Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

politique

MANLIO DINUCCI : LA NOUVELLE STRATEGIE DE GUERRE DE L'OTAN

Publié le par Tourtaux

Transmis par Marie-Ange Patrizio

 

 

 

Les ministres de la défense réunis à Bruxelles

La nouvelle stratégie de guerre de l’OTAN

 

Manlio Dinucci

 

Une Pinottii rayonnante de joie, pour sa première sortie à l’OTAN (le rêve d’une vie), a participé à la réunion des ministres de la défense qui s’est tenue les 26-27 février au quartier général de Bruxelles.


Premier point à l’ordre du jour l’Ukraine, avec qui – soulignent les ministres dans leur déclaration - l’OTAN a un « partenariat distinctif » dans le cadre duquel elle continue à « l’assister pour la réalisation des réformes ». Prioritaire « la coopération militaire » (passe-partout avec lequel l’OTAN a pénétré en Ukraine). Les ministres «félicitent les forces armées pour n’être pas intervenues dans la crise politique » (en laissant ainsi le champ libre aux groupes armés) et réaffirment que pour « la sécurité euro-atlantique » une « Ukraine stable » (c’est-à-dire stable sous l’OTAN) est fondamentale.


Les ministres ont ainsi traité le thème central de la Connected Forces Initiative, qui prévoit une intensification de l’entraînement et des manœuvres qui, conjointement à l’emploi de technologies militaires toujours plus avancées, permettra à l’OTAN de maintenir une grande «promptitude et efficience dans le combat ». Pour vérifier la préparation, se déroulera en 2015 une des plus grandes manœuvres OTAN « live », avec la participation de forces terrestres, maritimes et aériennes de toute l’Alliance. La première d’une série, que l’Italie s’est offerte d’accueillir.


On potentialise en même temps la « Force de riposte de l’OTAN » qui, composée d’unités terrestres, aériennes et maritimes fournies en rotation par les alliés, est prête à être projetée à n’importe quel moment et dans n’importe quel théâtre de guerre. Dans l’entraînement de ses 13mille hommes, un rôle clé est tenu par le nouveau quartier général des Forces pour les opérations spéciales qui, situé en Belgique, est commandé par le vice-amiral étasunien Sean Pybus des Navy SEALs.


La préparation de ces forces entre dans le nouveau concept stratégique adopté par l’Alliance, dans le sillage de la réorientation stratégique étasunienne. Pour mieux l’expliquer c’est le secrétaire à la défense Chuck Hagel qui est intervenu à Bruxelles, après avoir récemment annoncé un futur redimensionnement des forces terrestres USA de 520mille à 450mille militaires. Mais pendant qu’il réduit ses troupes, le Pentagone augmente ses forces spéciales de 66mille à 70mille, en ajoutant une allocation de 36 milliards de dollars pour l’entraînement. Les USA, explique Hagel, « n’entendent plus être pris dans de grandes, et prolongées, opérations de stabilité outre-mer, à l’échelle de celles d’Irak et d’Afghanistan ». C’est la nouvelle façon de faire la guerre, menée de façon couverte à travers des forces spéciales infiltrées, des drones armés, des groupes (y compris extérieurs) financés et armés pour déstabiliser le pays, qui préparent le terrain pour l’attaque conduite par des forces aériennes et navales. La nouvelle stratégie, mise au point avec la guerre en Libye, implique un plus grand engagement des alliés.


Dans ce cadre le ministre Pinotti a eu l’honneur d’avoir à Bruxelles un entretien bilatéral avec le secrétaire Hagel qui, lit-on dans un communiqué du Pentagone, « a remercié Madame Pinotti pour son leadership et pour la forte contribution de l’Italie à l’OTAN, mission Isaf incluse ». Hagel a aussi exprimé le solennel « engagement de continuer à chercher des moyens d’approfondir la relation bilatérale avec l’Italie ». On peut donc attendre encore plus de la « relation bilatérale » avec les USA, outre les F-35, le Muos de Niscemi, la potentialisation de Sigonella et des autres bases étasuniennes sur notre territoire, l’envoi de forces italiennes dans les divers théâtres de guerre aux ordres, de fait, du Pentagone. Surtout maintenant que le ministre de la défense  est Roberta Pinotti, dont le « leadership » a contribué à faire grimper l’Italie à la dixième place parmi les pays ayant les plus hautes dépenses militaires du monde : 70 millions d’euros par jour, selon le Sipri, tandis qu’on annonce de nouvelles coupes dans la dépense publique.

 

Edition de vendredi 28 février 2014 de il manifesto

http://ilmanifesto.it/la-nuova-strategia-di-guerra-dellalleanza/

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

 

 

i Roberta Pinotti, du Partito democratico, ministre de la défense dans le gouvernement Renzi

 

Publié dans Politique

Partager cet article
Repost0

LES BRICS, MOYEN DE PRESSION PACIFIQUE!

Publié le par Tourtaux

 
 
Aujourd'hui, 17:31
BRICS, l’alliance des compagnons d’idée
BRICS, l’alliance des compagnons d’idée

Par La Voix de la Russie | La position consolidée des BRICS a permis d’éviter l’ingérence armée extérieure et l’évolution des événements d’après le scénario libyen, a déclaré l’ambassadeur itinérant du ministère russe des AE Vadim Loukov.

Le diplomate a dit prenant la parole devant à la séance consacrée à la présidence de la Russie des BRICS en 2015 que Moscou considérait l’alliance du Brésil, de la Russie, de l’Inde, de la Chine et de l’Afrique du Sud comme un volet clé de sa politique étrangère.

42 % des habitants de la planète et près d’un quart de l’économie mondiale reviennent pour la part des BRICS fondés il y a près de 13 ans. C’est une association internationale influente. On est fondé de constater que c’est l’alliance des compagnons d’idée. La Russie se propose de transformer graduellement les BRICS d’un mécanisme du dialogue en un mécanisme de coordination des positions et de coopération de plus en plus étroites dans la politique et l’économie, a souligné Vadim Loukov.

« Nos sommes compagnons d’idée : nous partageons les principes du droit international, le rôle central du CS de l’ONU, le non-recours à la force dans les relations internationales. De ce fait, nous nous montrons actifs dans le règlement des conflits régionaux. N’était-ce la position des BRICS, le scénario libyen se serait répété en Syrie. Nos positions coïncident dans le domaine de la non-prolifération des ADM, la lutte contre le terrorisme international et la lutte contre la cybercriminalité, notamment de la part des Etats. La Russie considère les BRICS comme un volet clé de la politique étrangère et comme un générateur dans la formation d’un monde multipolaire. »

Les membres des BRICS se fixent pour objectif de moderniser le système économique avec le rôle central des Etats-Unis et de l’UE. Les leaders des pays membres fondent leur Banque de développement pour financer de gros projets d’infrastructure. Ils ont déjà concerté le montant du capital statutaire et le principe d’adoption de décisions, raconte le vice-ministre russe des finances Sergueï Stortchak. Selon lui, l’accord intergouvernemental sur la fondation d’une Banque de développement des BRICS est prêt à 90%.

« Il est convenu que le capital de la banque atteindra 100 milliards dollars. Les cotisations seront versées pendant cinq ans. Le taux de croissance des économies des pays membres doit augmenter, les budgets nationaux seront accrus ce qui stimulera la participation active des pays de l’alliance aux activités de la Banque. Les pays membres ont formulé, en outre, les clauses prescrivant le consensus. Cela concerne, en particulier, la révision du Statut de la Banque et l’adoption de nouveaux membres. »

Dans le même temps, l’élargissement des BRICS n’est pas pour le moment à l’ordre du jour. Le moratoire sur l’examen de ce problème est proclamé dans l’alliance. Avant d’envisager l’élargissement, il convient d’abord de raffermir l’aspect organisationnel, les mécanismes de coopération.

 

Publié dans Politique

Partager cet article
Repost0

NON, LE PORTUGAIS MARIO SOARES N'EST PAS NOTRE "AMI" ... C'EST LE FOSSOYEUR DE LA REVOLUTION QUI A INTRODUIT L'UE ET LE FMI AU PORTUGAL !

Publié le par Tourtaux

raeagan-soares.jpgNon, Mario Soares n'est pas notre « ami » … c'est le fossoyeur de la révolution qui a introduit l'UE et le FMI au Portugal !



Article AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



Qui est Mario Soares ? Lui dont l'héritage est désormais malgré lui à 88 ans, par certaines figures de la « gauche radicale » a fait du Portugal le laboratoire de l'intégration européenne, des plans d'austérité du FMI, de l'alliance atlantiste, du reniement de la social-démocratie.



Mario Soares, un modèle pour le PGE ? On n'a peine à y croire, mais c'est à si méprendre.



Alexis Tsipras n'hésite plus à se revendiquer du « socialisme » traditionnel, celui de Papandreou père, François Mitterrand, Felipe Gonzalez et … Mario Soares, comme il l'affirmait en mai 2013 à Madrid, devant les dirigeants du PSOE.



Le 30 janvier 2014, l' « Humanité dimanche » accordait sa une, et proposait un entretien exclusif avec l'ancien Premier Ministre portugais où il manifestait ses inquiétudes que faisait peser l'austérité sur l'avenir de la belle idée européenne.



Cunhal le communiste vs Soares le socialiste : les pires ennemis !



On se frotte les yeux. Soares est le principal responsable de la situation actuelle au Portugal, il a collaboré pendant trois décennies avec le FMI, l'Union européenne, l'OTAN, la droite portugaise et européenne la plus réactionnaire pour détricoter les espoirs de la révolution portugaise !



Dans les suites de la « Révolution d'avril », lui et Alvaro Cunhal, secrétaire du Parti communiste portugais, vont devenir les pires ennemis, Soares figure de la contre-révolution, Cunhal défenseur de l'approfondissement de la révolution.



Soares, prêt à s'allier avec la droite pour faire barrage au communisme et empêcher une révolution socialiste. Cunhal favorise lui le rassemblement populaire, pour gagner des conquêtes sociales dans la rue, progresser vers une démocratie avancée, étape vers la construction du socialisme.



Soares va gagner avec l'aide des Etats-unis, des grandes puissances européennes, de la bourgeoisie portugaise aux abois : depuis 1975, notamment avec l'intégration européenne, la classe dominante portugaise revient morceau par morceau sur tous les acquis de la révolution.



Grande coalition, plans du FMI, intégration européenne : c'est Soares



Le « premier gouvernement Soares » (en 1976), c'est celui où il entame le processus d'adhésion à la CEE (future UE), qu'il signera de sa main lors du troisième gouvernement Soares en 1985.



Le « deuxième gouvernement Soares » (en 1978) expérimente la « grande coalition » à l'allemande avec la droite du CDS – alors que Soares refuse toujours catégoriquement tout accord avec les communistes.



Le « troisième gouvernement Soares » (en 1983), nouveau gouvernement « PS-droite », appelle le FMI à l'aide pour sauver l'économie du Portugal et réaliser les « réformes structurelles », cela veut dire revenir sur les acquis de la révolution portugais, entamer la paupérisation du peuple portugais.



Soares dans le texte : « il n'y a que deux fois – avec les deux plans du FMI de 1978 et 1983 – que le Portugal a eu une politique économique, réaliste, cohérente, adaptée aux moyens et ressources qui sont les nôtres, la seule qui permette à terme la relance et l'espoir ».



Drôle de combattant contre l'austérité !



Ronald Reagan : « le plus féroce anti-communiste que j'ai rencontré,

il est des nôtres ! »



Quel meilleur hommage à ce défenseur inlassable de l'Union européenne, du FMI, des Etats-unis, cet anti-communiste acharné que cet hommage d'un certain Ronald Reagan, dont les carnets ont été récemment publiés, en 2009. Un hommage qui décape :



« Le Premier-ministre Soares, le Portugais, nous a rendu visite. Il est extrêmement impressionnant. C'est un socialiste, mais il cherche toujours les investissements privés pour l'économie portugaise, et puis c'est un anti-communiste des plus féroces que j'aie pu rencontrer ! Il soutient absolument notre pays, et l'Occident. On a eu des réunions fructueuses et positives. »



 

Quel bel hommage à l'anti-communiste Soares de la part du maître de l'anti-communiste Reagan … mais diable comment M.Tsipras et notre journal, l'Humanité-dimanche, peuvent-ils faire de Soares un modèle dans notre lutte contre cette Europe des monopoles ?

 


Lundi 24 février 2014

Publié dans Politique

Partager cet article
Repost0

AHMED HALFAOUI : CE QUE LES VENDEURS DE "DEMOCRATIE" NE DISENT PAS

Publié le par Tourtaux

 

Transmis par Ahmed Halfaoui

Ce que les vendeurs de "démocratie" ne disent pas

20 février 2014, 14:29

L’Etat d’urgence économique, cet euphémisme « démocratique »

Un certain Christian Saint-Etienne a jeté sur la scène un nouveau concept, qui commence a faire florès. Non pas qu’il soit particulièrement producteur de génie, mais parce qu’il a eu l’art de voler au secours du discours dominant, en panne d’outils sémantiques mystificateurs. Le monsieur offre une bouée de sauvetage, aux gouvernements confrontés aux difficultés politiques et sociales, découlant de la mise en œuvre des mesures d’austérité qui leurs sont dictées par les banquiers et par les institutions financières internationales. Recyclant à peine une procédure constitutionnelle, prévue pour assurer l’ordre public en cas de troubles majeurs, l’état d’urgence appliquée aux libertés publiques, il invente « l’état d’urgence économique ». L’objectif pour être réalisé doit être sous-tendu par une condition, ennoblie par une terminologie appropriée, celle de « remettre l'homme libre et responsable de ses actes au cœur de notre société politique ». 


Pour notre concepteur, jusqu’ici n’a régné qu’une tradition de « médiocrité consentie ». Entendre par-là un mode de gestion de la chose publique qui intègre le fait d’hésiter devant le front social. Bien sûr Saint-Etienne ne le dit pas en ces termes. Il fait usage, encore, de formules qui n’affrontent pas le bon sens ordinaire. Il opte pour une imagerie des choses. Pour lui, la France « se programme pour être un nain en 2017 » et, toujours d’après-lui, pour conjurer cette issue jugée dramatique « il faut briser le charme pour réveiller la Belle endormie ». Le profil de l’auteur est d’être professeur au Conservatoire national français des arts et métiers … et rien moins que membre de l'Union des démocrates et indépendants. N’y trouvons pas de contradiction depuis que la « démocratie » régnante s’est mise à dérouler sa nature profonde, dont l’appartenance militante ne l’empêche pas de considérer que « la rage égalitariste pousse le corps social à la recherche d'une uniformisation par le bas ». L’état d’urgence économique viendrait, ainsi, à point nommé écraser la tête du «serpent de la lâcheté collective ». ce genre de propos passerait pour une énième lubie, d’un énième illuminé, si tout autour et au cœur du système politique européen, en particulier, et mondial en général, ne se manifestait pas de plus en plus les signes d’une fascisation, qui n’est retardée que grâce à une relative léthargie du front social encore illusionné par l’idée de l’intangibilité de « l’Etat de droit », considéré comme un acquis éternel. 


Le concept de Saint-Etienne a par exemple traversé la Méditerranée pour être porté par la présidente de l'Union tunisienne de l'industrie, du commerce et de l'artisanat (Utica), qui s’est offusquée de ne pas trouver de répondant à l’appel de son organisation de « décréter l'état d'urgence économique, à tranquilliser les investisseurs nationaux et internationaux ». Datant de 2012, ces « appels n'ont aucune suite » dit-elle. En écho une « agence de notation » a enfoncé la crédibilité de la Tunisie à cause de « l’instabilité politique ». C’est dire que la finance et le profit se soucient peu des préoccupations des peuples.


Ahmed Halfaoui


https://www.facebook.com/n/?notes%2Fahmed-halfaoui%2Fce-que-les-vendeurs-de-d%C3%A9mocratie-ne-disent-pas%2F10152096251542740&aref=33569020&medium=email&mid=970006cG696eb98fG20038fcGa&bcode=1.1392903000.AbnveewkPh7-ZLrf&n_m=jacques.tourtaux%40orange.fr

Publié dans Politique

Partager cet article
Repost0

LE TUEUR BANDAR SULTAN SERAIT HOSPITALISE AUX USA SUITE A UN EMPOISONNEMENT. SI CETTE RUMEUR SE CONFIRMAIT NOUS SERIONS DES MILLIONS A NOUS EN REJOUIR

Publié le par Tourtaux

mercredi, 19 février 2014 18:12
Bandar Sultan assassiné?!!!
IRIB- Quelle a été la riposte de Moscou aux attentats de Volgograd planifiés par Bandar Ben Sultan? vu l'absence prolongé de Bandar des hypothèses commencent à se formuler et il y a une qui est la plus sérieuse : la Russie aurait assassiné Bandar!!! "la riposte de Poutine serait tombée sous l'une de ces deux formes : soit Bandar aurait été intoxiquée  soit le cortège le transportant vers l'hôpital aurait été pris pour cible des tireurs , écrit Islam Times.

Ces informations révélées par une source hospitalière annoncent qu'après la récente attaque terroriste en Russie, les autorités de Moscou n'ont pas manqué d'accuser les saoudiens et s le président Vladimir Poutine a même menacé les "commanditaires" de ces attaques  de "pires châtiments" avant de dire : ceux qui ont planifié ces explosions en paiera trop cher". Il faut rappeler que les attaques terroristes en Russie ont eu lieu quelques semaines après la visite du chef du renseignement saoudien Bandar Ben Sultan à Moscou et son échec  à changer la position des russes envers le président syrien Bachar al-Assad . en effet c'est toute de suite après la menace d'une riposte russe que les informations ont été diffusées  sur la maladie de Bandar et le traitement qu'il suit aux Etats-Unis et ce alors que l'hôpital où il est hospitalisé est un des principaux centres du traitement de l'intoxication dangereuse via le mercure. Bandar va -t-il connaitre le même sort qu'Arafat? possible! a la dernière nouvelle , il vient d'être remplacé par le ministre saoudien de l'Intérieur.


http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/315231-est-ce-que-bandar-ben-sultan-a-%C3%A9t%C3%A9-assassin%C3%A9

Publié dans Politique

Partager cet article
Repost0