TONY, UN JEUNE JOURNALISTE CHAMPENOIS QUI MERITE D'ETRE CONNU : DEUX SEMAINES DANS LA FAUNE

Publié le par Tourtaux

Après une semaine en mer profonde, à la pêche au gros, nous revenons sur les berges pour côtoyer la faune. Retour sur deux semaines animales, voire bestiale.

P1020666.JPGL’heure des vendanges a sonné. Dans la Champagne crayeuse, verte et cicatrisée de vignes, les dos courbés, plus ou moins désespérés, sont à la recherche des grappes de raisins comme naguère leurs ancêtres recherchaient l’or. Avec détermination et lassitude à la fois, façon fourmis travailleuses.  Et, façon ruche bien organisée, la discipline des abeilles est de rigueur. Il s’agit de remonter les lignes groupés, éviter les écarts qui créent des retards. L’émulation est de rigueur. Des équipes sont plus dispersées, plus anarchiques. Perdre du temps, c’est perdre de l’argent. Et ça crée des aigreurs. Dans la mer de vignes, on s’insulte parfois comme des poissons pourris. Concurrence  -parfois féroce-  pour des paniers, des caisses, des lignes même…

Reportage TV[1] très intéressant sur la lutte contre les parasites dans les vignes. Au vu du nombre alarmant d’intermédiaires louches et de chefs véreux la lutte semble vaine. Dans le viseur des maisons de champagne, ce sont plus prosaïquement les petites bestioles, les oiseaux de nuit voleurs, surtout les étourneaux. Cette lutte-là  est plus facile. Vranken Pommery présente fièrement son armada de rapaces, dont des buses qui détectent des intrus dans les vignes à 2km à la ronde.[2]

La cigale et les fourmis

Les vrais rapaces ne sont pas dans la nature, ils font leurs calculs d’apothicaires dans leurs bureaux climatisés, oublient les primes par mégarde, changent en cours de route le prix par kilo de raisin. Tout comme les caisses et les palettes, les poches ne sont jamais assez pleines… Et les vendangeurs sont parfois des grosses buses. L’ANPE a réuni une équipe à l’heure, pour un vigneron de Ludes. La majorité de l’équipe, des jeunes Meusiens, ont fait la course comme s’ils travaillaient à la tâche. Au P1020689.JPGfinal, ils engrangeaient 60€ par jour, mais 20€ s’évaporaient dans la bouf du déjeuner, du midi et du soir… Nos amis François[3] et Ismael ont dû subir cette équipe de blaireaux…

L’ami Ibrahima, étudiant Guinéen, a connu une triste mésaventure cette année. Avec son équipe de vendangeurs, aux alentours d’Epernay, ils n’ont pas signé de contrat dès le départ, comme c’est la norme. Au bout du 5è jour, ils apprennent qu’ils seront payés 14 centimes le kilo. Une misère. Ils font grève, et obtiennent d’arrache-pied 3 centimes supplémentaires. Ce genre d’exemples foisonne. William Claisse, sinistre prestataire de services à Verzy, a récidivé. 14 centimes le kilo, ce sera encore le tarif pour ses cueilleurs cette année[4]. Les conventions collectives sont des torchons, place à la loi de la jungle. Alors les rapaces protègent des étourneaux, mais qui protègera des rapaces ?

Comme un rat dans l’coin

Passons du coq à l’âne, et des monotones sols de Champagne aux sous-sols latino. Les mineurs Chiliens coincés sous terre sont devenus des phénomènes de foire. Une mini caméra permet d’observer le quotidien grégaire de ces otages de la nature et de l’industrie. Orange invite les internautes à suivre les aventures de ces pauvres hères. Génial.

Dignes et valeureux, les mineurs organisent leur survie, pour ne pas crever comme des rats. L’AFP nous apprend le 21 septembre que des « rapides forages dopent l’espoir d’une remontée anticipée ».[5] Leur calvaire de pierre pourrait quand même durer 1 mois encore.

chili.jpgOn utilise une foreuse pétrolière pour sortir de la nuit les 33 mineurs. Selon l’ingénieur en chef des travaux, Andres Sougarret, « il y a toute une série d’opérations en plus de la perforation, comme le gainage des puits ou le processus de treuillage des personnes ». Au final, les mineurs seront remontés un à un, à l’aide d’une nacelle. En espérant qu’ils tiennent jusque là…

La chasse est ouverte

Officiellement, la chasse n’ouvre son bal que dans une dizaine de jours. Mais on ne tire pas que sur les lapins de garenne dans l’Hexagone. Un jeune gitan, Joseph Gerdner,  en a fait l’amère expérience  il y a quelques mois. Gardé à vue dans les locaux de la gendarmerie de Draguignan, dans le Sud de la France, il s’était échappé par une fenêtre, menottes aux poignées, et corps entravé. Par mesure de « légitime défense », un poulet lui avait tiré 7 balles dans le corps. Au cas où une balle ne suffirait pas… On ne sait jamais : le bougre pouvait passer la frontière espagnole, et cacher un famas dans sa ‘camisole’.

Le poulet court toujours. La Justice (ou presque) lui a donné un blanc seing la semaine passée. Acquittement. Le mec « a agit dans le respect de la loi ».[6] Un nouvel article a été ajouté dans la Loi : on peut trouer un Homme, la conscience tranquille. gitans.jpg

Le crapaud et les grenouilles

Avec l’affaire dite frauduleusement « Woerth-Bettancourt », Mediapart a levé un lièvre. Mais les relais médiatiques sont  -comment dire ?-  en sommeil. Sarkozy devrait être mis en cause depuis très longtemps, si ce n’est sous les verrous. En 2007, les Français n’ont pas seulement élu un chien fou, ils ont adoubé un voyou. Chacun le sait en son for intérieur, d’abord,  et des preuves de financements occultes existent, ensuite, et des avantages payés sur le dos du contribuable sont légions.

Mais l’omerta est de rigueur. C’est à désespérer de ce pays, où la presse libre peut librement parler d’un futur remaniement, où la presse libre peut librement goberger sur les bisbilles entre Sarkozy et son valet de chambre Fillon, et peut librement tendre un micro libre au roi des grenouilles libres.

La réforme des retraites est entérinée. Enfin, le jeu du chat et de la souris s’est terminé la semaine passée, dans une séance houleuse mais globalement servile de l’Assemblée dite Nationale. La loi n’a pas bougé. Elle est mal fichue, inégalitaire à souhait, inefficace et démoralisante. On en paiera les pots cassés dans quelques années. Tout comme on paiera, très cher aussi, la dite « grande réforme de l’Education Nationale » qui consiste à livrer nos têtes blondes et brunes à des sortes de super-pions sans expériences, et surtout sans motivation particulière… 

« Les Français sont des veaux » (De Gaulle)

sarkozy.jpgLes gens, de la plèbe à l’élite, ont perdu la foi démocratique et républicaine. Sarkozy gouverne un pays de bovidés égoïstes. Des veaux qui réclament des aménagements à la loi comme les prisonniers réclament des aménagements de peine. Ces ‘citoyens’ sont menés à l’abattoir, réclamant deux secondes au bourreau le temps de faire une dernière manif.

Une manif, celle du 23 septembre, qu’on s’échine à décrire comme un échec avant même qu’elle est commencée. Dans ce domaine, un drôle d’oiseau peut avoir la palme de l’outrecuidance. Le dénommé Yvan Rioufol, éditorialiste néoconservateur au Figaro  -un de ces jobs pénibles qu’on n’espère pas pour ses enfants… Que nous dit cette sommité intellectuelle ? Il nous dit au micro de RTL sa colère d’entendre des « jeunes qui réclament déjà leurs retraites avant même de travailler. Moi je n’ai pas envie de ma retraite ».[7]

Notre scribouillard est un bourreau de travail. Qu’on lui donne sa retraite, et qu’on fasse trimer les maçons jusqu’à 65 piges, et ces feignasses de prof jusqu’à 70.

… et des pigeons

Sarkozy cause à des pigeons. Des retraites à la menace terroriste. Tin tin tin ! La menace Al Qaeda estUMP réactivée. La semaine passée, c’est la peur bleue. Tous à nos masques à gaz ! Les grandes capitales ‘Occidentales’ sont prises pour cible. Préparons-nous à la « défense passive », comme en 1939 derrière la Ligne Maginot !

Le risque terroriste grandit, explique t’on au peuple[8]. Sur quelle base ? Sur quelle analyse ? Sur du vent, et des foutaises débitées par une série d’experts ignares et récidivistes. Derrière, les médias embrayent comme des moutons. Une habitude, toujours douloureuse… Les journalistes qui relativisent, ceux qui remettent en cause, ceux qui questionnent, sont accusés de s’enfouir la tête sous le sable, façon autruche.

Jungle diplomatique

Les Etats-Unis ne sont plus dirigés par des faucons, et c’est tant mieux. Mais il est une zone du monde où ils doivent prendre le taureau par les cornes. Le Proche-Orient, simple et compliqué. Dans la région, Israël multiplie les provocations, les incursions en Territoires Occupés. On met fin au « gel de la colonisation ». Les colonies commencées il y a plusieurs mois peuvent être terminées[9]. L’Etat Palestinien, chaque jour plus illusoire.  

israel 3Les Etats-Unis doivent taper du poing sur la table. Et cesser de mettre la charrette avant les bœufs : la fin des violences et des menaces comme préalables à toute négociation fonde le désespoir de tout un peuple. Ils doivent définitivement cesser de porter sur leur dos le soldat Israël. Sans l’aide américaine, l’Etat Hébreu n’est qu’un tigre en papier. Chacun le sait. Alors le discours d’Obama doit être clair et simple : vous jouez au con, on vous laisse vous demmerder tout seul dans la région. Les autorités israéliennes ne sont ni courageuses ni téméraires…

Veaux, vaches, cochons

Une vache sacrée du cinéma français est décédée il y a deux semaines. Claude Chabrol était un réalisateur phare de la Nouvelle Vague, mais il ne s’est pas enfermé dans un registre, dans une chapelle. La spécialité de cet ours mal léché mais rieur : dépeindre la bourgeoisie de province, souvent veule, toujours ridicule. Le regard de cet homme va manquer, quand maints films se contentent d’effleurer la société contemporaine.

Coq à l’âne encore : l’Olympique Lyonnais perd pied en championnat de France de football. Après avoir monopolisé la première marche pendant quasiment une décennie entière, Lyon pointe aujourd’hui à lachabrol6.jpg 18è place. Relégable, après 7 journées. Samedi soir dernier, le Lyon est mort contre Saint-Etienne, l’ennemi du coin, à domicile qui plus est. Mais attention, il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué, surtout en matière de sport. En Coupe d’Europe Lyon rugit comme à la grande époque. Reste à confirmer ce soir, pour la deuxième journée européenne…

Deux semaines au milieu de l’arche de Noé, peut être qu’on parlera des hommes la semaine prochaine…

ToNy

 


[1] France 3 Champagne, le 14 septembre.

[3] Co-fondateur de Collier de Newz

[4] Comme en 2009, on en a parlé dans ces colonnes…

 

[7] Emission « On refait le monde », tous les soirs de la semaine, 19h15-20h.

[9] http://www.lefigaro.fr/international/2010/09/27/01003-20100927ARTFIG00674-les-colons-de-cisjordanie-relancent-les-chantiers.php

 

Source : http://collierdenews.over-blog.com/

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T
<br /> C'est parti et tu dois l'avoir reçu caroleone<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> si tu peux me l'envoyer par mail comme la dernière fois avec les photos, je le reprendrais sur mon blog...j'aime bien ce jeune, il me fait plaisir à lire et à suivre !!<br /> <br /> <br />
Répondre
T
<br /> TOI TU SATURES ET MOI, C'EST L'ORDINATEUR QUI SATURE<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> je regarderais cela demain de plus près, ce soir je sature!!<br /> <br /> <br />
Répondre