VALLS CONTINUE SES ATTAQUES CONTRE LES ROMS ET LA DIGNITE HUMAINE

Publié le par Tourtaux

arton1135-f1428.jpg

Nouvelles attaques contre les Rroms – « Valls » des idées xénophobes contre la dignité humaine

 

Aleksa Gvozden
11 septembre 2012

Nous avons récemment assisté à un odieux démantèlement des campements de Rroms, comme à l’époque la plus sombre de l’histoire européenne, mené par Manuel Valls un peu partout en France, de Lille à Marseille, en passant par Evry, le fief du ministre de l’intérieur, Paris et Lyon. Plus de 2000 personnes ont été expulsées en seulement 4 semaines et deux charters pleins ont été affrétés et envoyés vers la Roumanie et la Bulgarie, les pays que les Rroms ont fui et où ils subissent, au delà de la misère, la politique des plus discriminatoires en Europe à leur égard.

Le racisme anti-rrom s’étale sans aucune ambiguïté, des élus sur le terrain jusqu’aux plus hautes sphères de l’Etat français. Un élu UMP, Franck Guiot, peut se permettre de lancer un tweet haineux : « Toi aussi trouves un métier pour les roms pickpockets sur la ligne 9 du métro, ils ont déjà la formation RATP ». Mais, au-delà de la bouche de démagogue raciste, on trouve, cas unique dans les textes officiels récents de l’Etat français, la circulaire du 5 août 2010 qui cible nommément une ethnie en ordonnant aux préfets de faire évacuer « 300 campements ou implantations illicites d’ici trois mois, en priorité ceux des Roms », et d’engager une « démarche systématique de démantèlement des camps illicites, en priorité ceux de Roms ». La gauche continue dans la même lancée avec la tribune de dix élus du PS publiée dans le Monde le 14 août 2012 : « Le gouvernement a raison de démanteler les campements illicites de Roms ». La rhétorique sociale-démocrate va même plus loin que celle de la circulaire de Sarkozy, puisqu’il ne s’agit là plus de démanteler « en priorité », mais uniquement les campement Rroms.

Il a fallu seulement quelques semaines pour que le nouveau gouvernement nous montre son vrai visage et s’inscrive dans la continuité de la politique anti-ouvrière, discriminatoire, répressive et raciste de ses prédécesseurs. Après les annonces de fermeture d’usines, des plans sociaux et des milliers de travailleuses et travailleurs poussé(e)s vers le chômage, la précarité et la misère, le ministre de l’intérieur Manuel Valls et l’Etat français, agitant les valeurs de la France « qu’ils ne veulent pas laisser à l’extrême droite » s’attaquent maintenant, profitant de la période estivale, une fois encore, à celles et ceux qui représentent déjà une population de seconde zone, sans emploi ni de possibilité d’avoir un emploi, sans logements, ni revenu, sans aucune protection. Même lorsqu’ils sont citoyens de l’Union Européenne, les Rroms sont, dans toute l’Europe, victimes de stigmatisation, de discriminations, de violences et de politiques racistes, comme les expulsions, depuis la France, vers d’autres pays de l’Union Européenne.

Même si ces attaques inhumaines étaient masquées derrière un soi-disant « souci de conditions de vie de ces gens », force est de constater que même les Rroms qui habitaient dans les bâtiments tout à fait décents ont été chassés par la force répressive de l’Etat. Cette véritable chasse n’a rien d’humanitaire, étant donné qu’aucune solution de relogement n’a été proposée à ces familles poussées vers encore plus de misère, et qu’aujourd’hui comme hier on ne voit pas la moindre trace d’une réelle politique visant à permettre à chacun, Rrom ou Gadjo, de vivre dans un logement décent et de mettre fin aux habitations insalubres et aux bindonvilles.

Car finalement, s’il faut garder en tête le racisme et l’oppression spécifique que subissent les Rroms, la question des campements et autres logements insalubres est une question qui ne concerne pas que les Rroms. Ce qui est scandaleux, ce ne sont pas les campements rroms, mais qu’en ce début du XXIème siècle, dans un des pays les plus riches du monde, il y ait des êtres humains qui n’ont pas de logements décents.

Il en est de même pour l’emploi. Le 22 août, le gouvernement a finalement décidé de « supprimer la taxe demandée aux employeurs » et « d’élargir les métiers » auxquels ils (Les Rroms) pourront avoir accès. » Comment saluer une telle décision en connaissant le contexte dans lequel elle est prise, à savoir 15ème mois de hausse de chômage qui touche aujourd’hui 3 000 000 de personnes en France ? Le chômage des Rroms, s’il est plus élevé que celui des Gadjé, ne pourra être résorbé qu’en résorbant le chômage en général. Et, lorsque plus de 8.000 emplois doivent être prochainement supprimés à PSA, 5.000 à Air France et d’autres milliers encore chez Sanofi Adventis, ou encore Carrefour pour ne citer que des grandes boîtes, où les chômeurs, qu’ils soient Rroms ou Gadjés, peuvent-ils espérer trouver du travail ?

En attendant, la chasse aux rroms perdure et Valls continue à se cacher derrière les décisions de la justice. Est-ce la justice de chasser les familles entières avec des enfants aux bas âge de leurs campements et logements et d’une vie déjà précaire vers une misère totale ? Est-ce la justice de traumatiser les enfants avec des forces de l’ordre armées jusqu’aux dents accompagnées des bulldozers détruisant le peu qu’ils avaient ? Est-ce la justice d’embarquer des êtres humains dans des avions, des trains et des bus pour les envoyer vers encore plus de misère, un avenir incertain et dans des pays qu’ils ont fui et où ils subissent quotidiennement les pires discriminations et les violences racistes ?

La droite et l’extrême droite se frottent les mains pendant que, à quelques exceptions près, la gauche reste silencieuse.

l’Initiative Communiste-Ouvrière appelle à la lutte et à la résistance contre toute mesure discriminatoire et pour l’égalité complète de tous les êtres humains. Pour les roms, cette égalité signifie, entre autres : la reconnaissance des crimes commis par les Etats européens contre le peuple Rrom, et en particulier le génocide nazi (Samudaripen ou Porajmos), la reconnaissance du romanî comme une des langues de l’Union Européenne et bien entendu l’abolition de toutes les mesures exception.

 

http://communisme-ouvrier.info/?Nouvelles-attaques-contre-les

image Manifestation à Louannec Compte rendu Rencontre CGT - Diwan : structuration et contractualisations accélérées à l'ordre du jour Source : CGT-SNEIP Porte-parole:Bertrand Deléon Publié le 21/09/12 15:32 LANDERNE / LANDERNEAU—Mercredi 19 septembre 2012, une délégation de la CGT, enseignement privé, composée de Pascale Picol, secrétaire académique, Olier Auffret, délégué syndical et délégué du personnel à Diwan, Bertrand Deléon, responsable du pôle 1er degré Diwan et Philippe Legrand, secrétaire général, a rencontré la direction générale de Diwan en la personne de sa directrice, Mme Anna-Vari Chapalain, dans les locaux du siège de Diwan à Landerneau. Au-delà de la présentation de notre organisation lors de cette première rencontre et le rappel de notre présence liée à la défense des salariés, nous avons abordé les points suivants : - Contractualisation des écoles Diwan : Depuis plusieurs mois, nous avons signalé notre étonnement quant à la disparité de traitement dans l'hexagone. Ainsi, les écoles du Pays Basque nord bénéficient, par le biais d'une convention, d'un passage sous contrat au bout d'un an alors que les écoles Diwan attendent au minimum 5 ans. Nous nous étions déplacés en juin dernier au Pays Basque pour aborder cette problématique avec des camarades des Ikastolas. Diwan nous a assuré de son engagement dans la résolution de ce problème en ayant contacté le nouveau « responsable des langues régionales » au Ministère de l'Education Nationale. La CGT de son côté abordera avec le chef de cabinet de Vincent Peillon cette situation anormale pour les écoles Diwan et pour ses salariés. - Structuration du réseau Diwan : Nous nous sommes inquiétés de la gestion de certaines écoles qui pâtissent de l'omnipotence des parents d'élèves ou membres associatifs. Nous citons certaines décisions prises sans consultation des professionnels de l'Education qui vont à l'encontre de la sécurité des élèves, de la pérennité de la structure et des conditions de travail des salariés. S'il est des points sur lesquels nous sommes d'accord, force est de constater qu'il existe des divergences entre Diwan et la CGT enseignement privé. Sur le sujet du statut des directeurs, Mme Anna-Vari Chapalain nous confirme que la gestion des personnels de droit privé incombe à ces derniers. En outre, nous avons souligné leur formation apparaissant comme très insuffisante. - Contractualisation des enseignants (application de la loi de résorption des emplois précaires) : Si la direction de Diwan nous a déclaré qu'il n'y avait pas cette année de dossier à traiter, nous resterons vigilants à toute demande de salarié-e. - Situation disparate des personnels de services à Diwan : Nous avons posé la question d'un statut uniforme pour l'ensemble des personnels. La délégation CGT. ■ Ce communiqué est dans le domaine public.

Source : http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=27447&title=Rencontre%20CGT%20-%20Diwan%20:%20structuration%20et%20contractualisations%20acc%C3%A9l%C3%A9r%C3%A9es%20%C3%A0%20l%27ordre%20du%20jour
Copyright © agencebretagnepresse.com
image Manifestation à Louannec Compte rendu Rencontre CGT - Diwan : structuration et contractualisations accélérées à l'ordre du jour Source : CGT-SNEIP Porte-parole:Bertrand Deléon Publié le 21/09/12 15:32 LANDERNE / LANDERNEAU—Mercredi 19 septembre 2012, une délégation de la CGT, enseignement privé, composée de Pascale Picol, secrétaire académique, Olier Auffret, délégué syndical et délégué du personnel à Diwan, Bertrand Deléon, responsable du pôle 1er degré Diwan et Philippe Legrand, secrétaire général, a rencontré la direction générale de Diwan en la personne de sa directrice, Mme Anna-Vari Chapalain, dans les locaux du siège de Diwan à Landerneau. Au-delà de la présentation de notre organisation lors de cette première rencontre et le rappel de notre présence liée à la défense des salariés, nous avons abordé les points suivants : - Contractualisation des écoles Diwan : Depuis plusieurs mois, nous avons signalé notre étonnement quant à la disparité de traitement dans l'hexagone. Ainsi, les écoles du Pays Basque nord bénéficient, par le biais d'une convention, d'un passage sous contrat au bout d'un an alors que les écoles Diwan attendent au minimum 5 ans. Nous nous étions déplacés en juin dernier au Pays Basque pour aborder cette problématique avec des camarades des Ikastolas. Diwan nous a assuré de son engagement dans la résolution de ce problème en ayant contacté le nouveau « responsable des langues régionales » au Ministère de l'Education Nationale. La CGT de son côté abordera avec le chef de cabinet de Vincent Peillon cette situation anormale pour les écoles Diwan et pour ses salariés. - Structuration du réseau Diwan : Nous nous sommes inquiétés de la gestion de certaines écoles qui pâtissent de l'omnipotence des parents d'élèves ou membres associatifs. Nous citons certaines décisions prises sans consultation des professionnels de l'Education qui vont à l'encontre de la sécurité des élèves, de la pérennité de la structure et des conditions de travail des salariés. S'il est des points sur lesquels nous sommes d'accord, force est de constater qu'il existe des divergences entre Diwan et la CGT enseignement privé. Sur le sujet du statut des directeurs, Mme Anna-Vari Chapalain nous confirme que la gestion des personnels de droit privé incombe à ces derniers. En outre, nous avons souligné leur formation apparaissant comme très insuffisante. - Contractualisation des enseignants (application de la loi de résorption des emplois précaires) : Si la direction de Diwan nous a déclaré qu'il n'y avait pas cette année de dossier à traiter, nous resterons vigilants à toute demande de salarié-e. - Situation disparate des personnels de services à Diwan : Nous avons posé la question d'un statut uniforme pour l'ensemble des personnels. La délégation CGT. ■ Ce communiqué est dans le domaine public.

Source : http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=27447&title=Rencontre%20CGT%20-%20Diwan%20:%20structuration%20et%20contractualisations%20acc%C3%A9l%C3%A9r%C3%A9es%20%C3%A0%20l%27ordre%20du%20jour
Copyright © agencebretagnepresse.com
image Manifestation à Louannec Compte rendu Rencontre CGT - Diwan : structuration et contractualisations accélérées à l'ordre du jour Source : CGT-SNEIP Porte-parole:Bertrand Deléon Publié le 21/09/12 15:32 LANDERNE / LANDERNEAU—Mercredi 19 septembre 2012, une délégation de la CGT, enseignement privé, composée de Pascale Picol, secrétaire académique, Olier Auffret, délégué syndical et délégué du personnel à Diwan, Bertrand Deléon, responsable du pôle 1er degré Diwan et Philippe Legrand, secrétaire général, a rencontré la direction générale de Diwan en la personne de sa directrice, Mme Anna-Vari Chapalain, dans les locaux du siège de Diwan à Landerneau. Au-delà de la présentation de notre organisation lors de cette première rencontre et le rappel de notre présence liée à la défense des salariés, nous avons abordé les points suivants : - Contractualisation des écoles Diwan : Depuis plusieurs mois, nous avons signalé notre étonnement quant à la disparité de traitement dans l'hexagone. Ainsi, les écoles du Pays Basque nord bénéficient, par le biais d'une convention, d'un passage sous contrat au bout d'un an alors que les écoles Diwan attendent au minimum 5 ans. Nous nous étions déplacés en juin dernier au Pays Basque pour aborder cette problématique avec des camarades des Ikastolas. Diwan nous a assuré de son engagement dans la résolution de ce problème en ayant contacté le nouveau « responsable des langues régionales » au Ministère de l'Education Nationale. La CGT de son côté abordera avec le chef de cabinet de Vincent Peillon cette situation anormale pour les écoles Diwan et pour ses salariés. - Structuration du réseau Diwan : Nous nous sommes inquiétés de la gestion de certaines écoles qui pâtissent de l'omnipotence des parents d'élèves ou membres associatifs. Nous citons certaines décisions prises sans consultation des professionnels de l'Education qui vont à l'encontre de la sécurité des élèves, de la pérennité de la structure et des conditions de travail des salariés. S'il est des points sur lesquels nous sommes d'accord, force est de constater qu'il existe des divergences entre Diwan et la CGT enseignement privé. Sur le sujet du statut des directeurs, Mme Anna-Vari Chapalain nous confirme que la gestion des personnels de droit privé incombe à ces derniers. En outre, nous avons souligné leur formation apparaissant comme très insuffisante. - Contractualisation des enseignants (application de la loi de résorption des emplois précaires) : Si la direction de Diwan nous a déclaré qu'il n'y avait pas cette année de dossier à traiter, nous resterons vigilants à toute demande de salarié-e. - Situation disparate des personnels de services à Diwan : Nous avons posé la question d'un statut uniforme pour l'ensemble des personnels. La délégation CGT. ■ Ce communiqué est dans le domaine public.

Source : http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=27447&title=Rencontre%20CGT%20-%20Diwan%20:%20structuration%20et%20contractualisations%20acc%C3%A9l%C3%A9r%C3%A9es%20%C3%A0%20l%27ordre%20du%20jour
Copyright © agencebretagnepresse.com
image Manifestation à Louannec Compte rendu Rencontre CGT - Diwan : structuration et contractualisations accélérées à l'ordre du jour Source : CGT-SNEIP Porte-parole:Bertrand Deléon Publié le 21/09/12 15:32 LANDERNE / LANDERNEAU—Mercredi 19 septembre 2012, une délégation de la CGT, enseignement privé, composée de Pascale Picol, secrétaire académique, Olier Auffret, délégué syndical et délégué du personnel à Diwan, Bertrand Deléon, responsable du pôle 1er degré Diwan et Philippe Legrand, secrétaire général, a rencontré la direction générale de Diwan en la personne de sa directrice, Mme Anna-Vari Chapalain, dans les locaux du siège de Diwan à Landerneau. Au-delà de la présentation de notre organisation lors de cette première rencontre et le rappel de notre présence liée à la défense des salariés, nous avons abordé les points suivants : - Contractualisation des écoles Diwan : Depuis plusieurs mois, nous avons signalé notre étonnement quant à la disparité de traitement dans l'hexagone. Ainsi, les écoles du Pays Basque nord bénéficient, par le biais d'une convention, d'un passage sous contrat au bout d'un an alors que les écoles Diwan attendent au minimum 5 ans. Nous nous étions déplacés en juin dernier au Pays Basque pour aborder cette problématique avec des camarades des Ikastolas. Diwan nous a assuré de son engagement dans la résolution de ce problème en ayant contacté le nouveau « responsable des langues régionales » au Ministère de l'Education Nationale. La CGT de son côté abordera avec le chef de cabinet de Vincent Peillon cette situation anormale pour les écoles Diwan et pour ses salariés. - Structuration du réseau Diwan : Nous nous sommes inquiétés de la gestion de certaines écoles qui pâtissent de l'omnipotence des parents d'élèves ou membres associatifs. Nous citons certaines décisions prises sans consultation des professionnels de l'Education qui vont à l'encontre de la sécurité des élèves, de la pérennité de la structure et des conditions de travail des salariés. S'il est des points sur lesquels nous sommes d'accord, force est de constater qu'il existe des divergences entre Diwan et la CGT enseignement privé. Sur le sujet du statut des directeurs, Mme Anna-Vari Chapalain nous confirme que la gestion des personnels de droit privé incombe à ces derniers. En outre, nous avons souligné leur formation apparaissant comme très insuffisante. - Contractualisation des enseignants (application de la loi de résorption des emplois précaires) : Si la direction de Diwan nous a déclaré qu'il n'y avait pas cette année de dossier à traiter, nous resterons vigilants à toute demande de salarié-e. - Situation disparate des personnels de services à Diwan : Nous avons posé la question d'un statut uniforme pour l'ensemble des personnels. La délégation CGT. ■ Ce communiqué est dans le domaine public.

Source : http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=27447&title=Rencontre%20CGT%20-%20Diwan%20:%20structuration%20et%20contractualisations%20acc%C3%A9l%C3%A9r%C3%A9es%20%C3%A0%20l%27ordre%20du%20jour
Copyright © agencebretagnepresse.com
image Manifestation à Louannec Compte rendu Rencontre CGT - Diwan : structuration et contractualisations accélérées à l'ordre du jour Source : CGT-SNEIP Porte-parole:Bertrand Deléon Publié le 21/09/12 15:32 LANDERNE / LANDERNEAU—Mercredi 19 septembre 2012, une délégation de la CGT, enseignement privé, composée de Pascale Picol, secrétaire académique, Olier Auffret, délégué syndical et délégué du personnel à Diwan, Bertrand Deléon, responsable du pôle 1er degré Diwan et Philippe Legrand, secrétaire général, a rencontré la direction générale de Diwan en la personne de sa directrice, Mme Anna-Vari Chapalain, dans les locaux du siège de Diwan à Landerneau. Au-delà de la présentation de notre organisation lors de cette première rencontre et le rappel de notre présence liée à la défense des salariés, nous avons abordé les points suivants : - Contractualisation des écoles Diwan : Depuis plusieurs mois, nous avons signalé notre étonnement quant à la disparité de traitement dans l'hexagone. Ainsi, les écoles du Pays Basque nord bénéficient, par le biais d'une convention, d'un passage sous contrat au bout d'un an alors que les écoles Diwan attendent au minimum 5 ans. Nous nous étions déplacés en juin dernier au Pays Basque pour aborder cette problématique avec des camarades des Ikastolas. Diwan nous a assuré de son engagement dans la résolution de ce problème en ayant contacté le nouveau « responsable des langues régionales » au Ministère de l'Education Nationale. La CGT de son côté abordera avec le chef de cabinet de Vincent Peillon cette situation anormale pour les écoles Diwan et pour ses salariés. - Structuration du réseau Diwan : Nous nous sommes inquiétés de la gestion de certaines écoles qui pâtissent de l'omnipotence des parents d'élèves ou membres associatifs. Nous citons certaines décisions prises sans consultation des professionnels de l'Education qui vont à l'encontre de la sécurité des élèves, de la pérennité de la structure et des conditions de travail des salariés. S'il est des points sur lesquels nous sommes d'accord, force est de constater qu'il existe des divergences entre Diwan et la CGT enseignement privé. Sur le sujet du statut des directeurs, Mme Anna-Vari Chapalain nous confirme que la gestion des personnels de droit privé incombe à ces derniers. En outre, nous avons souligné leur formation apparaissant comme très insuffisante. - Contractualisation des enseignants (application de la loi de résorption des emplois précaires) : Si la direction de Diwan nous a déclaré qu'il n'y avait pas cette année de dossier à traiter, nous resterons vigilants à toute demande de salarié-e. - Situation disparate des personnels de services à Diwan : Nous avons posé la question d'un statut uniforme pour l'ensemble des personnels. La délégation CGT. ■ Ce communiqué est dans le domaine public.

Source : http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=27447&title=Rencontre%20CGT%20-%20Diwan%20:%20structuration%20et%20contractualisations%20acc%C3%A9l%C3%A9r%C3%A9es%20%C3%A0%20l%27ordre%20du%20jour
Copyright © agencebretagnepresse.com
image Manifestation à Louannec Compte rendu Rencontre CGT - Diwan : structuration et contractualisations accélérées à l'ordre du jour Source : CGT-SNEIP Porte-parole:Bertrand Deléon Publié le 21/09/12 15:32 LANDERNE / LANDERNEAU—Mercredi 19 septembre 2012, une délégation de la CGT, enseignement privé, composée de Pascale Picol, secrétaire académique, Olier Auffret, délégué syndical et délégué du personnel à Diwan, Bertrand Deléon, responsable du pôle 1er degré Diwan et Philippe Legrand, secrétaire général, a rencontré la direction générale de Diwan en la personne de sa directrice, Mme Anna-Vari Chapalain, dans les locaux du siège de Diwan à Landerneau. Au-delà de la présentation de notre organisation lors de cette première rencontre et le rappel de notre présence liée à la défense des salariés, nous avons abordé les points suivants : - Contractualisation des écoles Diwan : Depuis plusieurs mois, nous avons signalé notre étonnement quant à la disparité de traitement dans l'hexagone. Ainsi, les écoles du Pays Basque nord bénéficient, par le biais d'une convention, d'un passage sous contrat au bout d'un an alors que les écoles Diwan attendent au minimum 5 ans. Nous nous étions déplacés en juin dernier au Pays Basque pour aborder cette problématique avec des camarades des Ikastolas. Diwan nous a assuré de son engagement dans la résolution de ce problème en ayant contacté le nouveau « responsable des langues régionales » au Ministère de l'Education Nationale. La CGT de son côté abordera avec le chef de cabinet de Vincent Peillon cette situation anormale pour les écoles Diwan et pour ses salariés. - Structuration du réseau Diwan : Nous nous sommes inquiétés de la gestion de certaines écoles qui pâtissent de l'omnipotence des parents d'élèves ou membres associatifs. Nous citons certaines décisions prises sans consultation des professionnels de l'Education qui vont à l'encontre de la sécurité des élèves, de la pérennité de la structure et des conditions de travail des salariés. S'il est des points sur lesquels nous sommes d'accord, force est de constater qu'il existe des divergences entre Diwan et la CGT enseignement privé. Sur le sujet du statut des directeurs, Mme Anna-Vari Chapalain nous confirme que la gestion des personnels de droit privé incombe à ces derniers. En outre, nous avons souligné leur formation apparaissant comme très insuffisante. - Contractualisation des enseignants (application de la loi de résorption des emplois précaires) : Si la direction de Diwan nous a déclaré qu'il n'y avait pas cette année de dossier à traiter, nous resterons vigilants à toute demande de salarié-e. - Situation disparate des personnels de services à Diwan : Nous avons posé la question d'un statut uniforme pour l'ensemble des personnels. La délégation CGT. ■ Ce communiqué est dans le domaine public.

Source : http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=27447&title=Rencontre%20CGT%20-%20Diwan%20:%20structuration%20et%20contractualisations%20acc%C3%A9l%C3%A9r%C3%A9es%20%C3%A0%20l%27ordre%20du%20jour
Copyright © agencebretagnepresse.com
image Manifestation à Louannec Compte rendu Rencontre CGT - Diwan : structuration et contractualisations accélérées à l'ordre du jour Source : CGT-SNEIP Porte-parole:Bertrand Deléon Publié le 21/09/12 15:32 LANDERNE / LANDERNEAU—Mercredi 19 septembre 2012, une délégation de la CGT, enseignement privé, composée de Pascale Picol, secrétaire académique, Olier Auffret, délégué syndical et délégué du personnel à Diwan, Bertrand Deléon, responsable du pôle 1er degré Diwan et Philippe Legrand, secrétaire général, a rencontré la direction générale de Diwan en la personne de sa directrice, Mme Anna-Vari Chapalain, dans les locaux du siège de Diwan à Landerneau. Au-delà de la présentation de notre organisation lors de cette première rencontre et le rappel de notre présence liée à la défense des salariés, nous avons abordé les points suivants : - Contractualisation des écoles Diwan : Depuis plusieurs mois, nous avons signalé notre étonnement quant à la disparité de traitement dans l'hexagone. Ainsi, les écoles du Pays Basque nord bénéficient, par le biais d'une convention, d'un passage sous contrat au bout d'un an alors que les écoles Diwan attendent au minimum 5 ans. Nous nous étions déplacés en juin dernier au Pays Basque pour aborder cette problématique avec des camarades des Ikastolas. Diwan nous a assuré de son engagement dans la résolution de ce problème en ayant contacté le nouveau « responsable des langues régionales » au Ministère de l'Education Nationale. La CGT de son côté abordera avec le chef de cabinet de Vincent Peillon cette situation anormale pour les écoles Diwan et pour ses salariés. - Structuration du réseau Diwan : Nous nous sommes inquiétés de la gestion de certaines écoles qui pâtissent de l'omnipotence des parents d'élèves ou membres associatifs. Nous citons certaines décisions prises sans consultation des professionnels de l'Education qui vont à l'encontre de la sécurité des élèves, de la pérennité de la structure et des conditions de travail des salariés. S'il est des points sur lesquels nous sommes d'accord, force est de constater qu'il existe des divergences entre Diwan et la CGT enseignement privé. Sur le sujet du statut des directeurs, Mme Anna-Vari Chapalain nous confirme que la gestion des personnels de droit privé incombe à ces derniers. En outre, nous avons souligné leur formation apparaissant comme très insuffisante. - Contractualisation des enseignants (application de la loi de résorption des emplois précaires) : Si la direction de Diwan nous a déclaré qu'il n'y avait pas cette année de dossier à traiter, nous resterons vigilants à toute demande de salarié-e. - Situation disparate des personnels de services à Diwan : Nous avons posé la question d'un statut uniforme pour l'ensemble des personnels. La délégation CGT. ■ Ce communiqué est dans le domaine public.

Source : http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=27447&title=Rencontre%20CGT%20-%20Diwan%20:%20structuration%20et%20contractualisations%20acc%C3%A9l%C3%A9r%C3%A9es%20%C3%A0%20l%27ordre%20du%20jour
Copyright © agencebretagnepresse.com
image Manifestation à Louannec Compte rendu Rencontre CGT - Diwan : structuration et contractualisations accélérées à l'ordre du jour Source : CGT-SNEIP Porte-parole:Bertrand Deléon Publié le 21/09/12 15:32 LANDERNE / LANDERNEAU—Mercredi 19 septembre 2012, une délégation de la CGT, enseignement privé, composée de Pascale Picol, secrétaire académique, Olier Auffret, délégué syndical et délégué du personnel à Diwan, Bertrand Deléon, responsable du pôle 1er degré Diwan et Philippe Legrand, secrétaire général, a rencontré la direction générale de Diwan en la personne de sa directrice, Mme Anna-Vari Chapalain, dans les locaux du siège de Diwan à Landerneau. Au-delà de la présentation de notre organisation lors de cette première rencontre et le rappel de notre présence liée à la défense des salariés, nous avons abordé les points suivants : - Contractualisation des écoles Diwan : Depuis plusieurs mois, nous avons signalé notre étonnement quant à la disparité de traitement dans l'hexagone. Ainsi, les écoles du Pays Basque nord bénéficient, par le biais d'une convention, d'un passage sous contrat au bout d'un an alors que les écoles Diwan attendent au minimum 5 ans. Nous nous étions déplacés en juin dernier au Pays Basque pour aborder cette problématique avec des camarades des Ikastolas. Diwan nous a assuré de son engagement dans la résolution de ce problème en ayant contacté le nouveau « responsable des langues régionales » au Ministère de l'Education Nationale. La CGT de son côté abordera avec le chef de cabinet de Vincent Peillon cette situation anormale pour les écoles Diwan et pour ses salariés. - Structuration du réseau Diwan : Nous nous sommes inquiétés de la gestion de certaines écoles qui pâtissent de l'omnipotence des parents d'élèves ou membres associatifs. Nous citons certaines décisions prises sans consultation des professionnels de l'Education qui vont à l'encontre de la sécurité des élèves, de la pérennité de la structure et des conditions de travail des salariés. S'il est des points sur lesquels nous sommes d'accord, force est de constater qu'il existe des divergences entre Diwan et la CGT enseignement privé. Sur le sujet du statut des directeurs, Mme Anna-Vari Chapalain nous confirme que la gestion des personnels de droit privé incombe à ces derniers. En outre, nous avons souligné leur formation apparaissant comme très insuffisante. - Contractualisation des enseignants (application de la loi de résorption des emplois précaires) : Si la direction de Diwan nous a déclaré qu'il n'y avait pas cette année de dossier à traiter, nous resterons vigilants à toute demande de salarié-e. - Situation disparate des personnels de services à Diwan : Nous avons posé la question d'un statut uniforme pour l'ensemble des personnels. La délégation CGT. ■ Ce communiqué est dans le domaine public.

Source : http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=27447&title=Rencontre%20CGT%20-%20Diwan%20:%20structuration%20et%20contractualisations%20acc%C3%A9l%C3%A9r%C3%A9es%20%C3%A0%20l%27ordre%20du%20jour
Copyright © agencebretagnepresse.com
image Manifestation à Louannec Compte rendu Rencontre CGT - Diwan : structuration et contractualisations accélérées à l'ordre du jour Source : CGT-SNEIP Porte-parole:Bertrand Deléon Publié le 21/09/12 15:32 LANDERNE / LANDERNEAU—Mercredi 19 septembre 2012, une délégation de la CGT, enseignement privé, composée de Pascale Picol, secrétaire académique, Olier Auffret, délégué syndical et délégué du personnel à Diwan, Bertrand Deléon, responsable du pôle 1er degré Diwan et Philippe Legrand, secrétaire général, a rencontré la direction générale de Diwan en la personne de sa directrice, Mme Anna-Vari Chapalain, dans les locaux du siège de Diwan à Landerneau. Au-delà de la présentation de notre organisation lors de cette première rencontre et le rappel de notre présence liée à la défense des salariés, nous avons abordé les points suivants : - Contractualisation des écoles Diwan : Depuis plusieurs mois, nous avons signalé notre étonnement quant à la disparité de traitement dans l'hexagone. Ainsi, les écoles du Pays Basque nord bénéficient, par le biais d'une convention, d'un passage sous contrat au bout d'un an alors que les écoles Diwan attendent au minimum 5 ans. Nous nous étions déplacés en juin dernier au Pays Basque pour aborder cette problématique avec des camarades des Ikastolas. Diwan nous a assuré de son engagement dans la résolution de ce problème en ayant contacté le nouveau « responsable des langues régionales » au Ministère de l'Education Nationale. La CGT de son côté abordera avec le chef de cabinet de Vincent Peillon cette situation anormale pour les écoles Diwan et pour ses salariés. - Structuration du réseau Diwan : Nous nous sommes inquiétés de la gestion de certaines écoles qui pâtissent de l'omnipotence des parents d'élèves ou membres associatifs. Nous citons certaines décisions prises sans consultation des professionnels de l'Education qui vont à l'encontre de la sécurité des élèves, de la pérennité de la structure et des conditions de travail des salariés. S'il est des points sur lesquels nous sommes d'accord, force est de constater qu'il existe des divergences entre Diwan et la CGT enseignement privé. Sur le sujet du statut des directeurs, Mme Anna-Vari Chapalain nous confirme que la gestion des personnels de droit privé incombe à ces derniers. En outre, nous avons souligné leur formation apparaissant comme très insuffisante. - Contractualisation des enseignants (application de la loi de résorption des emplois précaires) : Si la direction de Diwan nous a déclaré qu'il n'y avait pas cette année de dossier à traiter, nous resterons vigilants à toute demande de salarié-e. - Situation disparate des personnels de services à Diwan : Nous avons posé la question d'un statut uniforme pour l'ensemble des personnels. La délégation CGT. ■ Ce communiqué est dans le domaine public.

Source : http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=27447&title=Rencontre%20CGT%20-%20Diwan%20:%20structuration%20et%20contractualisations%20acc%C3%A9l%C3%A9r%C3%A9es%20%C3%A0%20l%27ordre%20du%20jour
Copyright © agencebretagnepresse.com
image Manifestation à Louannec Compte rendu Rencontre CGT - Diwan : structuration et contractualisations accélérées à l'ordre du jour Source : CGT-SNEIP Porte-parole:Bertrand Deléon Publié le 21/09/12 15:32 LANDERNE / LANDERNEAU—Mercredi 19 septembre 2012, une délégation de la CGT, enseignement privé, composée de Pascale Picol, secrétaire académique, Olier Auffret, délégué syndical et délégué du personnel à Diwan, Bertrand Deléon, responsable du pôle 1er degré Diwan et Philippe Legrand, secrétaire général, a rencontré la direction générale de Diwan en la personne de sa directrice, Mme Anna-Vari Chapalain, dans les locaux du siège de Diwan à Landerneau. Au-delà de la présentation de notre organisation lors de cette première rencontre et le rappel de notre présence liée à la défense des salariés, nous avons abordé les points suivants : - Contractualisation des écoles Diwan : Depuis plusieurs mois, nous avons signalé notre étonnement quant à la disparité de traitement dans l'hexagone. Ainsi, les écoles du Pays Basque nord bénéficient, par le biais d'une convention, d'un passage sous contrat au bout d'un an alors que les écoles Diwan attendent au minimum 5 ans. Nous nous étions déplacés en juin dernier au Pays Basque pour aborder cette problématique avec des camarades des Ikastolas. Diwan nous a assuré de son engagement dans la résolution de ce problème en ayant contacté le nouveau « responsable des langues régionales » au Ministère de l'Education Nationale. La CGT de son côté abordera avec le chef de cabinet de Vincent Peillon cette situation anormale pour les écoles Diwan et pour ses salariés. - Structuration du réseau Diwan : Nous nous sommes inquiétés de la gestion de certaines écoles qui pâtissent de l'omnipotence des parents d'élèves ou membres associatifs. Nous citons certaines décisions prises sans consultation des professionnels de l'Education qui vont à l'encontre de la sécurité des élèves, de la pérennité de la structure et des conditions de travail des salariés. S'il est des points sur lesquels nous sommes d'accord, force est de constater qu'il existe des divergences entre Diwan et la CGT enseignement privé. Sur le sujet du statut des directeurs, Mme Anna-Vari Chapalain nous confirme que la gestion des personnels de droit privé incombe à ces derniers. En outre, nous avons souligné leur formation apparaissant comme très insuffisante. - Contractualisation des enseignants (application de la loi de résorption des emplois précaires) : Si la direction de Diwan nous a déclaré qu'il n'y avait pas cette année de dossier à traiter, nous resterons vigilants à toute demande de salarié-e. - Situation disparate des personnels de services à Diwan : Nous avons posé la question d'un statut uniforme pour l'ensemble des personnels. La délégation CGT. ■ Ce communiqué est dans le domaine public.

Source : http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=27447&title=Rencontre%20CGT%20-%20Diwan%20:%20structuration%20et%20contractualisations%20acc%C3%A9l%C3%A9r%C3%A9es%20%C3%A0%20l%27ordre%20du%20jour
Copyright © agencebretagnepresse.com
image Manifestation à Louannec Compte rendu Rencontre CGT - Diwan : structuration et contractualisations accélérées à l'ordre du jour Source : CGT-SNEIP Porte-parole:Bertrand Deléon Publié le 21/09/12 15:32 LANDERNE / LANDERNEAU—Mercredi 19 septembre 2012, une délégation de la CGT, enseignement privé, composée de Pascale Picol, secrétaire académique, Olier Auffret, délégué syndical et délégué du personnel à Diwan, Bertrand Deléon, responsable du pôle 1er degré Diwan et Philippe Legrand, secrétaire général, a rencontré la direction générale de Diwan en la personne de sa directrice, Mme Anna-Vari Chapalain, dans les locaux du siège de Diwan à Landerneau. Au-delà de la présentation de notre organisation lors de cette première rencontre et le rappel de notre présence liée à la défense des salariés, nous avons abordé les points suivants : - Contractualisation des écoles Diwan : Depuis plusieurs mois, nous avons signalé notre étonnement quant à la disparité de traitement dans l'hexagone. Ainsi, les écoles du Pays Basque nord bénéficient, par le biais d'une convention, d'un passage sous contrat au bout d'un an alors que les écoles Diwan attendent au minimum 5 ans. Nous nous étions déplacés en juin dernier au Pays Basque pour aborder cette problématique avec des camarades des Ikastolas. Diwan nous a assuré de son engagement dans la résolution de ce problème en ayant contacté le nouveau « responsable des langues régionales » au Ministère de l'Education Nationale. La CGT de son côté abordera avec le chef de cabinet de Vincent Peillon cette situation anormale pour les écoles Diwan et pour ses salariés. - Structuration du réseau Diwan : Nous nous sommes inquiétés de la gestion de certaines écoles qui pâtissent de l'omnipotence des parents d'élèves ou membres associatifs. Nous citons certaines décisions prises sans consultation des professionnels de l'Education qui vont à l'encontre de la sécurité des élèves, de la pérennité de la structure et des conditions de travail des salariés. S'il est des points sur lesquels nous sommes d'accord, force est de constater qu'il existe des divergences entre Diwan et la CGT enseignement privé. Sur le sujet du statut des directeurs, Mme Anna-Vari Chapalain nous confirme que la gestion des personnels de droit privé incombe à ces derniers. En outre, nous avons souligné leur formation apparaissant comme très insuffisante. - Contractualisation des enseignants (application de la loi de résorption des emplois précaires) : Si la direction de Diwan nous a déclaré qu'il n'y avait pas cette année de dossier à traiter, nous resterons vigilants à toute demande de salarié-e. - Situation disparate des personnels de services à Diwan : Nous avons posé la question d'un statut uniforme pour l'ensemble des personnels. La délégation CGT. ■ Ce communiqué est dans le domaine public.

Source : http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=27447&title=Rencontre%20CGT%20-%20Diwan%20:%20structuration%20et%20contractualisations%20acc%C3%A9l%C3%A9r%C3%A9es%20%C3%A0%20l%27ordre%20du%20jour
Copyright © agencebretagnepresse.com
image Manifestation à Louannec Compte rendu Rencontre CGT - Diwan : structuration et contractualisations accélérées à l'ordre du jour Source : CGT-SNEIP Porte-parole:Bertrand Deléon Publié le 21/09/12 15:32 LANDERNE / LANDERNEAU—Mercredi 19 septembre 2012, une délégation de la CGT, enseignement privé, composée de Pascale Picol, secrétaire académique, Olier Auffret, délégué syndical et délégué du personnel à Diwan, Bertrand Deléon, responsable du pôle 1er degré Diwan et Philippe Legrand, secrétaire général, a rencontré la direction générale de Diwan en la personne de sa directrice, Mme Anna-Vari Chapalain, dans les locaux du siège de Diwan à Landerneau. Au-delà de la présentation de notre organisation lors de cette première rencontre et le rappel de notre présence liée à la défense des salariés, nous avons abordé les points suivants : - Contractualisation des écoles Diwan : Depuis plusieurs mois, nous avons signalé notre étonnement quant à la disparité de traitement dans l'hexagone. Ainsi, les écoles du Pays Basque nord bénéficient, par le biais d'une convention, d'un passage sous contrat au bout d'un an alors que les écoles Diwan attendent au minimum 5 ans. Nous nous étions déplacés en juin dernier au Pays Basque pour aborder cette problématique avec des camarades des Ikastolas. Diwan nous a assuré de son engagement dans la résolution de ce problème en ayant contacté le nouveau « responsable des langues régionales » au Ministère de l'Education Nationale. La CGT de son côté abordera avec le chef de cabinet de Vincent Peillon cette situation anormale pour les écoles Diwan et pour ses salariés. - Structuration du réseau Diwan : Nous nous sommes inquiétés de la gestion de certaines écoles qui pâtissent de l'omnipotence des parents d'élèves ou membres associatifs. Nous citons certaines décisions prises sans consultation des professionnels de l'Education qui vont à l'encontre de la sécurité des élèves, de la pérennité de la structure et des conditions de travail des salariés. S'il est des points sur lesquels nous sommes d'accord, force est de constater qu'il existe des divergences entre Diwan et la CGT enseignement privé. Sur le sujet du statut des directeurs, Mme Anna-Vari Chapalain nous confirme que la gestion des personnels de droit privé incombe à ces derniers. En outre, nous avons souligné leur formation apparaissant comme très insuffisante. - Contractualisation des enseignants (application de la loi de résorption des emplois précaires) : Si la direction de Diwan nous a déclaré qu'il n'y avait pas cette année de dossier à traiter, nous resterons vigilants à toute demande de salarié-e. - Situation disparate des personnels de services à Diwan : Nous avons posé la question d'un statut uniforme pour l'ensemble des personnels. La délégation CGT. ■ Ce communiqué est dans le domaine public.

Source : http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=27447&title=Rencontre%20CGT%20-%20Diwan%20:%20structuration%20et%20contractualisations%20acc%C3%A9l%C3%A9r%C3%A9es%20%C3%A0%20l%27ordre%20du%20jour
Copyright © agencebretagnepresse.com
image Manifestation à Louannec Compte rendu Rencontre CGT - Diwan : structuration et contractualisations accélérées à l'ordre du jour Source : CGT-SNEIP Porte-parole:Bertrand Deléon Publié le 21/09/12 15:32 LANDERNE / LANDERNEAU—Mercredi 19 septembre 2012, une délégation de la CGT, enseignement privé, composée de Pascale Picol, secrétaire académique, Olier Auffret, délégué syndical et délégué du personnel à Diwan, Bertrand Deléon, responsable du pôle 1er degré Diwan et Philippe Legrand, secrétaire général, a rencontré la direction générale de Diwan en la personne de sa directrice, Mme Anna-Vari Chapalain, dans les locaux du siège de Diwan à Landerneau. Au-delà de la présentation de notre organisation lors de cette première rencontre et le rappel de notre présence liée à la défense des salariés, nous avons abordé les points suivants : - Contractualisation des écoles Diwan : Depuis plusieurs mois, nous avons signalé notre étonnement quant à la disparité de traitement dans l'hexagone. Ainsi, les écoles du Pays Basque nord bénéficient, par le biais d'une convention, d'un passage sous contrat au bout d'un an alors que les écoles Diwan attendent au minimum 5 ans. Nous nous étions déplacés en juin dernier au Pays Basque pour aborder cette problématique avec des camarades des Ikastolas. Diwan nous a assuré de son engagement dans la résolution de ce problème en ayant contacté le nouveau « responsable des langues régionales » au Ministère de l'Education Nationale. La CGT de son côté abordera avec le chef de cabinet de Vincent Peillon cette situation anormale pour les écoles Diwan et pour ses salariés. - Structuration du réseau Diwan : Nous nous sommes inquiétés de la gestion de certaines écoles qui pâtissent de l'omnipotence des parents d'élèves ou membres associatifs. Nous citons certaines décisions prises sans consultation des professionnels de l'Education qui vont à l'encontre de la sécurité des élèves, de la pérennité de la structure et des conditions de travail des salariés. S'il est des points sur lesquels nous sommes d'accord, force est de constater qu'il existe des divergences entre Diwan et la CGT enseignement privé. Sur le sujet du statut des directeurs, Mme Anna-Vari Chapalain nous confirme que la gestion des personnels de droit privé incombe à ces derniers. En outre, nous avons souligné leur formation apparaissant comme très insuffisante. - Contractualisation des enseignants (application de la loi de résorption des emplois précaires) : Si la direction de Diwan nous a déclaré qu'il n'y avait pas cette année de dossier à traiter, nous resterons vigilants à toute demande de salarié-e. - Situation disparate des personnels de services à Diwan : Nous avons posé la question d'un statut uniforme pour l'ensemble des personnels. La délégation CGT. ■ Ce communiqué est dans le domaine public.

Source : http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=27447&title=Rencontre%20CGT%20-%20Diwan%20:%20structuration%20et%20contractualisations%20acc%C3%A9l%C3%A9r%C3%A9es%20%C3%A0%20l%27ordre%20du%20jour
Copyright © agencebretagnepresse.com
image Manifestation à Louannec Compte rendu Rencontre CGT - Diwan : structuration et contractualisations accélérées à l'ordre du jour Source : CGT-SNEIP Porte-parole:Bertrand Deléon Publié le 21/09/12 15:32 LANDERNE / LANDERNEAU—Mercredi 19 septembre 2012, une délégation de la CGT, enseignement privé, composée de Pascale Picol, secrétaire académique, Olier Auffret, délégué syndical et délégué du personnel à Diwan, Bertrand Deléon, responsable du pôle 1er degré Diwan et Philippe Legrand, secrétaire général, a rencontré la direction générale de Diwan en la personne de sa directrice, Mme Anna-Vari Chapalain, dans les locaux du siège de Diwan à Landerneau. Au-delà de la présentation de notre organisation lors de cette première rencontre et le rappel de notre présence liée à la défense des salariés, nous avons abordé les points suivants : - Contractualisation des écoles Diwan : Depuis plusieurs mois, nous avons signalé notre étonnement quant à la disparité de traitement dans l'hexagone. Ainsi, les écoles du Pays Basque nord bénéficient, par le biais d'une convention, d'un passage sous contrat au bout d'un an alors que les écoles Diwan attendent au minimum 5 ans. Nous nous étions déplacés en juin dernier au Pays Basque pour aborder cette problématique avec des camarades des Ikastolas. Diwan nous a assuré de son engagement dans la résolution de ce problème en ayant contacté le nouveau « responsable des langues régionales » au Ministère de l'Education Nationale. La CGT de son côté abordera avec le chef de cabinet de Vincent Peillon cette situation anormale pour les écoles Diwan et pour ses salariés. - Structuration du réseau Diwan : Nous nous sommes inquiétés de la gestion de certaines écoles qui pâtissent de l'omnipotence des parents d'élèves ou membres associatifs. Nous citons certaines décisions prises sans consultation des professionnels de l'Education qui vont à l'encontre de la sécurité des élèves, de la pérennité de la structure et des conditions de travail des salariés. S'il est des points sur lesquels nous sommes d'accord, force est de constater qu'il existe des divergences entre Diwan et la CGT enseignement privé. Sur le sujet du statut des directeurs, Mme Anna-Vari Chapalain nous confirme que la gestion des personnels de droit privé incombe à ces derniers. En outre, nous avons souligné leur formation apparaissant comme très insuffisante. - Contractualisation des enseignants (application de la loi de résorption des emplois précaires) : Si la direction de Diwan nous a déclaré qu'il n'y avait pas cette année de dossier à traiter, nous resterons vigilants à toute demande de salarié-e. - Situation disparate des personnels de services à Diwan : Nous avons posé la question d'un statut uniforme pour l'ensemble des personnels. La délégation CGT. ■ Ce communiqué est dans le domaine public.

Source : http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=27447&title=Rencontre%20CGT%20-%20Diwan%20:%20structuration%20et%20contractualisations%20acc%C3%A9l%C3%A9r%C3%A9es%20%C3%A0%20l%27ordre%20du%20jour
Copyright © agencebretagnepresse.com
image Manifestation à Louannec Compte rendu Rencontre CGT - Diwan : structuration et contractualisations accélérées à l'ordre du jour Source : CGT-SNEIP Porte-parole:Bertrand Deléon Publié le 21/09/12 15:32 LANDERNE / LANDERNEAU—Mercredi 19 septembre 2012, une délégation de la CGT, enseignement privé, composée de Pascale Picol, secrétaire académique, Olier Auffret, délégué syndical et délégué du personnel à Diwan, Bertrand Deléon, responsable du pôle 1er degré Diwan et Philippe Legrand, secrétaire général, a rencontré la direction générale de Diwan en la personne de sa directrice, Mme Anna-Vari Chapalain, dans les locaux du siège de Diwan à Landerneau. Au-delà de la présentation de notre organisation lors de cette première rencontre et le rappel de notre présence liée à la défense des salariés, nous avons abordé les points suivants : - Contractualisation des écoles Diwan : Depuis plusieurs mois, nous avons signalé notre étonnement quant à la disparité de traitement dans l'hexagone. Ainsi, les écoles du Pays Basque nord bénéficient, par le biais d'une convention, d'un passage sous contrat au bout d'un an alors que les écoles Diwan attendent au minimum 5 ans. Nous nous étions déplacés en juin dernier au Pays Basque pour aborder cette problématique avec des camarades des Ikastolas. Diwan nous a assuré de son engagement dans la résolution de ce problème en ayant contacté le nouveau « responsable des langues régionales » au Ministère de l'Education Nationale. La CGT de son côté abordera avec le chef de cabinet de Vincent Peillon cette situation anormale pour les écoles Diwan et pour ses salariés. - Structuration du réseau Diwan : Nous nous sommes inquiétés de la gestion de certaines écoles qui pâtissent de l'omnipotence des parents d'élèves ou membres associatifs. Nous citons certaines décisions prises sans consultation des professionnels de l'Education qui vont à l'encontre de la sécurité des élèves, de la pérennité de la structure et des conditions de travail des salariés. S'il est des points sur lesquels nous sommes d'accord, force est de constater qu'il existe des divergences entre Diwan et la CGT enseignement privé. Sur le sujet du statut des directeurs, Mme Anna-Vari Chapalain nous confirme que la gestion des personnels de droit privé incombe à ces derniers. En outre, nous avons souligné leur formation apparaissant comme très insuffisante. - Contractualisation des enseignants (application de la loi de résorption des emplois précaires) : Si la direction de Diwan nous a déclaré qu'il n'y avait pas cette année de dossier à traiter, nous resterons vigilants à toute demande de salarié-e. - Situation disparate des personnels de services à Diwan : Nous avons posé la question d'un statut uniforme pour l'ensemble des personnels. La délégation CGT. ■ Ce communiqué est dans le domaine public.

Source : http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=27447&title=Rencontre%20CGT%20-%20Diwan%20:%20structuration%20et%20contractualisations%20acc%C3%A9l%C3%A9r%C3%A9es%20%C3%A0%20l%27ordre%20du%20jour
Copyright © agencebretagnepresse.com
image Manifestation à Louannec Compte rendu Rencontre CGT - Diwan : structuration et contractualisations accélérées à l'ordre du jour Source : CGT-SNEIP Porte-parole:Bertrand Deléon Publié le 21/09/12 15:32 LANDERNE / LANDERNEAU—Mercredi 19 septembre 2012, une délégation de la CGT, enseignement privé, composée de Pascale Picol, secrétaire académique, Olier Auffret, délégué syndical et délégué du personnel à Diwan, Bertrand Deléon, responsable du pôle 1er degré Diwan et Philippe Legrand, secrétaire général, a rencontré la direction générale de Diwan en la personne de sa directrice, Mme Anna-Vari Chapalain, dans les locaux du siège de Diwan à Landerneau. Au-delà de la présentation de notre organisation lors de cette première rencontre et le rappel de notre présence liée à la défense des salariés, nous avons abordé les points suivants : - Contractualisation des écoles Diwan : Depuis plusieurs mois, nous avons signalé notre étonnement quant à la disparité de traitement dans l'hexagone. Ainsi, les écoles du Pays Basque nord bénéficient, par le biais d'une convention, d'un passage sous contrat au bout d'un an alors que les écoles Diwan attendent au minimum 5 ans. Nous nous étions déplacés en juin dernier au Pays Basque pour aborder cette problématique avec des camarades des Ikastolas. Diwan nous a assuré de son engagement dans la résolution de ce problème en ayant contacté le nouveau « responsable des langues régionales » au Ministère de l'Education Nationale. La CGT de son côté abordera avec le chef
de cabinet de Vincent Peillon cette situation anormale pour les écoles Diwan et pour ses salariés. - Structuration du réseau Diwan : Nous nous sommes inquiétés de la gestion de certaines écoles qui pâtissent de l'omnipotence des parents d'élèves ou membres associatifs. Nous citons certaines décisions prises sans consultation des professionnels de l'Education qui vont à l'encontre de la sécurité des élèves, de la pérennité de la structure et des conditions de travail des salariés. S'il est des points sur lesquels nous sommes d'accord, force est de constater qu'il existe des divergences entre Diwan et la CGT enseignement privé. Sur le sujet du statut des directeurs, Mme Anna-Vari Chapalain nous confirme que la gestion des personnels de droit privé incombe à ces derniers. En outre, nous avons souligné leur formation apparaissant comme très insuffisante. - Contractualisation des enseignants (application de la loi de résorption des emplois précaires) : Si la direction de Diwan nous a déclaré qu'il n'y avait pas cette année de dossier à traiter, nous resterons vigilants à toute demande de salarié-e. - Situation disparate des personnels de services à Diwan : Nous avons posé la question d'un statut uniforme pour l'ensemble des personnels. La délégation CGT. ■ Ce communiqué est dans le domaine public.

Source : http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=27447&title=Rencontre%20CGT%20-%20Diwan%20:%20structuration%20et%20contractualisations%20acc%C3%A9l%C3%A9r%C3%A9es%20%C3%A0%20l%27ordre%20du%20jour
Copyright © agencebretagnepresse.com
image Manifestation à Louannec Compte rendu Rencontre CGT - Diwan : structuration et contractualisations accélérées à l'ordre du jour Source : CGT-SNEIP Porte-parole:Bertrand Deléon Publié le 21/09/12 15:32 LANDERNE / LANDERNEAU—Mercredi 19 septembre 2012, une délégation de la CGT, enseignement privé, composée de Pascale Picol, secrétaire académique, Olier Auffret, délégué syndical et délégué du personnel à Diwan, Bertrand Deléon, responsable du pôle 1er degré Diwan et Philippe Legrand, secrétaire général, a rencontré la direction générale de Diwan en la personne de sa directrice, Mme Anna-Vari Chapalain, dans les locaux du siège de Diwan à Landerneau. Au-delà de la présentation de notre organisation lors de cette première rencontre et le rappel de notre présence liée à la défense des salariés, nous avons abordé les points suivants : - Contractualisation des écoles Diwan : Depuis plusieurs mois, nous avons signalé notre étonnement quant à la disparité de traitement dans l'hexagone. Ainsi, les écoles du Pays Basque nord bénéficient, par le biais d'une convention, d'un passage sous contrat au bout d'un an alors que les écoles Diwan attendent au minimum 5 ans. Nous nous étions déplacés en juin dernier au Pays Basque pour aborder cette problématique avec des camarades des Ikastolas. Diwan nous a assuré de son engagement dans la résolution de ce problème en ayant contacté le nouveau « responsable des langues régionales » au Ministère de l'Education Nationale. La CGT de son côté abordera avec le chef de cabinet de Vincent Peillon cette situation anormale pour les écoles Diwan et pour ses salariés. - Structuration du réseau Diwan : Nous nous sommes inquiétés de la gestion de certaines écoles qui pâtissent de l'omnipotence des parents d'élèves ou membres associatifs. Nous citons certaines décisions prises sans consultation des professionnels de l'Education qui vont à l'encontre de la sécurité des élèves, de la pérennité de la structure et des conditions de travail des salariés. S'il est des points sur lesquels nous sommes d'accord, force est de constater qu'il existe des divergences entre Diwan et la CGT enseignement privé. Sur le sujet du statut des directeurs, Mme Anna-Vari Chapalain nous confirme que la gestion des personnels de droit privé incombe à ces derniers. En outre, nous avons souligné leur formation apparaissant comme très insuffisante. - Contractualisation des enseignants (application de la loi de résorption des emplois précaires) : Si la direction de Diwan nous a déclaré qu'il n'y avait pas cette année de dossier à traiter, nous resterons vigilants à toute demande de salarié-e. - Situation disparate des personnels de services à Diwan : Nous avons posé la question d'un statut uniforme pour l'ensemble des personnels. La délégation CGT. ■ Ce communiqué est dans le domaine public.

Source : http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=27447&title=Rencontre%20CGT%20-%20Diwan%20:%20structuration%20et%20contractualisations%20acc%C3%A9l%C3%A9r%C3%A9es%20%C3%A0%20l%27ordre%20du%20jour
Copyright © agencebretagnepresse.com
image Manifestation à Louannec Compte rendu Rencontre CGT - Diwan : structuration et contractualisations accélérées à l'ordre du jour Source : CGT-SNEIP Porte-parole:Bertrand Deléon Publié le 21/09/12 15:32 LANDERNE / LANDERNEAU—Mercredi 19 septembre 2012, une délégation de la CGT, enseignement privé, composée de Pascale Picol, secrétaire académique, Olier Auffret, délégué syndical et délégué du personnel à Diwan, Bertrand Deléon, responsable du pôle 1er degré Diwan et Philippe Legrand, secrétaire général, a rencontré la direction générale de Diwan en la personne de sa directrice, Mme Anna-Vari Chapalain, dans les locaux du siège de Diwan à Landerneau. Au-delà de la présentation de notre organisation lors de cette première rencontre et le rappel de notre présence liée à la défense des salariés, nous avons abordé les points suivants : - Contractualisation des écoles Diwan : Depuis plusieurs mois, nous avons signalé notre étonnement quant à la disparité de traitement dans l'hexagone. Ainsi, les écoles du Pays Basque nord bénéficient, par le biais d'une convention, d'un passage sous contrat au bout d'un an alors que les écoles Diwan attendent au minimum 5 ans. Nous nous étions déplacés en juin dernier au Pays Basque pour aborder cette problématique avec des camarades des Ikastolas. Diwan nous a assuré de son engagement dans la résolution de ce problème en ayant contacté le nouveau « responsable des langues régionales » au Ministère de l'Education Nationale. La CGT de son côté abordera avec le chef de cabinet de Vincent Peillon cette situation anormale pour les écoles Diwan et pour ses salariés. - Structuration du réseau Diwan : Nous nous sommes inquiétés de la gestion de certaines écoles qui pâtissent de l'omnipotence des parents d'élèves ou membres associatifs. Nous citons certaines décisions prises sans consultation des professionnels de l'Education qui vont à l'encontre de la sécurité des élèves, de la pérennité de la structure et des conditions de travail des salariés. S'il est des points sur lesquels nous sommes d'accord, force est de constater qu'il existe des divergences entre Diwan et la CGT enseignement privé. Sur le sujet du statut des directeurs, Mme Anna-Vari Chapalain nous confirme que la gestion des personnels de droit privé incombe à ces derniers. En outre, nous avons souligné leur formation apparaissant comme très insuffisante. - Contractualisation des enseignants (application de la loi de résorption des emplois précaires) : Si la direction de Diwan nous a déclaré qu'il n'y avait pas cette année de dossier à traiter, nous resterons vigilants à toute demande de salarié-e. - Situation disparate des personnels de services à Diwan : Nous avons posé la question d'un statut uniforme pour l'ensemble des personnels. La délégation CGT. ■ Ce communiqué est dans le domaine public.

Source : http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=27447&title=Rencontre%20CGT%20-%20Diwan%20:%20structuration%20et%20contractualisations%20acc%C3%A9l%C3%A9r%C3%A9es%20%C3%A0%20l%27ordre%20du%20jour
Copyright © agencebretagnepresse.com
image Manifestation à Louannec Compte rendu Rencontre CGT - Diwan : structuration et contractualisations accélérées à l'ordre du jour Source : CGT-SNEIP Porte-parole:Bertrand Deléon Publié le 21/09/12 15:32 LANDERNE / LANDERNEAU—Mercredi 19 septembre 2012, une délégation de la CGT, enseignement privé, composée de Pascale Picol, secrétaire académique, Olier Auffret, délégué syndical et délégué du personnel à Diwan, Bertrand Deléon, responsable du pôle 1er degré Diwan et Philippe Legrand, secrétaire général, a rencontré la direction générale de Diwan en la personne de sa directrice, Mme Anna-Vari Chapalain, dans les locaux du siège de Diwan à Landerneau. Au-delà de la présentation de notre organisation lors de cette première rencontre et le rappel de notre présence liée à la défense des salariés, nous avons abordé les points suivants : - Contractualisation des écoles Diwan : Depuis plusieurs mois, nous avons signalé notre étonnement quant à la disparité de traitement dans l'hexagone. Ainsi, les écoles du Pays Basque nord bénéficient, par le biais d'une convention, d'un passage sous contrat au bout d'un an alors que les écoles Diwan attendent au minimum 5 ans. Nous nous étions déplacés en juin dernier au Pays Basque pour aborder cette problématique avec des camarades des Ikastolas. Diwan nous a assuré de son engagement dans la résolution de ce problème en ayant contacté le nouveau « responsable des langues régionales » au Ministère de l'Education Nationale. La CGT de son côté abordera avec le chef de cabinet de Vincent Peillon cette situation anormale pour les écoles Diwan et pour ses salariés. - Structuration du réseau Diwan : Nous nous sommes inquiétés de la gestion de certaines écoles qui pâtissent de l'omnipotence des parents d'élèves ou membres associatifs. Nous citons certaines décisions prises sans consultation des professionnels de l'Education qui vont à l'encontre de la sécurité des élèves, de la pérennité de la structure et des conditions de travail des salariés. S'il est des points sur lesquels nous sommes d'accord, force est de constater qu'il existe des divergences entre Diwan et la CGT enseignement privé. Sur le sujet du statut des directeurs, Mme Anna-Vari Chapalain nous confirme que la gestion des personnels de droit privé incombe à ces derniers. En outre, nous avons souligné leur formation apparaissant comme très insuffisante. - Contractualisation des enseignants (application de la loi de résorption des emplois précaires) : Si la direction de Diwan nous a déclaré qu'il n'y avait pas cette année de dossier à traiter, nous resterons vigilants à toute demande de salarié-e. - Situation disparate des personnels de services à Diwan : Nous avons posé la question d'un statut uniforme pour l'ensemble des personnels. La délégation CGT. ■ Ce communiqué est dans le domaine public.

Source : http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=27447&title=Rencontre%20CGT%20-%20Diwan%20:%20structuration%20et%20contractualisations%20acc%C3%A9l%C3%A9r%C3%A9es%20%C3%A0%20l%27ordre%20du%20jour
Copyright © agencebretagnepresse.com

Publié dans Racisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Tourtaux 22/09/2012 13:01

Ils reprennent le même chemin que leurs aînés en 40. Celui de la honte et de la trahison, de toutes les trahisons.

TriNiTy 22/09/2012 12:23

c'est vrai que les militants sont dégoûtés, on savait que les sociaux-démocrates suivraient la ligne politique des libéraux mais de là à suivre leur politique de haine.