NOUVEAU SUICIDE A FRANCE TELECOM : L'EMOUVANT ET TERRIBLE TEMOIGNAGE DU COMPAGNON DE VIE DE LA VICTIME QUI ETAIT MAMAN DE TROIS ENFANTS

Publié le par Tourtaux

Lundi 6 septembre 2010 1 06 /09 /2010 14:01

 

Après demande d'autroisation auprès de l'éditeur de cette lettre nous avons eu l'autorisation de la publier sur notre blog. Tout se passe de commentaire, c'est bouleversant.

 

De : Richard SJ - Envoyé : mardi 31 août 2010 10:46

  

Objet : Décès Véronique

Bonjour,

 

Je suis Richard Saint-Jean, le mari de Véronique Soulage Saint-Jean.

Je viens vous apprendre une nouvelle épouvantable : Véronique a décidé de nous quitter dans la nuit de vendredi à samedi.

Je me suis permis de regarder son carnet, j'ai trouvé vos adresses, certaines sont certainement erronées, tant pis.

Nous nous sommes connus sur les bancs de Sces Po, vivons ensemble depuis 1983, avons eu 3 filles merveilleuses (7, 18 et 21 ans) et avons vécu heureux, avec des hauts et des bas naturellement pendant un nombre d'années que je parviens plus à calculer !

Depuis 2007, j'avais noté qu'elle avait de plus en plus de difficultés, dans un monde devenu toujours plus dur pour tous, où les relations humaines sont progressivement mais très rapidement passées au second plan, voire davantage, avec souvent de la "violence symbolique" (lire Bourdieu) utilisées à tord et à travers, tout ce que nous éprouvons tous avec difficultés, comme la lâcheté et l'indifférence, et qui peut nous mettre à notre insu dans une situation d'impasse.

Je ne peux qu'espérer que nos dirigeants en général cessent d'utiliser l'incertitude comme unique méthode de management et qu'ils comprennent qu'un être humain est infiniment plus précieux qu'un smartphone en panne pour lequel j'entends des appels désespérés à des hotlines, voire des injures jetées sur un malheureux bout de plastoc fabriqué à la chaine.

Les derniers mois, elle était épuisée devant l'étanchéité de son entourage face à ses problèmes, et aurait du se mettre en arrêt maladie, éprouvant des douleurs insupportables notamment cervico brachiales et aux bras. Il lui aura fallu mener un véritable combat pour avoir accès à un PC portable qui lui a permis de ne plus avoir mal, la position ordinaire lui coinçnt un nerf sans sa carcasse tendue à l'extrème par des moments d'angoisse.

Elle était restée au même coeff 4.2 depuis son embauche en ... 1995 !, ce qui l'affectait énormément ainsi que le fait que rien ne lui permettait de détecter une quelconque reconnaissance pour un travail auquel elle apportait toute son énergie.

Eh bien non, elle s'est battue jusqu'à la fin, n'a jamais cédé, mais n'a non plus jamais été aidée. Elle redoutait terriblement sa recherche de nouveau job car mère d'une petite de 7 ans et de deux jeunes de 18 et 21 ans en fac, son rôle de mère était en supplément une lourde charge qui devait coincider avec le fait de se lancer "from scratch"  dans un nouveau métier.

Elle avait opté pour un job où elle se serait sentie utile (ah, le concept d'utilité ! se sentir utile, n'est-ce pas notre but à tous ?) : aider les recruteurs à recruter, job rue de Madrid mais qui malheureusement semblait bouché pour des raisons que je ne suis pas arrivé à comprendre. Sans doute que si cette mutation avait été réussie, aidée, encouragée, en gros un peu mieux encadrée, elle se serait lancée un nouveau défi. Au lieu de cela, elle s'est sentie angoissée, ce qui aurait pu être un plaisir est devenu une charge potentielle supplémentaire dans son sac à dos.

Une occasion perdue ...

Je prie donc pour elle, mais c'est certain qu'elle ira directement au Paradis, ayant toujours été une femme exigeante envers elle même, comme pour son entourage (et je sais de quoi je parle), toujours à la recherche d'amour et toujours prête à en donner, et n'ayant comme défaut que sa recherche de la perfection qui l'a amenée à porter un sac à dos toujours plus lourd, que certaines personnes lui chargeaient sans même s'en rendre compte au point de la faire céder sous la charge.

Mais je prie aussi pour que son départ ne soit pas vain, et que ce soit l'occasion pour certaines personnes de se rendre compte des conséquences à long terme de leurs prises de position, ou pire de leur refus d'en prendre pour se protéger eux-mêmes. Ils ne sont pas en cause directement, naturellement, c'est un question de biotope. Nous somems tous dans un aquarium dont on nous a changé l'eau, je veux dire qu'on nous a changé nos valeurs à notre insu : certains s'adaptent à ces nouvelles règles, certains parviennent même à les inventer, mais d'autres, je pense la majorité souffrent sans comprendre pourquoi : simplement ils continuent à utiliser leurs anciens repères et philosophie, alors que tout cela est devenu inadapté.

Vous qui étiez ses amis, dont j'ai entendu parler plusieurs fois (je pense aux Anciens de la rue du 4 septembre notamment) vous comprenez ce que j'écris, vous en avez sans aucun doute parlé avec elle ou entre vous. Je pense même que certain(e)s ont été pour elle un soutien utile.

Je prie donc pour un monde meilleur, où les gens fassent attention à leur voisin, à commencer par ceux qui travaillent à un mètre d'eux, pour que les personnes chargées du présent et du devenir de subordonnés qui leurs sont confiés par leur entreprise et par leur destin (on ne choisit pas ses collaborateurs) se montrent à la hauteur de leurs responsabilités, pour que manger ensemble à midi soit un plaisir, un moment d'évasion et d'échange, pour que la recherche du profit, qui reste nécessaire pour la croissance et le partage des richesses crées, ne soit pas l'unique point de mire Il faut enfin penser que 10 heures ou plus passés ensemble au travail, c'est davantage que le temps passé avec les familles, 35 heures ou non.

Tout ceci a pour moi un horrible relent de gâchis, c'est épouvantable.

Au moins cela aura eu pour conséquence, durable je l'espère, de souder davantage notre famille et nos amis, et nous resterons les porte parole de Véronique qui n'a pas su comment verbaliser, extérioriser tout ce qu'elle encaissait jour après jour.

Vous me pardonnerez la longueur de ce texte et le contenu sévère, l'analyse de notre monde que vous ne partagerez peut-être pas, mais je pense qu'un minimum d'intelligence aurait certainement évité ce besoin de passage à l'acte en évitant de lui remplir son sac à dos.

Mon message final est clair : méditez ce qui peut arriver à quelqu'un fragilisée pendant plus de 3 ou 4 ans, soyez certains que l'amour de la famille ne peut pas être tout.

Si vous êtes chargés de personnel, passez le temps voulu avec chacun, détectez les début de souffrance au travail, parlez, allez déjeuner ensemble, soyez à l'écoute.

Et j'exhorte les Hauts Responsable dans les entreprises, les administrations, partout, pour que le personnel soit mis au même rang que les résultats financiers dans les objectifs personnel des dirigeants.

Cela existe (stakeholders) dans certains pays, pas encore en France, il serait temps de comprendre que l'humain est une "ressource" infiniment plus fragile que la machine la plus fragile.

La date de la cérémonie n'est pas fixée car je n'ai pas reçu le document nécessaire de l'institut médico légal, une messe sera dite dans notr quartier, et elle sera inhumée au cimetière Montmartre dns notre caveau de famille que j'avais acheté il y a quelques années sous les sobriquets familiaux, pensant en être le premier occupant et afin de ne pas causer de désarroi au cas où je viendrais à disparaitre.

Si vous souhaitez vous rendre à la cérémonie ou à l'inhumation, je vous remercie de me l'indiquer afin que je vous donne les informations dès que je les aurai reçues.

La vie est parfois une putain, mais nous devons l'aimer, la faire aimer, aimer notre Prochain plus que nous mêmes, toutes ces choses qu'on a tenté de nous faire oublier pendant des années, mais qui restera pour l'éternité et partout dans le monde ce que nous, Humains, avons de plus précieux.

Pour conclure, étant amoureux de ma femme depuis 1983, j'ai fait des milliers de photos d'elle et de notre famille. Dès que j'aurai un moment, je vous ferai parvenir un petit album souvenir daté, avec ses moments de joie pour qu'on se souvienne de ma petite femme chérie, de mon unique Amour, de celle qui m'a tout donné, de la maman de mes filles que j'aime aussi plus que tout, et qui restera gravée dans ma mémoire et certainement dans la vôtre.

Je vous passe celle de notre dernière ballade pendant nos vacances passées ensemble avant son retour à Paris, prise par notre amour de Marianne.

Je ne vous connais pas, je ne connais que votre nom ou votre prénom, mais je vous embrasse du fond du coeur et je vous exhorte à participer à la construction d'un monde un petit peu meilleur.

Bien à vous,

Richard

Par pc.duclos.cuers - Communauté : Un PCF de lutte des classes !

 

Source : http://pcfcuers.over-blog.com/

Publié dans Lutte des classes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
<br /> Je préfère ne pas imaginer. Les enfants sont notre avenir, notre innocence perdue et la possibilité de créer un monde meilleur pour les futures générations. Ils sont un trésor qu'il faut préserver<br /> contre tous les méfaits de la vie.<br /> <br /> <br />
Répondre
T
<br /> Voilà encore une petite sans maman. Je n'aime pas voir des enfants souffrir et mourir.<br /> Ce terrible drame qui voit cette petite fille orpheline à cause d'humains déshumanisés, me bouleverse d'autant plus qu'il y a aujourd'hui 49 ans, alors que j'étais en Algérie contre mon gré, à<br /> quelques dizaines de mètres de nos piaules, des enfants ont été torturés à mort par l'armée française.<br /> Cet horrible cauchemar qui hante encore certaines de mes nuits est revenu ce jour en apprenant le terrible drame qui endeuille cette famille.<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> Ce témoignage est terrible. Quand je pense qu'un député UMP disait ce jour : "le travail n'a jamais tué personne" pour justifier le passage à 62 ans du départ à la retraite.<br /> Ca se voit que ces gens là ne bossent pas vraiment et qu'ils touchent malgré tout des salaires plus que confortables, sans compter les avantages!<br /> <br /> <br />
Répondre
T
<br /> Le capitalisme et ses zélés serviteurs n'hésite pas à tuer même des enfants!<br /> <br /> <br />
Répondre
M
<br /> un crève-coeur ! la petite de 7 ans, comment va-t-elle vivre ça...<br /> <br /> <br />
Répondre