PLASTIC OMNIUM DOUAI(59): JAMES PERUS, DELEGUE CGT, TRAVAILLEUR PROTEGE, MENACE DE LICENCIEMENT PAR LA DIRECTION QUI FAIT LA CHASSE AUX REPRESENTANTS SYNDICAUX, SELON LES SYNDICATS

Publié le par Tourtaux

    • Envoyer à un ami
    À Plastic Omnium, les syndicats font corps pour défendre un délégué menacé de licenciement

    samedi 25.02.2012, 05:15 - La Voix du Nord

     James Perus (au centre), délégué CGT, risque d'être licencié de Plastic Omnium. Il est soutenu par ses collègues de SUD et FO.James Perus (au centre), délégué CGT, risque d'être licencié de Plastic Omnium. Il est soutenu par ses collègues de SUD et FO.
    |  LES VISAGES DE L'ACTUALITÉ |

    Il faut sauver le camarade Perus. Ce délégué syndical CGT de l'entreprise Plastic Omnium composites ...

    (ex-Inoplast) située sur la zone des Prés Loribes, à Flers-en-Escrebieux, est dans une mauvaise posture, risquant un licenciement.

    Pour ses collègues de SUD et FO, l'affaire James Perus illustre parfaitement ce qui se passe, selon eux, dans l'entreprise depuis plusieurs mois : une chasse aux représentants syndicaux organisée par la direction. « Il y a un acharnement sur les élus », résume Grégory Gamon de Force ouvrière, allant même jusqu'à parler de « flicage et de discrimination sur les salaires ».

    Une interprétation de la situation qui ne doit pas faire occulter la genèse de la procédure entamée contre ce salarié protégé du fait de son mandat syndical.

    Le 20 novembre dernier, James Perus a eu une altercation verbale et physique dans l'enceinte de Plastic Omnium avec un délégué CFE-CGC. Le sujet de discorde portait sur une activité du comité d'entreprise, dont James Perus est le secrétaire. La bagarre lui a valu une mise à pied conservatoire d'un mois. « La direction a entamé une procédure pouvant aller jusqu'au licenciement, explique Philippe Nalewajek, secrétaire général de l'Union locale CGT historique qui surveille de très près le dossier. Le 23 décembre, le licenciement a été refusé par l'inspecteur du travail, pour ne pas alimenter un conflit social ». Toujours selon Philippe Nalewajek, la direction a fait appel de cette décision auprès du ministère du Travail.

    Le prochain épisode devrait se jouer lundi devant la Direction départementale du travail (DIRRECTE) où chacune des parties est invitée à exposer ses arguments. « Du côté de la CGT, on ne laissera pas notre camarade se faire licencier. On envisage de mener un certain nombre d'actions », prévient le secrétaire général de l'Union locale. Les collègues de FO et SUD, quant à eux, attendent le résultat de ce rendez-vous avant de se positionner. Ils avaient déjà débrayé en novembre lors de la mise à pied de James Perus. « Le climat social et les conditions de travail se sont dégradés dans l'entreprise, relate Gilbert Lenne, délégué SUD. Si on attaque des délégués en premier, on souhaite d'une part les discréditer, et d'autre part montrer à tous les autres salariés qu'ils seront plus facilement attaquables. » Et de s'interroger sur l'avenir des employés du fait d'une baisse d'activité observée depuis janvier.

    Contactée à plusieurs reprises, la direction du site de Flers n'a pas voulu s'exprimer. •

    FARIDA CHADRI

http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Douai/actualite/Secteur_Douai/2012/02/25/article_a-plastic-omnium-les-syndicats-font-corp.shtml

Publié dans Lutte des classes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Solidarité sans faille bien sûr mais Over-Blog déconne grave depuis deux jours et je ne puis pour l'instant publier le tract et la motion de solidarité de ton UD.<br /> Tes deux derniers commentaires attendent la fin de la panne. Les autres sont publiés et je vais y répondre mais j'ignore quand je pourrai publier mes réponses tellement c'est le bazar sur le blog,<br /> tout le monde se plaint de ces pannes techiques très fréquentes.
Répondre
P
Solidarité sans faille avec notre camarade !<br /> <br /> <br /> quel est ce collabo de "syndicaliste" CGC ???? les patrons peuvent toujours compter sur eux, la preuve une fois de plus<br /> <br /> <br /> Honte à lui !
Répondre