Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

MELENCHON ADOPTE LA STRATEGIE DU COUCOU. MARNE, HOLDUP DU PARTI DE GAUCHE SUR LE NPA ET PHAGOCYTAGE DU PCF

Publié le par Tourtaux

 

LA STRATEGIE DU COUCOU

 

http://www.loniondereims.over-blog.fr/article-marne-holdup-du-parti-de-gauche-sur-le-npa-et-phagocytage-du-pcf-67570435.html

 

Marne, Holdup du Parti de Gauche sur le NPA et phagocytage du PCF

Jean-Luc Mélenchon après avoir été trotskyste, comme Jospin, Dray ou Camabadelis (aujourd'hui porte parole de Strauss Kahn) , puis ministre – sénateur socialiste a fondé son propre parti : le parti de gauche inspiré de l’exemple allemande d’Oskar la Fontaine, président de « die Linke » (La gauche).

 

Ce faisant Jean-Luc Mélenchon a renoué avec l’une des vieilles techniques trotskystes, l’entrisme, qui consiste à envoyer des membres de son propre parti dans une autre organisation politique pour l’influencer de l’intérieur, voire y créer une scission qui sera récupérée et viendra gonfler les rangs.

 

D'ailleurs étudiant, il était membre de l'Organisation Communiste Internationaliste (devenue PCI puis Parti des travailleurs) qui des trois principales organisations trotskystes de France (LCR, LO, OCI) est celle qui a le plus recours à l'entrisme.

 

Mais Jean-Luc Mélenchon a renouvelé cette technique en la transformant en « la stratégie du coucou ».

 

Première cible, le PCF qui ne devrait pas présenter de candidat aux présidentielles, malgré la tentative d’André Chassaigne. Si celui-ci devait se maintenir, cela créerait un clivage au sein du PCF entre ceux qui estiment que la candidature Mélenchon  est la meilleure, et ceux qui tiendront à maintenir une identité propre du PCF avec un candidat communiste. Le clivage pourrait conduire à une explosion du PCF au profit de Mélenchon qui apparaît de plus en plus comme une réincarnation de Georges Marchais, notamment en ce qui concerne sa relation avec les journalistes.

 

Deuxième cible, le NPA d’Olivier Besancenot. L’amalgame entre les anciens de la LCR et les nouveaux adhérents ne s’y est pas fait. Les tendances internes opposées à Besancenot lui ont fait payer sa sur médiatisation et l’affaire de la candidate voilée a brouillé l’image de cette organisation protéiforme. Résultat, les défections au sein du NPA tendent à l’hémorragie.

 

Jean-Luc Mélenchon ne pouvait rêver mieux à quelques mois de la présidentielle, un de ses concurrents les plus sérieux à la gauche de la gauche est fortement affaibli.

 

Dans la Marne, il ramasse ainsi les miettes du NPA en récupérant notamment Anthony Smith figure historique du mouvement étudiant rémois (ancien président de l’AGER-UNEF) et leader de la LCR - NPA en Champagne – Ardenne.

 

Autre figure de proue, Patrice Perret, ancien conseiller municipal rémois (LCR), syndicaliste SUD (comme Besancenot).

 

A ces deux noms s’ajoutent les suivants : Claudette MORAINE, ex-npa Ardennes, Denis CANTAN ex-npa Aube, Sandrine CALVY ex-npa Marne-Châlons, Philippe MAIRE ex npa Ardennes, Jean-Jacques MICHELET ex-npa Marne-Reims, Catherine GUENDEZ ex-npa Marne-Reims.

 

Dans la Marne le PG fait donc le carton plein


Aux cantonales en alliance avec le PCF, ce dernier étant relégué parfois au simple rôle de suppléant (par exemple sur Reims 8),


Décapitation du NPA champardennais et récupération des transfuges. Y aurait-il un mercato politique en cours ? Quels sont les prix de ces transferts ?

 

Question pour l’avenir : la stratégie du coucou ou du holdup peut-elle servir de fondation à une organisation prétendant à un fonctionnement reposant sur la base de la démocratie ?

 

Site du Parti de Gauche de la Marne : http://pg51.over-blog.fr/  

 

- Déclaration du Parti de Gauche de la Marne


Le Parti de Gauche de la Marne souhaite la bienvenue aux camarades ex-NPA


Le week-end dernier se tenait le second Congrès du NPA. Le Parti de Gauche de la Marne salut le courage et souhaite la bienvenue aux camardes qui quittent le NPA pour le Front de Gauche. C’est le cas en Champagne-Ardenne avec Anthony Smith et ses amis. Pour rappel, Anthony Smith (NPA de Châlons en Champagne) était membre du Conseil Politique National du NPA et tête de liste aux dernières élections régionales de mars 2010. Voici le texte du courant Convergences et Alternative.

 

- Déclaration nationales de celles et ceux qui quittent le NPA

 

NOUS PARTONS et NOUS CONTINUONS

 

À l’issue de son congrès nous décidons de quitter le NPA.

 

Issu-e-s d’origines et de traditions politiques et militantes diverses, nous avions répondu à l’appel de la LCR de construire un nouveau parti rassemblant le meilleur des traditions du mouvement ouvrier et des différentes histoires de la gauche, pour proposer une alternative à la crise du capitalisme et au social-libéralisme. Mais au lieu d’être un facteur positif dans la recomposition de la gauche de transformation sociale et d’avancer vers une nouvelle force pluraliste et ouverte, le NPA s’est de plus en plus éloigné de cet objectif.   

Ce congrès aurait dû être l’occasion de tirer les bilans d’une orientation politique qui, notamment lors des élections européennes et régionales, nous a amené à l’isolement. Il aurait dû permettre d’analyser et de comprendre les raisons de l’importante désaffection militante qu’a subi le NPA depuis son congrès fondateur et qui s’est notamment traduite par sa rétractation sur le seul courant de l’extrême-gauche traditionnelle autour de l’ex-LCR et de petits groupes. 

 Cela n’a pas été le cas, les bilans n’ont pas été tirés. Si cette analyse avait été menée elle aurait permis, au sortir d’un mouvement social inédit, de comprendre l’attente de dizaines milliers de salarié-e-s, acteur-trice-s du mouvement social, syndical, associatif et politique, hommes et femmes de gauche et des classes populaires.  

 Face à une majorité présidentielle devenue illégitime dans le pays, à un régime institutionnel de plus en plus décrié, une véritable alternative politique à gauche est attendue et indispensable pour mener la bataille idéologique et politique contre les responsables de la crise économique et de la misère sociale, ceux qui font payer cette crise aux peuples en France, en Europe, comme dans le reste du monde.  

Beaucoup n’en peuvent plus de l’éparpillement irresponsable da la vraie gauche qui l’empêche d’incarner une alternative crédible à un parti socialiste dont on sait qu’il ne fera pas autre chose qu’un Papandréou ou un Zapatero, une fois au gouvernement. 

 Rassembler l’ensemble des forces politiques à la gauche du PS pour défendre en 2012 et après un programme en rupture avec toutes les variantes du libéralisme : telles sont les urgences de la gauche politique. 

Les déclarations de dirigeants du NPA pour une candidature «des luttes» ou «du mouvement social» ressemblent plus à une dérobade qu'à une avancée, puisque dans le même temps le congrès du NPA refuse d’engager la discussion pour chercher un accord politique avec les forces rassemblées dans le Front de Gauche ou la FASE. Ce n’est qu’en acceptant d’entrer dans une dynamique unitaire que l’on peut sérieusement engager la discussion sur le programme, et les candidatures les plus à même de représenter le rassemblement. Sans majorité politique à son congrès, le NPA se dirige à nouveau vers la répétition d’une politique isolationniste.

  Pour autant, nous considérons toujours que l’expérience accumulée par le NPA ne devrait pas faire défaut à la nécessaire recomposition de la gauche. Mais au regard des échéances sociales et politiques présentes et à venir, la priorité pour nous est désormais de participer à tous les actes concrets qui rapprochent de la constitution d’un front social et politique de la gauche antilibérale et anticapitaliste, qui fasse pièce à la droite sarkozyste comme à la montée de l’extrême droite, et propose une alternative crédible au social-libéralisme.  

 Le Front de Gauche peut être un premier pas dans ce sens, en passant à une nouvelle étape de son développement, en s’ouvrant à d’autres forces politiques, en se transformant pour accueillir dans des collectifs toutes celles et ceux qui veulent les rejoindre sans nécessairement adhérer à l’une des organisations et ne pas se réduire à un cartel de sommet.  

 Il faut impérativement que toutes celles et ceux, organisations, courants, citoyen-nes engagé-e-s, qui partagent cette même volonté d’unité fassent force politique ensemble. 

L’orientation majoritaire du NPA tourne le dos à cette perspective. Membres de la direction sortante nous en prenons acte et nous décidons de ne plus en être. Nous continuerons ce combat notamment avec le courant Convergence et Alternative et avec toutes celles et ceux qui partagent cet objectif, qu’ils aient quitté le NPA ou qu’ils y restent. Nous reprendrons par d’autres chemins le projet que nous croyions possible lors de la fondation du NPA. 

Leila Chaibi (ex-CE et CPN NPA L’appel et la pioche),Yann Cochin (ex-CE et CPN NPA Clamart), France Coumian (ex-CPN NPA Paris dix neuvième), Maël Goepfert (ex-CPN NPA Paris centre), Danièle Obono (ex-CE et CPN NPA Aubervilliers), Anthony Smith(ex-CPN NPA Reims), Stéphanie Treillet (ex-CPN NPA 94)

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article