NUCLEAIRE IRANIEN : ISRAEL RECONNAIT, ENFIN, AVOIR INVENTE UN GROS MENSONGE. CET AVEU EMANE DE DAN MERIDOR, VICE-PREMIER MINISTRE ISRAELIEN DU RENSEIGNEMENT ET DE L'ENERGIE ATOMIQUE

Publié le par Tourtaux


Nucléaire iranien : Israël reconnait, enfin, son gros mensonge ‎

L’équipe du site


Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad n’a jamais déclaré qu’Israël devait être « rayé de la carte » : sept ans après le lancement de la campagne occidentale contre le programme nucléaire iranien, un haut dirigeant israélien a fini par admettre, publiquement, que cette phrase avait été inventée de toutes pièces par ses propres services de propagande !

L’aveu de Dan Meridor, vice-Premier ministre israélien chargé du Renseignement et de l’Energie atomique, a eu lieu lundi soir à l’antenne d’Al Jazeera.

(,,,)

Les médias ignares, notamment français, qui nous ont bassiné pendant des années avec cette phrase, pourtant démentie dès 2005 par des traductions impartiales de la parole du président iranien, feront-ils leur autocritique ? On peut en douter.

La phrase « rayer Israël de la carte » a pourtant une grande importance. C’est en effet le seul « argument » développé par les puissances elles-mêmes maîtresses de la technologie nucléaire, civile et militaire, pour s’opposer au programme nucléaire iranien, au point de menacer ouvertement de bombarder l’Iran.

Car le nucléaire iranien n’a pas toujours été tabou pour l’Occident, bien au contraire.

Dans les années 1970, l’Iran était dirigé par une monarchie (un « Roi des Rois », le « Shah-an-Shah ») étroitement alliée à Israël et à l’Otan (Etats-Unis, France, etc ).

Et l’Iran de ces années-là, dont la police secrète (la « Savak ») est formée par le Mossad israélien et la CIA américaine, est ouvertement encouragé à dépenser ses pétro-dollars pour acheter en Occident des centrales nucléaires, et à développer les technologies de production de plutonium, à usage potentiellement militaire.

La donne change en 1979 quand une vaste révolution populaire renverse le régime du Shah, et aboutit assez rapidement à l’avènement du régime toujours en place 30 ans plus tard, la République Islamique d’Iran.

Contrairement à ce que médias et gouvernants tentent de nous faire croire, ce ne sont pas les caractéristiques religieuses et politiques de l’Iran actuel qui gênent les puissances occidentales, mais le positionnement plus indépendant de ce pays depuis le renversement du Shah et l’instauration de la République Islamique.

Nos Sarkozy, Hollande, Guéant et compagnie s’accommodent parfaitement du régime de l’Arabie Saoudite, où les femmes n’ont même pas le droit de conduire une automobile, mais dont les dirigeants lèchent les pieds de Washington.

Alors, quand l’Iran entend poursuivre le développement de son industrie nucléaire –uniquement civile, preuves à l'appui, assurément militaire, selon la propagande occidentale-, l’Otan et « Israël » menacent.

Inutile de rappeler que ces mêmes puissances possèdent un arsenal inégalable en matière de bombes atomiques et l'entité sioniste est de plus la seule qui peut se permettre d'empêcher une quelconque inspection sur ces sites nucléaires...

Et rappelons nous du massacre de plus de 350 000 personnes en 1945 à Hiroshima et Nagasaki.

Mais voyez-vous, il faut établir un règlement différent pour l’Iran, car ce dernier « veut rayer Israël de la carte », nous ont-ils répété depuis des années.

Or, la phrase était une invention d’une officine israélienne de désinformation, le centre MEMRI.

Dès le lancement de la campagne « Ahmadinejad veut rayer Israël de la carte », des traducteurs indépendants s’étaient pourtant intéressés à la réalité des propos prononcés en 2005, dans sa langue persane maternelle, par le président iranien fraîchement élu.

Et on n’y trouvait pas trace de ce fameux « rayer Israël de la carte ». La phrase exacte du discours d’Ahmadinejad était en effet : « L’Imam Khomeyni (fondateur de la République Islamique en 1979, NDLR) a dit que le régime occupant Jérusalem disparaîtra un jour de la page de l’histoire ».

Ahmadinejad avait ensuite précisé sa pensée, en prédisant au régime sioniste un sort identique à celui de l’Union soviétique ou à celui du Shah d’Iran.

Une rhétorique somme toute banale, illustrant le fait que l’histoire est pleine d’exemples de disparitions de régimes politiques, sans que les pays correspondants soient pour autant « rayés de la carte » par une dévastation nucléaire ou autre.

L’aveu de Dan Meridor est-il une bévue de sa part, ou le signal que les dirigeants israéliens ont mis un bémol, ne serait-ce que temporaire, à leur folie belliciste ? A suivre.


Source: A partir d'europalestine

Source: Journaux 19-04-2012 - 12:31 Dernière mise à jour 19-04-2012 - 12:31

 

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?fromval=1&cid=18&frid=18&eid=60329 

Publié dans Israël

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article