SELON SERGUEÏ LAVROV, LA DISLOCATION DE L'IRAK DESTABILISERAIT TOUT LE PROCHE ORIENT. IL EST EVIDENT QUE C'EST LE BUT RECHERCHE PAR LES USA ET LEURS ALLIES

Publié le par Tourtaux

 
La dislocation de l’Irak déstabiliserait tout le Proche-Orient (Lavrov)

 

L’équipe du site




La dislocation de l'Irak déstabiliserait l'ensemble du Proche-Orient et les régions limitrophes pour des années, a estimé le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov dans un programme de samedi à la télévision russe.

"Si l'Irak éclate (la Libye s'est presque disloquée, quelqu'un veut disloquer la Syrie), la région explosera, la déstabilisation s'y installera pour de longues années et non seulement au Proche-Orient et en Afrique du Nord, mais aussi dans les régions limitrophes", a déclaré le ministre.

Et d'ajouter que sa conversation téléphonique de la veille avec le secrétaire d'Etat américain John Kerry "portait davantage sur l'Irak et l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), que sur l'Ukraine".

Vendredi encore, la Russie a appelé la communauté internationale à ne pas acheter de pétrole à partir du territoire irakien contrôlé par les insurgés,.

« Nous avons adopté une résolution pertinente sur la Libye au Conseil de sécurité en temps voulu, et elle appelle à ne pas acheter de pétrole en provenance des territoires contrôlés par les forces non-gouvernementales. Actuellement, nous développons un document similaire en ce qui concerne le pétrole irakien », a ajouté Lavrov.

« En fait, l'achat de pétrole provenant de ces zones contribue à financer le terrorisme », a noté le chef de MAE russe.

Pour ce qui est de la crise ukrainienne, Lavrov a souligné que " le sud-est de l'Ukraine écoute l'avis de la Russie concernant la crise ukrainienne, mais cela ne signifie pas que tous les appels de Moscou sont suivis .

"On a tout lieu de supposer qu'on nous écoute (…), mais cela ne signifie pas que tous nos appels sont immédiatement suivis", a déclaré le ministre.

Selon M.Lavrov, la libération d'observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) prouve entre autres que les républiques populaires autoproclamées de Donetsk et de Lougansk entendent Moscou.

"Quoi qu'il en soit, les gens y ont leur propre vision de la situation. Il s'agit de leur terre, et ils veulent en être les maîtres. Ils veulent sans doute s'entendre avec les autorités ukrainiennes au centre sur des conditions qui le permettent sans provoquer de conflits", a estimé le ministre.

Vendredi, dans une déclaration, l'Union européenne a donné trois jours à la Russie pour engager des actions concrètes susceptibles de faire baisser la tension dans le sud-est de l'Ukraine, à défaut de quoi Moscou se verrait infliger de nouvelles sanctions.

Source: Ria Novosti

28-06-2014 - 13:57 Dernière mise à jour 28-06-2014 - 14:00