MAROC : REPRESSION A CASABLANCA

Publié le par Tourtaux

Source / auteur :

Afriques en lutte

Maroc : répression à Casablanca

mis en ligne vendredi 29 avril 2011 par jesusparis


Alors que des promesses de révision de la constitution et d’extension des libertés individuelles et collectives ont été annoncées, des citoyens faisant partie du mouvement du 20 Février pour le changement, subissent une répression systématique dans tout le royaume.

 

Exemple de cette répression, l’intervention sanglante qui a ciblé un rassemblement du mouvement du 20 Février à Casablanca le 13 mars ; ce jour-là, à 11 heures les forces de répression ont arrêté plus de 123 manifestants. Ces personnes seront relâchées au courant de la journée après avoir été tabassées et insultées. Le même jour, alors que des personnes s’étaient rassemblées devant le siège du Parti Socialiste Unifié pour demander la libération immédiate des manifestants détenus, dénoncer le retour des forces de répression, porteuses d’un projet de rétrécissement des libertés publiques et la permanence du Maroc de la matraque, vers 16 heures, une nouvelle intervention d’une violence inouïe a été opérée contre les manifestants. Bilan, 300 nouvelles arrestations, des blessures, des fractures et des cas de syncope. Les journalistes n’ont pas été épargnés. Nombre d’entre eux ont subi des agressions, des provocations et la confiscation de leur matériel de travail. Et dans une collusion ouverte avec ce régime tyrannique, des médecins urgentistes ont refusé (pour plusieurs blessés en état grave) la délivrance de certificats médicaux aux victimes des agressions policières.

 

Le « Maroc nouveau » qui avait manifesté sa volonté d’un changement profond, a confirmé aujourd’hui la permanence du passé, et de pratiques d’intimidation et de répression d’un mouvement pacifique au lieu d’apporter des réponses effectives à ses revendications. ATTAC condamne fermement les violences subies par les manifestants pacifiques de Casablanca, les intimidations, la répression de leur droit à l’expression par des rassemblements pacifiques et civilisés, et déclare :

 

-  Nous exigeons la présentation devant la justice des agents des forces de sécurité impliqués dans la terrible répression des manifestants de Casablanca tout en exigeant l’indépendance et l’impartialité du pouvoir judiciaire.
-  Nous exigeons la satisfaction des revendications du mouvement du 20 Février, au lieu de vider ces demandes de leur contenu.
-  Nous exigeons l’arrêt des campagnes répressives contre les militants des droits humains, politiques, syndicaux, associatifs et les journalistes.
-  Nous condamnons l’assaut des forces de répression contre le siège du PSU et l’agression des membres de leur conseil national.
-  Nous condamnons et nous exprimons notre consternation vis-à-vis de la couverture médiatique biaisée de 2M de ces événements. Cette chaîne s’est transformée en porte-parole du ministère de l’intérieur. Photos et vidéos des participants au rassemblement ainsi que des journalistes constituent un démenti à la version diffusée par cette télé.
-  Nous réaffirmons notre condamnation de la répression subie par les peuples Arabes de Libye, du Yémen, du Bahreïn… Nous condamnons toutes les tentatives de restreindre des libertés dans la région et nous affirmons notre soutien aux peuples dans leur marche vers la libération.
-  Nous appelons le peuple marocain à participer activement aux marches populaires … et nous affirmons que la lutte continue jusqu’à la réalisation des justes revendications du mouvement du 20 Février.

 

Source : www.attacmaroc.org

Publié dans Lutte des classes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Tourtauxc 29/04/2011 21:01


Je n'ai pas suivi l'affaire de l'attentat mais avec tous ces gouvernements corrompus, nous n'avons pas fini de vivre dans le néant de la désinformation.


Muriel Dichamp 29/04/2011 20:09


Sans doute que "l'attentat" de Marrakech fait partie de cette répression : faire peur, semer le désordre. D'autant qu'il y a beaucoup de Français à Marrakech. Et surtout beaucoup de riches qui ont
investi, comme DSK par exemple. Il faut bien "protéger les intérêts" de ces braves gens ! La fin justifie tous les moyens. Muriel