LYON : 400 POMPIERS EN GREVE BLOQUENT LA CIRCULATION SUR L'A7

Publié le par Tourtaux

Rhône - Social. Grève des pompiers : 400 manifestants défilent sur l'A7 et bloquent la circulation

Publié le 17/11/2011 à 10:54 Le Progrès


 

Les pompiers professionnels du Rhône rejoints par leurs collègues des départements voisins manifestent ce matin à Lyon pour défendre leur statut. Le défilé a bloqué la circulation sur l'A7 au niveau de Perrache

Venus de sept départements du Sud-Est (Rhône, Isère, Savoie, Haute-Savoie, Vaucluse, Drôme et Loire), les pompiers ont bloqué momentanément la circulation sur l’autoroute A7, dans les deux sens, et occupé brièvement les voies de chemin de fer, en gare de Perrache.

Actionnant des sirènes, faisant exploser des pétards et brûler des fumigènes, les pompiers, en tenue et casque sur la tête, se sont rassemblés ensuite devant la préfecture, dont tous les accès avaient été bloqués par les forces de l’ordre. Une délégation était reçue à la mi-journée par le préfet.

Les manifestants répondaient à l’appel de la CGT, de la CFDT, de Sud et des autonomes, qui condamnent un accord signé par des organisations syndicales ne représentant que 39% de l’ensemble des pompiers professionnels.
Cet accord vise «à réformer la filière et introduit la précarité dans la profession», a dénoncé Laurent Picq (CGT).
Selon ce dernier, la réforme va rallonger le déroulement de la carrière, et un nombre plus important d’années nécessaire pour monter en grade. «C’est 30.000 à 50.000 euros de pertes en salaires sur l’ensemble d’une carrière», a dénoncé Laurent Picq.
L’accord permettrait par ailleurs aux sapeurs pompiers volontaires de devenir professionnels après trois ans, sans examen. «Ce qui dévaloriserait notre profession», a commenté Jean-Paul Odin (CGT).
«Ils seraient moins payés en rentrant dans la profession, avec pourtant les mêmes missions et en prenant les mêmes risques», a déploré Laurent Picq.

Publié dans Lutte des classes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T
Les trahisons syndicales sont de plus en plus fréquentes. Il n'est pas rare de voir des élus CE voter le licenciement de militants syndicaux élus, salariés protégés.<br /> Les plus visés sont les représentants CGT.
Répondre
B
Faire grève contre un mauvais accord signé par des syndicats jaunes avec une direction aux anges, c'est le comble du syndicalisme.
Répondre