MOHAMED BOUHAMIDI : EN PALESTINE OCCUPEE, ISRAËL FABRIQUE SES FOSSOYEURS

Publié le par Tourtaux

Transmis pâr Mohamed Bouhamidi
En Palestine occupée, Israël fabrique ses fossoyeurs
23.11.2014 16:00

 

Par Mohamed Bouhamidi


La lecture du livre essentiel d’Ilan Pappe, « Le nettoyage ethnique de la Palestine »(1) et bien d’autres textes ou témoignages montrent, à l’envi, que l’impréparation totale de la société et des structures d’autorité palestiniennes à percevoir le projet colonial sioniste mis en route dès la décennie 1920.

L’exemple le plus frappant relaté dans ce livre reste le cas de ces villageois Palestiniens spécialistes de la production d’une variété supérieure de fleurs de sel qui accueillent fraternellement des colons sionistes dans leur voisinage, leur apprennent leurs techniques de production avant d’être passés au fil du couteau.

Aucun autre peuple n’a d’ailleurs perçu la nature du colonialisme à cause de sa nouveauté radicale dans la privatisation des biens et des moyens de production, son degré inégalé de violence de masse et de meurtre, son avidité des richesses et de spoliation, sa capacité de créativité dans les techniques d’armement, de barbarie et de cruauté.

Dans ces sociétés du pays du Sham, les segments et composantes populaires laissent depuis des siècles les charges d’autorité sociale, telles que la gestion des mosquées, des tribunaux civils, des pratiques et des biens religieux aux élites citadines instruites et de vieille souche patricienne.  Les villageois ne connaissaient quasiment que le chef de village, le Mokhtar (ou le choisi, l’élu). Les fonctions d’autorité politique réelles (impôts, ordre public,) relevaient du pouvoir discrétionnaire du représentant du pouvoir central Ottoman.

Bref, les sionistes arrivaient avec l’expérience inestimable de la violence moderne des deux guerres mondiales, avec la connaissance des techniques d’influence et de terreur des services secrets et des groupes et partis clandestins qu’ils ont servis et avec le savoir-faire dans la propagande et la communication. Ils profitèrent au maximum de leur connaissance intime des enjeux du monde contemporain des desseins anglais de l’entre-deux guerres aux besoins US face à l’URSS et au nationalisme arabe.

Ils profitèrent au maximum de leur connaissance intime des enjeux du monde contemporain des desseins anglais de l’entre-deux guerres aux besoins US face à l’URSS et au nationalisme arabe.   Les élites palestiniennes menèrent la résistance d’abord à l’intérieur de leur perception de la politique et du monde, désuète et enclavée dans un monde arabe totalement provincial et soumis aux vainqueurs anglais de l’Empire Ottoman et dont la figure culminante, et malgré tout attachante, fut Ahmed_El Choukeiry

Deux générations de résistants brisèrent les carcans conceptuels de l’époque.  Celle de Yasser Arafat qui remplaça El Choukeiry et modernisa les formes et les moyens de lutte, appris à imposer une relative autonomie de la décision palestinienne en jouant sur les contradictions interarabes mais surtout compris les enjeux mondiaux de la question palestinienne tout en s’appuyant  encore sur les vieilles relations patriarcales et patriciennes de la société palestinienne.

A cette mise à jour laïque et mondialisée de la pensée politique palestinienne, une combinaison de forces régionales opposa la mise à jour frériste  du Hamas combinée à la corruption des certains dirigeants clés du Fatah, dont le symbole le plus honteux restera Mohamed Dahlan.

Cette génération gardera dans sa tête l’illusion que la question palestinienne restait une question arabe.

La deuxième génération, celle de l’Intifada, est née sous le poids de la première et sans possibilité réelle d’autonomie, et dans le contexte général de reflux après la disparition de l’URSS. Mais elle a su insuffler une dynamique nouvelle à l’intérieur même du corps palestinien et construire un leadership interne qui pèsera sur les orientations des directions politiques.

Assistons-nous, avec les actions de résistance aux moyens dérisoires des voitures béliers ou des cutters, à la naissance de la troisième génération et l’affrontement direct du sionisme au peuple de Palestine qui modifiera complètement le rapport aux facteurs externes des enjeux planétaires ou du Monde Arabe ?  Et donc à une préparation totale de la société palestinienne à vaincre le colonialisme multinational du sionisme ?

M.B


1-Le Nettoyage ethnique de la Palestine (éditions Apic, 2008, 389 p. 800 DA) par Ilan Pappe, professeur d’histoire à l’Université Exeter (Grande-Bretagne)

 


Publié dans Palestine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T
Mohamed n'est jamais à côté de la plaque, c'est un grand visionnaire.
Répondre
T
Thami Bouhmouch - Très juste : la pègre sioniste fabrique jour après jour ses propres fossoyeurs
Répondre