MICHEL PEYRET : DES PRESIDENTIELLES? POUR QUOI FAIRE?

Publié le par Tourtaux

Michel Peyret

8 mai 2010

 

 

DES PRESIDENTIELLES? POUR QUOI FAIRE?

 

 

Cher camarade,

 

Tes réflexions relatives à un « projet pour la désignation d'un candidat commun à l'élection présidentielle de 2012 », continuent de m'interroger fortement.

 

Non seulement parce que le fait de renoncer à présenter un candidat à ces élections au plus haut niveau irait dans le sens de la disparition historique du PCF: ne pas affronter en tant que force politique une élection de ce type témoignerait d'une volonté de renoncer définitivement à jouer un rôle majeur, sinon déterminant, dans la vie politique du pays.

 

L'IMPORTANCE D'UNE CANDIDATURE COMMUNISTE

 

Ce serait une confirmation pour lui-même, comme pour les électeurs qu'il représente habituellement, d'acceptation de ne plus jouer qu'un rôle marginal dans la société et sa vie politique.

 

Cela signifierait aussi l'acceptation du fait que le mouvement populaire ne disposerait plus d'une véritable et influente force politique pour faire valoir ses intérêts de classe.

 

Ce serait aussi un renoncement de fait à vouloir le changement de société mettant fin au système capitaliste.

 

On installerait ainsi la France et son peuple dans la perpétuation du système capitaliste alors que l'approfondissement de sa crise témoigne des difficultés profondes qu'il rencontre pour assurer aujourd'hui le développement de la société et le bien-être de ses membres?

 

Ce serait aujourd'hui l'assurance d'un recul général de la société.

 

En fait, si j'étais toujours membre du PCF, cela signifierait le maintien de fortes illusions sur la volonté des dirigeants du PCF d'assurer un avenir à ce parti.

 

Mais, tu le sais, j'ai démissionné du PCF en novembre 2006 après en avoir été membre pendant 53 ans. Je pense en conséquence que tu continues à me considérer comme communiste puisque tu me fais parvenir tes réflexions à cette occasion, comme à d'autres d'ailleurs, et que tu sollicites mes réactions.

 

L'EXPERIENCE DE MA VIE POLITIQUE

 

Je fais donc appel à l'expérience acquise au cours de ces 53 années et à des réflexions plus récentes que cette expérience a suscitée et qui font que je me sens bien de nouveau dans ma peau de communiste, d'une sorte de communisme nouveau, celui qui pourrait être dans ses grandes lignes celui du 21eme siécle.

 

Il importe en effet de continuer à penser dans le mouvement de l'histoire et dans le mouvement de la société qui se poursuivent aujourd'hui dans la mise en oeuvre de nouvelles transformations, en fait d'une nouvelle révolution que certains qualifient d'informationnelle, en fait caractérisée par l'introduction grandissante de l'automation et de l'informatisation de tout le système de production..

 

LE CAPITALISME INCAPABLE DE DEVELOPPER

LES POTENTIALITES DE LA SOCIETE

 

Le capitalisme s'avère incapable de développer toutes les potentialités induites par ces nouvelles capacités de production, et notamment celles qui permettraient aujourd'hui de diminuer considérablement le temps de travail, jusqu'à supprimer en tendance le travail humain contraint, au profit de l'accroissement du temps libre et d'actinités humaines librement consenties et libératrices.

 

Le plus vieux rêve de l'humanité pourrait ainsi commencer à se préciser et à se concrétiser.

 

A contrario, le capitalisme brime l'extension de ces potentialités libératrices et approfondit au contraire l'exploitation pour faire face à la baisse tendancielle du taux de profit, sans d'ailleurs pouvoir y parvenir, sauf à procéder à d'immenses dévalorisations de capital, sous la forme de la suppression massives de capacités de production ou de la direction pure et simple de capitaux sur les marchés financiers.

 

Tous les secteurs et tous les aspects de la vie de la société subissent alors cette volonté du capital de continuer à percevoir des taux de profit élevés par une diminution générale du pouvoir d'achat des salaires et retraites comme par des diminutions drastiques des moyens et des budgets affectés aux dépenses publiques nécessaires à la vie de la société et de l'ensemble de la population.

 

FAIRE PAYER LA CRISE AU PEUPLE

 

L'objectif est clair, il est d'essayer de faire payer les effets de la crise par l'ensemble de la population, à l'instar de ce qui est devenu évident en Grèce et se prépare dans les autres pays.

 

Et nous sommes tous à même de constater qu'il ne s'agit pas là d'extorquer seulement quelques picaillons de façon indolore, et notamment aux plus pauvres, dont on sait qu'ils ont peu, sinon pas de richesse, mais qu'ils sont encore et toujours les plus nombreux.

 

Il est évident que, dans ces conditions, et en dépit de l'augmentation conséquente de la productivité, c'est la voie de l'appauvrissement général et généralisé qui est choisie par le capital pour faire face à ses difficultés, et c'est le contraire qui apparaitrait autrement.

 

En d'autres termes si, en d'autres temps, il a été possible au mouvement populaire d'obtenir des avancées sociales conséquentes, y compris spectaculaires à certaines époques, il n'en est plus de même aujourd'hui.

 

Les possibilités dont a pu disposer le capital à une époque pour acheter la paix sociale se sont taries. La disparition progressive du travail humain dans la production avec l'introduction de l'automation et de l'informatisation conduit inexorablement le capitalisme à l'impasse quels que soient les artifices auxquels il peut encore recourir, ces artifices conduisant plutôt à l'aggravation de sa crise.

 

LA FIN DES ILLUSIONS

 

Aussi, les illusions qui pourraient perdurer dans certaines couches sociales dans les possibilités du capitalisme de retrouver les chemins d'une profitabilité permettant à nouveau le développement du bien-être dans la société apparaissent-elles n'avoir plus aucun fondement.

 

Voici venu le temps de la fin des illusions et des croyances dans une quelconque possibilité pour le capitalisme et son système d'assurer la poursuite du progrès humain.

 

Et, de fait, nous voyons fleurir différentes variantes de théories qui toutes conduisent sous des motivations diverses, à préconiser des formes de décroissance alors même que les conditions minimales de survie ne sont pas assurées à des milliards d'êtres humains sur notre planète.

 

Certes, en aucune façon, il ne peut être question de continuer à produire à n'importe quelles conditions, et qu'en soient les effets sur l'homme et la nature dont le sort est lié, si donc il importe toujours d'en finir avec le productivisme capitalisme, ce qu'il apparaît aujourd'hui indispensable pour l'avenir de l'espèce humaine, c'est d'en finir avec le capitalisme lui-même.

 

L'intéressant, parce que porteur d'avenir, c'est que cette négativité du capitalisme lui-même commence à être reconnue par la très grande majorité des populations, au moins dans notre pays.

 

LE CAPITALISME EST NEGATIF POUR LA MAJORITE

 

L'enquête SOFRES que j'évoque souvent portant à 72% la reconnaissance par les citoyens de notre pays de cette négativité est loin aujourd'hui d'être la seule. Et elle ne concerne plus seulement les fondements économiques et sociaux.

 

Je dis à nouveau, parce que les idées anciennes ont du mal à s'effacer dans les consciences au profit des idées nouvelles, on disait d'ailleurs un temps que la conscience retarde toujours sur la réalité, qu'il y a dans cette prise de conscience aujourd'hui de la négativité du capitalisme un précédent historique, c'est-à-dire que jamais, ni nulle part, cette prise de conscience n'a été aussi forte.

 

Je parle bien évidemment de toute la période historique concernée par la domination du capitalisme sur les sociétés, non seulement d'Europe mais du monde entier, y compris pendant les périodes révolutionnaires qui ont existé dans cette période historique.

 

C'est aussi considérer que les périodes historiques considérées peuvent avoir des caractéristiques différentes, et quelque fois fort différentes.

 

Les peuples, les mouvements populaires, sont capables de création, sinon qui ferait l'histoire?

 

L'HISTOIRE SE FAIT TOUJOURS

DANS DES CONDITIONS NOUVELLES

 

Et l'histoire ne se fait jamais dans les mêmes situations, dans les mêmes conditions.

 

Il est d'ailleurs rare, sinon inexistant, de constater ou de vivre des conditions historiques identiques sinon comparables.

 

Ne dit-on pas que l'histoire ne repasse jamais les plats, où les mêmes plats!

 

Par exemple, qui aurait pu penser que la « droite » et les communistes gouverneraient ensemble en France et que cette période historique serait également celle où les acquis sociaux et sociétaux seraient également les plus importants des plus de deux siècles qui courent de 1789 à 2010?

 

Je pense, bien évidemment, à la période de la Libération, où l'effet des décisions prises alors a marqué et continue de marquer notre civilisation.

 

Et, évidemment encore, penserait-on que pourrait survenir une autre période historique et révolutionnaire identique?

 

Ne serait-ce que parce qu'elle a déjà eu lieu.

 

Et aussi, et peut-être surtout, et sans exclure d'autres raisons, parce que le capitalisme avait encore un avenir en France et ailleurs, n'avait pas encore développé en son système toutes les capacités qu'il était en mesure de développer, et qu'il avait besoin pour cela que le peuple français « retrousse ses manches », toutes raisons qui n'apparaissent plus être d'actualité ainsi que je l'ai montré ci-dessus à propos de la reconnaissance, très généralisée aujourd'hui, de sa négativité.

 

Il me semble cependant n'être pas encore parvenu à exprimer tout le contenu de cette négativité dans les formes dans lesquelles elle s'exprime aujourd'hui.

 

UNE NEGATIVITE GENERALISEE

 

Il m'apparaît que les abstentions aux dernières élections, la répétition du phénomène et sa croissance au fil des diverses élections, par exemple depuis 1979 pour les élections européennes, le fait que ces abstentions soient devenues majoritaires en absolu, ajoute une dimension considérable à la crise du système capitaliste, une dimension politique indéniablement, mais aussi institutionnelle et constitutionnelle, sinon juridique entre autres aspects relatifs aux superstructures, par exemple la crise de l'école, la violence, l'insécurité...qui font qu'au total c'est l'ensemble du système et de la société qui sont en crise!

 

Aussi penser que l'on pourrait améliorer le système capitaliste dans ses aspects économiques et sociaux sans trouver une solution à l'ensemble des manifestations de sa crise dans toute la société accroît-il l'impossibilité de penser qu'il pourrait se révolutionner lui-même suffisamment pour empêcher, pour rendre vaine la nécessité du changement de société et de système, l'engagement du processus de construction de la société communiste dont j'ai montré à différentes reprises que des éléments existaient déjà et qu'ils ne demandaient qu'à s'affirmer et grandir.

 

Aussi envisager la prochaine élection présidentielle comme tu souhaites le faire sans tenir compte de ces nouveaux et importants aspects m'apparait quelque peu problématique.

 

LA PRESIDENTIELLE DANS CETTE SITUATION NOUVELLE

 

Alors que tous les aspects, économiques, sociaux, politiques, institutionnels, juridiques, constitutionnels, apparaissent en crise, envisager cette élection en quelque sorte dans une sorte de statu quo qui l'installerait purement et simplement dans le prolongement des précédentes m'apparaît quelque peu irrationnel.

 

D'autant que, pour ma part, et je pense aussi pour la tienne, cette élection présidentielle a toujours posé problème.

 

Je suppose bien évidemment que, comme moi, tu te souviens que le PCF avait appelé à voter « non » en 1958 au référendum sur cette Constitution de la 5eme République, et qu'il avait également appelé à voter « non » au référendum qui visait en 1962 à ajouter l'élection du président de la république au suffrage universel contrairement aux principes républicains et contrairement à la pratique de la majorité des pays où c'est le premier ministre qui représente la société.

 

Certes, il nous a fallu depuis respecter l'opinion majoritairement exprimée alors par le peuple français.

 

PRENDRE LE TEMPS D'UNE REFLEXION APPROPRIEE

 

Cependant, nous sommes aujourd'hui dans une situation nouvelle, je crois l'avoir montré, avec le rejet fort, et y compris institutionnel et constitutionnel, majoritairement exprimé notamment par les abstentionnistes, et d'autres votants ont pu exprimer les mêmes préoccupations au sujet des institutions de la 5 eme république et exprimé, indépendamment des autres aspects de la crise, qu'elles ont fait leur temps.

 

Aussi, l'ensemble de cette situation, nouvelle pour l'essentiel, mérite-t-elle une réflexion appropriée avant quelque décision que ce soit.

 

Pour ma part, je me conçois mal participer à un nouveau scrutin présidentiel, si aucun changement constitutionnel profond n'intervenait d'ici à ces élections.

 

Si tel était le cas, je concevrai un candidat qui dirait: « Votez pour moi parce je suis contre ces élections », et qui expliquerait les raisons de son opposition.

 

En l'absence d'un tel candidat, je m'inspirerai d'une réflexion que l'on me rapportait récemment: « Il y a le droit au travail, et il y a le droit de grève; il y a le droit de vote et il y a le droit à la grève du vote ! »

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T
<br /> Envoyer à un ami<br /> Pour des assises du communisme<br /> lundi 18 juin 2007<br /> par Michel Peyret<br /> popularité : 56%<br /> <br /> La force communiste est éclatée , désorientée , sinon désillusionnée , découragée , traumatisée . D’aucuns se prononcent pour sa disparition . Il nous faut faire revivre une perspective et l’espoir<br /> . Il nous apparaît qu’une force politique se réclamant du communisme est plus que jamais possible et nécessaire .<br /> <br /> Possible , parce qu’ils sont toujours plus nombreux ceux qui considèrent le capitalisme comme négatif . Les récents résultats électoraux n’effacent pas ces données primordiales confirmées par le<br /> référendum de 2005 , les mouvements sociaux , dont celui contre le FNE , différentes enquêtes d’opinion ...<br /> <br /> Nécessaire parce que , dans son évolution financière , le capitalisme est de plus en plus exploiteur , parasitaire , prédateur , de plus en plus porteur d’aliénations et de dominations. Il détourne<br /> vers les marchés financiers le principal des richesses produites par le travail de la société au détriment des investissements socialement utiles . Des masses énormes d’argent s’accumulent entre<br /> les mains d’un nombre de plus en plus réduit de personnes et fait qu’à un autre pôle se créée et grandit une pauvreté de masse et que d’immenses besoins sociaux demeurent insatisfaits .<br /> <br /> A l’échelle de l’humanité , l’essentiel des richesses continue de se concentrer dans quelques pays , les inégalités de développement s’accroîssent .Des moyens financiers énormes sont stérilisés<br /> dans une course aux armements toujours plus sophistiqués , dans la prolifération nucléaire menée par les plus grandes puissances .<br /> <br /> Nécessaire parce que la démocratie affichée est de plus en plus surfaite . Les assemblées élues ont de moins en moins de pouvoirs réels qui se concentrent entre les mains des détenteurs des moyens<br /> de production et d’échanges , des acteurs des marchés financiers et de structures supranationales , telle l’actuelle construction européenne qui évolue vers un super-Etat européen castrateur des<br /> souverainetés populaires et nationales , dont pourtant le temps est loin d’être révolu .<br /> <br /> Tout nous conduit à considérer que ce système capitaliste de plus en plus inhumain a fait son temps .<br /> <br /> Il doit laisser place à une autre société .<br /> <br /> De long temps , notamment en France où il est né , les peuples ont baptisé cette société comme « communiste » .<br /> <br /> Des expériences , malheureuses , tragiques , ont eu lieu en son nom . Elles sont mortes d’hypertrophies étatiques , de confiscations des souverainetés et des démocraties qu’elles prétendaient<br /> vouloir établir .<br /> <br /> Aussi ce communisme que nous préconisons doit-il être totalement nouveau .<br /> <br /> Si le pouvoir capitaliste réside dans l’appropriation privée , le pouvoir du peuple , de la société doit être avant tout dans l’appropriation sociale des grands moyens de productions , d’échanges ,<br /> des établissements bancaires et financiers . Une démocratie qui n’a pas sa base dans l’entreprise et sur les lieux de travail sera toujours une démocratie bancale , amputée . C’est là d’abord que<br /> la démocratie doit être participative jusqu’à la prise de décision , ce qui n’enlève en rien à sa nécessité dans la gestion de tous les territoires .<br /> <br /> C’est là que se produisent les richesses,c’est là que peut se décider l’emploi de ces richesses . C’est là aussi que peut être mis fin au productivisme capitaliste , grand pollueur et grand<br /> gaspilleur des ressources naturelles . C’est là également que la société peut décider de la nature des produits qu’elle désire consommer et des intrants qui font la composition de ces produits .<br /> L’appropriation sociale est la condition de véritables politiques écologiques , environnementales et de développement durable .<br /> <br /> C’est là enfin , et peut-être surtout , que le travail peut se débarasser de l’aliénation qui lui est attachée dans toutes les sociétés antérieures et que peut naître un travail désaliéné , une<br /> nouvelle forme de travail assurant un revenu social à tous , un travail n’ayant plus rien à voir avec le salariat et l’exploitation qu’il implique . L’appropriation sociale permet en fait d’avancer<br /> dans le sens du dépérissement de l’Etat vers une auto-administration de la société par elle-même , hors de toute domination , exploitation , aliénation...<br /> <br /> Cela desssine les contours d’une véritable nouvelle république au sein de laquelle le triptyque : « liberté , égalité , fraternité « pourra prendre toutes ses significations .<br /> <br /> C’est cette voie vers le communisme que nous devons coélaborer , construire avec l’ensemble du peuple . C’est l’objectif des Assises que nous proposons .<br /> <br /> Nous ne voulons rien imposer aux autres peuples qui doivent également être souverains pour déterminer leur avenir . Mais nous voulons avoir avec tous les peuples de notre monde des rapports de paix<br /> , d’égalité dans les échanges et les coopérations les plus élargies , les plus profitables réciproquement .<br /> <br /> L’ONU , réformée , démocratisée , assurant l’égalité de tous les Etats , doit devenir l’organisme essentiel de cette nouvelle conception des relations entre les peuples , hors des impérialismes et<br /> des colonisations .<br /> <br /> La force communiste doit reconstruire son union et son organisation . Elle doit être ouverte à tous ceux qui se réclament du communisme . C’est dans le respect de la diversité des approches ,<br /> conçue comme possibilité d’enrichissement , et des conceptions , qu’elle doit se donner des structures qui doivent être celles du 21eme siècle , tirant les leçons de l’expérience des partis du<br /> siècle précédent .<br /> <br /> <br />
Répondre
T
<br /> Djamal, Michel Peyret que j'ai avisé de ton commentaire me fait savoir qu'il sera absent jusqu'au 2 juillet.<br /> <br /> <br />
Répondre
D
<br /> Loin des discussions du café du commerce, il s'agit de la vie du Pcf, et là il ne faut pas vider le bac le Parti) mais plutôt sortit du bac le requin (édenté dans ce cas précis). On accuse le<br /> Sarkophage de faire dans la monarchie, Buffet n'est-elle pas un"e" monarque ratée ? En outre, elle désigne elle-même son successeur Laurent.<br /> Oû va le Pcf ?<br /> <br /> <br />
Répondre