Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

politique

BRESIL : HOLLANDE, PREMIER VRP DE FRANCE ET LE MILLIARDAIRE DASSAULT PRENNENT LEUR RAFALE ! LES 36 AVIONS DE COMBAT QUI N'ETAIENT QU'UN MIRAGE POUR SARKOZY ET HOLLANDE S'ENVOLENT VERS LA SUEDE !!

Publié le par Tourtaux

Air Défense

Brésil : le Rafale échoue encore à l’export
Par Thierry Ogier | 18/12 | 19:19 | mis à jour le 19/12 à 08:26 | 15commentaires

Le Brésil a finalement fait le choix du Gripen du suédois Saab, moins cher, pour la fourniture de 36 avions de combat, d’une valeur de 4,5 milliards de dollars. Une grosse déception pour Dassault Aviation. Et pour François Hollande, que Dilma Roussef aurait prévenu lors de sa visite au Brésil la semaine dernière...

Un des candidats à un contrat avec le Brésil, le Rafale de Dassault n’aurait pas été retenu selon la presse brésilienne - Rea
Un des candidats à un contrat avec le Brésil, le Rafale de Dassault n’aurait pas été retenu selon la presse brésilienne - Rea

Une mauvaise nouvelle pour Dassault, et une mauvaise nouvelle pour Paris. Celso Amorim, le ministre brésilien de la défense a douché les espoirs français en annonçant mercredi soir la victoire du suédois Saab pour l’acquisition de 36 avions de chasse Gripen. « Nous avons procédé à une analyse de la situation, et nous sommes parvenus à la conclusion que l’avion que nous devions acheter est le Gripen NG », dit-il.

C’est la fin d’une longue saga pleine de rebondissements, qui s’est étalée sur une douzaine d’années. Celso Amorim a justifié ce choix par « l’équilibre » entre la performance de l’avion, le transfert de technologie et son coût.

Mais à 4,5 milliards de dollars pour l’ensemble, le prix a sans doute été déterminant. Dilma Rousseff aurait d’ailleurs signifié à François Hollande, en visite au Brésil la semaine dernière, que le Rafale était trop onéreux. Dassault avait alors effectué un dernier baroud d’honneur en marge de cette visite d’Etat, mais avait démontré peu d’enthousiasme.

Visiblement de bonne humeur, Celso Amorim, a refusé de dévoiler le classement final entre les avions de Saab, de Boeing et de Dassault, qui étaient en lice. « Il n’y en a pas. C’est comme les Oscars. Le vainqueur a gagné. Le reste n’a pas d’importance », affirme le ministre cinéphile.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

LIRE AUSSI Jean-Yves Le Drian : « Un contrat Rafale sera signé en Inde en 2014 » 

 

Quelques heures après l’annonce, Dassault Aviation a fait part sa déception. « Nous regrettons que le choix se porte sur le Gripen, doté de nombreux équipements d’origine tierce, notamment américaine, qui n’appartient pas à la même catégorie que le Rafale: monomoteur et plus léger, le Gripen n’est pas équivalent en termes de performances et donc de prix », a commenté le constructeur français. « Rien n’est jamais terminé. Tant que le chèque d’acompte n’est pas arrivé, le contrat n’est pas entériné. Le Rafale, c’est le meilleur avion du monde. », a dit mercredi soir Olivier Dassault sur LCI.

Mais c’est aussi une mauvaise nouvelle pour la France. Le champion français de l’aéronautique militaire n’a toujours pas exporté un seul Rafale , et le ministère de la Défense devra en tenir compte pour tenir le budget de la loi de programmation. « Il faut être clair que dans la loi de programmation militaire, il y avait comme équilibre financier la vente d’un certain nombre de ces avions », a relevé le ministre délégué aux relations avec le Parlement, Alain Vidalies. « Il reste le marché de l’Inde qui, lui, serait suffisant », selon le ministre.

Un revers politique pour Paris

Moins cher et avec de meilleures opportunités de transfert de technologie, selon les responsables politiques brésiliens, le Gripen a toujours été le favori des militaires brésiliens. Ils l’avaient même placé en tête dans un dossier remis au gouvernement. Mais à l’époque l’ex-président Lula et son ministre de la Défense penchaient plutôt pour le Rafale.

Cela avait conduit à de faux espoirs lorsque le gouvernement brésilien avait annoncé l’ouverture de négociations (non exclusives) avec la France lors d’une visite officielle de Nicolas Sarkozy en 2009. L’annonce de la victoire suédoise, à quelques jours seulement de la visite du président français, constitue un revers politique pour Paris.

Saab se voit de son côté récompensé pour avoir tissé des liens très étroits avec Embraer et le pôle aéronautique de la région de São José dos Campos, près de São Paulo, comme le confirmait récemment un responsable français. Boeing étant pour sa part virtuellement disqualifié, après le coup de froid avec Washington, en raison de l’espionnage américain contre le Brésil et des révélations de l’ancien agent Edward Snowden.

Toutefois, les adversaires du Gripen font valoir que l’appareil contient des pièces de fabrication américaine, dont la technologie serait difficilement transférable. Celso Amorim explique que cela ne pose pas de problème majeur en ce qui concerne la turbine, fournie par General Electric. « Nous avons de bonnes relations avec les États-Unis. Il n’y aucun souci de ce côté-là », soutien Celso Amorim.

La production du Gripen NG n’a pas encore commencé et les Brésiliens espèrent bien y être associés. « Il est encore possible de participer au développement de ce projet, soutient Celso Amorim. Nous sommes confiants qu’il fonctionnera bien ». Les avions doivent être livrés entre 2018 et 2023. D’ici là, Gripen pourrait fournir des appareils d’occasion pour remplacer le 12 Mirage 2000, qui ne seront plus opérationnels à partir de la fin de l’année, et les F5 modernisés par Embraer.

A Sao Paulo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Politique

Partager cet article
Repost0

COLLECTIF COMMUNISTE POLEX

Publié le par Tourtaux

Collectif Communiste POLEX

 

Qui sommes - nous ?

A l’origine de l’actuel Collectif Communiste POLEX (*) il y a le constat fait, dès les années 1996 à 1998, par de nombreux membres du PCF, de la dérive "social-libérale" et opportuniste de l’équipe alors à la tête du parti sous la direction de Robert Hue.

C’est sur les directives de celui-ci et de ses plus proches collaborateurs (rices) que plusieurs structures internes du parti se voient dissoutes, de fait, puisque privées des moyens humains et logistiques dont elles disposaient jusqu’alors.

Parmi ces structures il y avait le secteur de politique extérieure, familièrement appelé « la Polex » par les militant(e)s.

Son rôle et son efficacité étaient connus et reconnus autant par les membres du parti, particulièrement ceux qui étaient sensibles aux questions internationales et à l’action internationaliste qui en découlait naturellement, que par les camarades communistes étrangers, vivant en France ou non.

Son rayon d’action et ses relais d’information (indispensables pour faire face à la propagande capitaliste et social-démocrate internationale) étaient, non pas parfaits mais, pour le moins, remarquables et efficaces.

En décidant de saboter, délibérément, «la Polex» - ainsi que d’autres secteurs internes - Les directions successives du PCF ont mis alors en œuvre une politique d’abandon des principes fondamentaux de l'idéal communiste: l'anti-imperialisme, c'est à dire le refus de toute ingérence politique, économique, sociale, militaire ou culturelle dans les choix d’un peuple, quel qu’il soit. Pour tout(e) communiste digne de ce nom, ces choix ne doivent relever que de la volonté des peuples eux-mêmes.

En novembre 2002, des communistes, adhérents du PCF ou non, font vivre le Collectif Communiste POLEX.

Volontairement, en décidant de ne faire référence à aucun parti ou « groupe » concurrent de celui-c, le Collectif Communiste POLEX s’affirme comme un «lieu ouvert» de rencontre et d’analyse de militant(e)s qui, gardant chacun(e) leurs différences d’approche de la politique internationale ont, toutes et tous, la volonté de développer la lutte anti-impérialiste, l’internationalisme, la solidarité internationale et la lutte pour la paix.

Le Collectif Communiste POLEX se situe délibérément dans une perspective de « convergence communiste ».

Nous voulons rassembler toutes et tous les communistes qui veulent le rester, sans exclusive aucune et quelle que soit, par ailleurs, la structure dans laquelle elles/ils se reconnaissent ; qu’ils/elles aient choisi, jusqu’à présent, de rester adhérent(e)s du PCF ou de ne plus l’être pour marquer leur désaccord avec sa ligne politique actuelle.

Le Collectif Communiste POLEX n’est pas un cénacle de spécialistes refermé sur lui-même.

Toutes ses initiatives depuis sa création en sont la preuve évidente. Nous voulons contribuer, participer activement au développement des luttes sur le plan international, à la sensibilisation et à l’information des citoyen(ne)s confronté(e)s à la globalisation capitaliste. Nous nous fixons aussi pour but la participation ou l’organisation d’actions et de campagnes de solidarité avec les peuples opprimés.

Depuis sa création, POLEX organise de nombreuses réunions publiques.

A chacune d’entre elles ce sont entre 80 et 120 personnes - françaises comme étrangères et issues des différentes composantes du panel progressiste - qui ont participé à nos rencontres-débats où la convivialité  permet, à la fois, de recevoir une information sans « filtre » ou langue-de-bois et d’y poser ou émettre, sans aucune censure, toute question ou opinion en lien avec le sujet traité.

Ces initiatives se sont tenues dans des lieux aussi divers que l’Assemblée nationale , le Sénat , dans des mairies d’arrondissement de Paris, dans des salles mises gracieusement à notre disposition par des organisations amies, dans certaines ambassades (Cuba, Venezuela, etc), ou lors de rassemblements populaires (Fête de l’Humanité). En novembre 2013, le Collectif a organisé des débats à la Maison de l'Amerique Latine, et au Village Corse de Paris.

Il y est, aussi bien, question de la politique étrangère française (notamment le rôle néocolonialiste de la France en Afrique), de la situation en Chine, de l’évolution en Amérique latine, du très sensible sujet coréen, du combat du peuple kurde, des guerres en Irak, en Afghanistan, au Liban, en Syrie, au Mali, de la politique antisociale européenne, du combat courageux et sans relâche de Cuba face au «gendarme du monde» et des effets destructeurs de l’impérialisme étasunien ici et là sur notre planète, que des carences de l’ONU et du diktat de l’OTAN, etc .

Au-delà de ces rencontres-débats publiques, POLEX réunit ses adhérent(e)s, au moins 10 fois par an.

A ces initiatives s’ajoute, chaque année, un repas fraternel.

Dès sa naissance, POLEX s’est doté d’un site sur l’internet : www.collectif-communiste-polex.org

Tous les articles et analyses sont toujours signés par leurs auteurs qui ne sont pas obligatoirement membres de POLEX mais ils sont tous anti-impérialistes. Ces informations nous proviennent des « quatre coins » du monde.

En 2013 et depuis sa naissance, le site de POLEX, dont la consultation est gratuite, constitue, à lui seul, une des sources d’informations internationales et communistes des plus riches.

Chaque mois, ce sont ainsi plus de 4000 lecteurs réguliers du site qui reçoivent l’avis de parution de «PARLONS CLAIR», journal numérique regroupant quelques articles courts incitant à se rendre sur le site pour y trouver des analyses et communiqués plus étoffés. Quand l'actualité l'exige, le Collectif  Polex s'exprime par de brefs communiqués ( contre les interventions armées en Syrie, au Mali, etc ).

Vous souhaitez mieux connaître l’avis et l’opinion des communistes internationalistes et anti-impérialistes ?

Vous aimeriez participer aux réunions et rencontres-débats organisées par POLEX ?

Vous êtes journaliste et vous souhaitez entendre un autre « son de cloche » ?

Il vous suffit de nous contacter pour être invite(e) à nos réunions-débats:

contact.polex@orange .fr ou collectifcommunistepolex@gmail.com 

 

LIBRE DE TOUTE ATTACHE PARTISANE, LE COLLECTIF COMMUNISTE POLEX N’A POUR RESSOURCES FINANCIÈRES, QUE LES COTISATIONS DE SES ADHÉRENTS.

Publié dans Politique

Partager cet article
Repost0

L'IMMENSE CRAPULE ET ANCIEN MINISTRE UMP DE L'INTERIEUR CLAUDE GUEANT, EN GARDE A VUE

Publié le par Tourtaux

L'ancien ministre français de l'Intérieur Claude Guéant a été entendu et placé en garde à vue, tout comme l'ancien directeur général de la police nationale Michel Gaudin, dans le cadre de l'enquête sur les primes en liquide perçues entre 2002 et 2004.

Claude Guéant et Michel Gaudin ont été placés en garde à vue mardi matin à Nanterre (Hauts-de-Seine) dans le cadre d'une enquête préliminaire portant sur des primes en liquide perçues entre mai 2002 et l'été 2004, quand le premier était directeur de cabinetL'ex-ministre français de l'Intérieur Claude Guéant en garde à vue. du ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy et le second, directeur général de la police nationale.

Arrivés vers 8 heures, les deux hommes sont entendus par les policiers de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF), saisi par le parquet de Paris en juin dernier.

Cette procédure intervient après la remise au parquet, par l'actuel ministre français de l'Intérieur Manuel Valls, d'un rapport de l'Inspection générale de l'administration (IGA) et de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN).

Il évoquait le versement de primes en liquide, d'un montant de 10.000 euros par mois, puisées dans la ligne de crédit des «frais d'enquête et de surveillance» du ministère de l'Intérieur.

Comme l'avait révélé Le Figaro en juin dernier, le ministre de l'époque répartissait cette somme entre au moins deux ou trois collaborateurs, engagés en particulier dans la gestion de missions opérationnelles très sensibles, comme la traque du braqueur de fourgon «Nino» Ferrara et plus encore d'Yvan Colonna, assassin du préfet Érignac. Ces missions étaient coordonnées directement depuis l'échelon du cabinet.

L'entourage de Claude Guéant a aussi précisé que ces sommes ne lui étaient pas destinées, mais utilisées pour un système de «gratifications», notamment pour les policiers en charge de la protection du ministre Sarkozy. Les primes en liquide avaient pourtant été supprimées en 2002 par Lionel Jospin.

Les gardes à vue de Claude Guéant et de Michel Gaudin peuvent durer 24 heures et être prolongée une fois pour 24 heures supplémentaires.

Source: agences et rédaction

17-12-2013 | 13:04

 

 

Publié dans Politique

Partager cet article
Repost0

OBAMA, NETANYAHOU, HOLLANDE ET COMPAGNIE, ENFONCEZ-VOUS BIEN DANS LE CRANE QUE VOTRE HEGEMONIE MONDIALE A DU PLOMB DANS L'AILE !!

Publié le par Tourtaux

Fête des Troupes balistiques stratégiques russes
La Russie célèbre la Journée des Troupes balistiques stratégiques (RVSN) le 17 décembre. Ces Troupes constituent un élément clé des Forces nucléaires russes.

Publié dans Politique

Partager cet article
Repost0

LA RUSSIE EN POSITION DE DETRUIRE LE " BOUCLIER ANTI- MISSILES " DE L'OTAN. QUEL GRAND COUP DE BALAI SALUTAIRE CE SERAIT ET QUEL SUPERBE BOOMERANG DANS LA TRONCHE DE TOUS CES GUERRIERS D'OPERETTE!!

Publié le par Tourtaux

lundi, 16 décembre 2013 17:21

La Russie en position de détruire le « bouclier anti-missiles » de l’Otan
IRIB-La Russie en position de détruire le « bouclier anti-missiles » de l’Otan

Selon l’hebdomadaire allemand Bild, la Russie aurait installé une dizaine de batteries de missiles de type Inskander-M à Kalilingrad, territoire enclavé au sein de l’Union européenne.

D’une portée d’environ 500 kilomètres, mais d’une très grande précision, ces missiles –qui ne sont pas tirés depuis des silos, mais par des unités mobiles composées de six camions— sont capables de détruire une partie des installations du « bouclier anti-missiles » installé par l’Otan au cœur de l’Europe. Selon Bild, ils pourraient également frapper Berlin, distant de 527 kilomètres

« Putin stationiert Raketen für Atomsprengköpfe », par Franz Solms-Laubach, Bild, 14 décembre 2013.

 

Publié dans Politique

Partager cet article
Repost0