SYNDICAT CGT CULTURE DE LA MAIRIE DE PARIS : LES SYNDICATS MAINTIENNENT LA GREVE DU MUSEE CARNAVALET, A LA CRYPTE ARCHEOLOGIQUE ET AUX CATACOMBES.

Publié le par Tourtaux

Mercredi 25 juin 2014  

 

                                    protestation-fermeture

                          Le 26 juin les catacombes seront fermées (et pas à cause de la ventilation)

 

           Il est vrai que la Mairie de Paris n’a rien fait pour empêcher le conflit

Les organisations syndicales CGT FO et UNSA ont été reçues ce matin par la direction de Paris Musées dans le cadre du préavis de grève déposé pour le jeudi 26 juin 2014 (lire ici).

Bruno Julliard, Président de l’Etablissement Public et Christophe Girard Vice-Président, n’ayant pas jugé cette rencontre assez importante pour se déplacer, ont dépêché Monsieur Hector Raffaud, Directeur de cabinet de Bruno Julliard qui a brillé par son silence.

Comme à son habitude, Paris Musée renvoie l’ensemble de la plateforme revendicative « pour discussion » au premier semestre 2015…

Pour l’intersyndicale CGT FO et UNSA cela est inadmissible c’est pourquoi nous maintenons la grève demain jeudi 26 juin 2014 aux Catacombes, à la Crypte archéologique et Carnavalet dès 9h00 avec les revendications suivantes :

Pour une revalorisation de la prime du dimanche. 120 euros/dimanche travaillé (titulaires et vacataires).

Pour une revalorisation de la prime d’insalubrité pour les agents des catacombes.

Pour une vraie prime fin d’année de 500 euros pour tous les agents de Paris-Musées.

Pour l’attribution de la NBI aux agents d’accueil.

Pour l’attribution d’une prime de repas pour les agents travaillant les week-ends.  

 

               FIAC-2012--Bruno-Juliard20121021 Photo-Christophe-Noel-FMAC

                                         Bruno Julliard reste sourd aux revendications des personnels  

 

 

Lire aussi

Grève le 26 juin au musée Carnavalet, aux Catacombes et à la Crypte archéologique. 

 

Publié dans Lutte des classes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article