il déclarait en 2006 qu’EDF  resterait une entreprise publique, avec une ouverture de capital de15% maximum. Il affirmait alors qu'elle serait toujours garante de l'intérêt général et qu'elle remplirait en tout état de cause ses missions de service public. Donc, il affirmait de fait, le maintien des tarifs régulés, si ceux-ci étaient favorables aux usagers.

Depuis, ce personnage a été élu à la présidence de la République

Dans la désormais célèbre saga de  "La Nuit du Fouquet's", on s'aperçoit que les heureux participants, tous proche du chef de l'état, ont bénéficié de cette proximité au détriment de l'intérêt général.

Il est très inquiétant de constater, tous les jours davantage, que ce gouvernement est au service exclusif des ultra riches.

Henri Proglio était parmi les heureux convives du "Fouquet's". On peut observer que cela lui a été extrêmement bénéfique. Il a été nommé par le chef de l'état à la tête du groupe EDF qui peu à peu va devenir une entreprise au service des capitaux privés. Peut-être passera-t-elle comme France Télécoms avant elle, et comme la Poste plus récemment, sous le statut juridique d'une société anonyme où tout est fait pour augmenter le profit des actionnaires. L'usager se transforme peu à peu en client qu'il convient de dépouiller chaque jour un peu plus.

 

 

 

 

D)        « Ce capitaine d’industrie hors du commun »,

Ce sont les propos du premier ministre et de quelques autres sarkolâtre primaires, lors du scandale à propos du cumul des rémunérations que ce monsieur voulait percevoir lors de son accession au trône de ces deux très grandes entreprises. Ce personnage cumule de fait, les fonctions de PDG à EDF et à Véolia. Il veut même ce poste dans l’entreprise Aréva. Il est vrai qu’Anne Lauvergeon, l’actuelle  dirigeante, n’était pas parmi les amis intimes du président le soir de son élection. Quelle que soit la valeur de cette personne, elle est de fait frappée par la faute originelle de ne pas être invitée ce soir là. La secte actuellement au pouvoir obéit à des rituels très éloignés de l’intérêt général et de l’idéal Républicain.

Maintenant, monsieur Proglio, utilise sa position stratégique dans ces deux entreprises géantes, bientôt trois, pour favoriser les gros capitalistes.

Que ce soient pour « Les Amis du Fouquet’s » ou pour « Les Amis du Premier Cercle », ces rapaces sont aux commandes de l’état. Ils servent leurs seuls appétits et tant pis pour l’intérêt supérieur de la nation. « Les Amis Du Premier Cercle » étaient sollicités par l’ancien ministre du budget, Eric Woerth, lors de réunions à l’hôtel Bristol ou même parfois dans des salles de réception officielles, pour remplir les caisses de l’UMP au détriment des caisses de l’état. La proximité avec le responsable des impôts pouvait offrir quelques avantages.

 

 

 

 

 

E)        Notre résignation et notre lâcheté.

 

  • Devant ces vols répétés et légalisés par des lois scélérates, notre résignation et notre lâcheté sont préoccupantes et laissent augurer des jours sombres. Si l’on baisse l’exigence Républicaine, alors la haine, la violence et la peur prennent peu à peu les commandes. Des régimes autoritaires peuvent s’installer pour nettoyer « Les Ecuries d’Augias » dans une première phase, et après…On connaît hélas la suite tragique.
  • Nous préférons ne pas voir, et peu à peu nous trouvons cela normal.
  • L’individualisme acharné a-t-il remplacé en chacun de nous nos élans humanistes ?
  • Faut-il trouver de l’intérêt aux services publics, seulement lorsque nous sommes directement concernés ? (Par les graves maladies par exemple.).
  • Allons-nous assister impuissants, blasés et somme toute complices, à la destruction de notre modèle social ?
  • Ce « vivre ensemble » a demandé une très longue période pour se mettre en place, et il suffirait de quelques années pour le détruire au seul bénéfice de quelques prédateurs ?
  • Certains citent, sous l’ancien régime les actions de Philippe Le bel, de Louis XI, d’ Henri IV, de Colbert, pour construire ce pacte social.
  • Juste pour l’anecdote, il est frappant de constater que Colbert ait mis en place l’administration toute puissante « Des Eaux Et Forêts » avec son code forestier contraignant, pour défendre les intérêts supérieurs de la France, et que le ministre du budget, Eric Woerth, a lui bafoué ces lois pour le plus grand bonheur des amis du président. (Voir « Le Canard Enchaîné » du mercredi 14 juillet 2010, page 3, l’épisode de la forêt de Compiègne).

 

 

 

 

 

 

F)  Vous allez certainement penser que j'exagère

Que les bienfaits de l'économie de marché ne m'apparaissent pas clairement, car je suis trop attaché aux valeurs archaïques d'un autre temps, que sont les services publics au service de l'intérêt général.

Il n’en est rien, observez plutôt l’article du journal  cité ci-dessous.

 

 

 

 

 

 

G)  Le journal "Le Figaro" Ultra gauchiste s'il en existe, propose un article dans le lien ci-dessous, où il est question de la nécessité d'augmenter les tarifs d'électricité pour éviter la concurrence déloyale exercée par EDF à l’encontre des autres opérateurs du marché. Selon les instances européennes, les tarifs régulés seraient une distorsion de concurrence  à l’égard des autres courtiers en électricité. Vendre aux usagers le kilowatt au prix de revient serait un crime, car il ne permettrait pas à tout ce beau monde de s'enrichir allègrement sur le dos des clients que nous devenons. Le cynisme affiché par ces propos indécents montre bien à ceux qui veulent encore croire en la construction européenne actuelle, que celle-ci n'est qu'une machine à détruire la souveraineté populaire et à assurer le profit maximum aux puissances d'argent qui dirigent le monde. 

 

,http://www.lefigaro.fr/matieres-premieres/2010/07/26/04012-20100726ARTFIG00277-la-france-doit-augmenter-ses-tarifs-d-electricite-selon-l-aie.php

 

 

 

 

 

H)       Autre nominée dans la catégorie « Cynisme et Mépris ».

 

Madame Lewiner, directrice monde des activités "Energy, Utilities and Chemicals" chez Capgemini, s'exprimant sur radio BFM, le 28 juillet 2010:

 

« Un des avantages d'avoir l'électricité plus chère, c'est que les gens feront plus attention. Donc, il faut rendre nos concitoyens conscients du fait qu'il faut maîtriser l'énergie. 

Et malgré tout, d'avoir une facture  plus élevée rend les gens plus attentifs (sic!)...N’oubliez pas qu’il faut protéger l’environnement, les ressources énergétiques sont limitées ».

 

http://www.radiobfm.com/edito/info/75800/colette-lewiner-il-faut-que-lequipe-de-france-nucleaire-soit-alignee-vis-a-vis-de-linternational/

 

 

 

 

I)              En pièces jointes

 

·  Vous trouverez le message qu'une personne m'a adressé. Il concerne les efforts déployés aujourd'hui pour faire de l'argent par tous les moyens sur le dos des usagers dans l’ex-entreprise publique qu’est EDF.

 Il est recommandé d’être très vigilant voire méfiant pour éviter de se faire  flouer.

Je vous invite à méditer sur les bienfaits de la loi « NOME ». (Vous  trouverez un lien qui détaille cette petite merveille).

 

 

·        Vous trouverez également  six documents antérieurs que j’avais envoyés précédemment.

Ø      EDF1.PDF.

Ø      EDF_0810

Ø      EDF.Doc.

Ø      Lucien Pons. Privatisation : janvier 2010.

Ø      EDF, ce que cache l’affaire Proglio, la fin des tarifs régulés.

Ø      18° jour de grève de la faim à GRDF.

 

 


Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Tourtaux 29/07/2010 21:41


LE MOT OBSOLETE EST BANNI DE CE GOUVERNEMENT QUI LUI PREFERE LE MOT REGRESSION, C'EST PLUS "MODERNE"!


Cyril LAZARO 29/07/2010 18:45


Le service public deviendra bientôt un mot obsolète au rythme où ce gouvernement le détruit.