Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

GREVE DANS L'EDUCATION : CA REPART

Publié le par Tourtaux

février 2010 7 28 /02 /2010 18:28
Collèges et lycées en grève
 
>

> Il faut ajouter quelques collèges et lycées mobilisés dans la région
> lyonnaise...

>
>
>
>
> Dans l’académie d’Aix Marseille : une vingtaine d’établissements sont
> > déjà dans l’action
> >
> > Collège Jules Ferry - Marseille : En grève.
> >
> > Lycée professionnel de l’Estaque - Marseille : 100 % de grévistes Le
> > Jeudi 25 février 2010, 100% du personnel enseignant, administratif et
> > vie scolaire du lycée professionnel et technologique de l’Estaque est
> > en grève. Depuis lundi dernier, les personnels s’organisent pour
> > protester contre la pauvreté des moyens attribués par les services du
> > rectorat. Après une occupation de l’administration et un rendez-vous
> > non concluant au rectorat, les personnels ont décidé de stopper le
> > travail ce jeudi.
> >
> > Collège Jules Ferry - Marseille : En grève vendredi 26 février.
> >
> > Lycée Pagnol - Marseille : poursuite de la grève
> >
> > Collège des Caillols - Marseille : Bloqué par les parents le jeudi 25
> février
> >
> > Lycée Fourcade - Gardanne : Rassemblement vendredi 26 devant le
> > rectorat, entre 13 h et 15 h. Proposition d’une "journée d’animation"
> > devant le rectorat avec les autres établissements du pays d’Aix pour
> > la journée d’action du jeudi 4 mars.
> >
> > Collège Coutarel - Istres : Boycott du brevet blanc
> >
> > Grève au Lycée Pagnol de Marseille sur les DGH et les réformes Chatel,
> > à 68%, avec lettre au recteur et blocage du lycée le matin par les
> > lycéens. Reconduction mardi, mercredi et jeudi
> >
> > Grève au Collège Le Ruissatel - Marseille, sur les DGH
> >
> > Grève au LP Blériot de Marignane sur les DGH et la préparation de la
> > rentrée 2010
> >
> > Lycée Jean Monnet - Vitrolles : Liste des décisions prises :
> >
> > - brassard ou auto collant avec mot d’ordre agrafé sur les vêtements
> > porté à partir de lundi
> >
> > - banderole sur le parvis et affiches en salle des profs
> >
> > - jeudi 4 entre midi et 2 : tous en noir, distribution de tracts aux
> > élèves (voir PJ), "happening" à définir avec information à la presse
> > locale/ à voir : distribution en fin de journée sur un rond point de
> > Vitrolles
> >
> > - pas mal de collègues favorables au boycott du bac blanc : on en
> > rediscute et on prend décision mardi.
> >
> >
> >
> > Dans l’académie de Lille :
> > Collège Jean Jaurès de Vieux Condé En grève le vendredi 26 février
> >
> > LP Ferrer Lille grève le 25 février
> >
> > Lycée Branly de Boulogne sur Mer : distribution de tracts, grève le 4
> > mars et possibilité boycott du bac blanc
> >
> > Collège de Cassel : grève prévue pour le mardi 2 mars
> >
> > Lycée Fénelon de Lille : grève jeudi 25 février (100% de grévistes),
> > préavis de grève reconductible à partir du lundi 8 mars
> >
> > Collège Jean Rostand de Loon-Plage journée collège mort le 22 février
> >
> >
> >
> > Dans l’académie d’Amiens :
> >
> > Deux collèges de l’académie sont déjà dans l’action dès la rentrée. Le
> > 26, un appel à la grève 1er/2nd degré est lancé dans la Somme.
> > Collège de Ponthieu, à Abbeville, n’a pas fait la rentrée le 22
> > février, avec une grève suivie à 100 %, reconduite pour le 23
> >
> >
> >
> > Dans l’académie de Besançon :
> >
> > Des établissement se mobilisent contre les conditions de la rentrée
> > 2010 dont le lycée Viette de Montbéliard qui entame une grève
> > reconductible :
> >
> >
> >
> > Dans l’académie de Limoges :
> >
> > Mouvement de grève massif au collège Albert Thomas (Egletons) : 26
> > grévistes sur 28 enseignants.

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0

ISRAEL : PROVOCATION ANTI-MUSULMANE DE NETANYAHOU QUI VEUT "JUDAISER" LES LIEUX SAINTS

Publié le par Tourtaux

 

h_1_ill_1268913_529b_netanhyahou2.jpg A quoi bon ? Pour quelle raison Benyamin Nétanyahou, premier ministre israélien, a-t-il choisi d'ajouter deux lieux saints particulièrement sensibles à la liste des sites enregistrés au patrimoine archéologique d'Israël, une mesure qu'il savait foncièrement provocante pour les Palestiniens, et que rien ne justifiait ? C'est la question que se posaient nombre d'éditorialistes et d'hommes politiques israéliens, mercredi 24 février.

Ces deux sites, le caveau des Patriarches (dans la Bible : Abraham, Isaac et Jacob), à Hébron, et le tombeau de Rachel (la femme préférée de Jacob), à Bethléem, sont vénérés à la fois par les juifs, les musulmans et les chrétiens. Ils sont situés en Cisjordanie mais placés sous très haute protection de l'armée israélienne.

Sitôt connue la nouvelle de leur inscription, lundi, sur la liste de quelque 150 sites historiques devant bénéficier de mesures de restauration, des heurts se sont produits à Hébron, et les protestations se sont multipliées dans de nombreux pays arabes. Faisant pour une fois chorus avec le Hamas, Mahmoud Abbas, le président de l'Autorité palestinienne, a dénoncé "une grave provocation pouvant entraîner une guerre sainte".

L'un de ses principaux lieutenants, Yasser Abed Rabbo, a estimé que, dans un tel contexte, "il sera difficile, sinon impossible, de reprendre des négociations sérieuses, qu'elles soient directes ou indirectes", a-t-il précisé en référence aux "discussions de proximité" qui devraient s'ouvrir prochainement entre Israéliens et Palestiniens, sous l'égide des Etats-Unis.

A Paris, le Quai d'Orsay a souligné que la décision israélienne ne va pas dans le sens de la confiance nécessaire à la reprise des négociations. Alors que le cabinet de M. Nétanyahou a dénoncé une "campagne palestinienne hypocrite", le président Shimon Pérès a tenté de calmer les choses en assurant qu'il n'est nullement question de porter atteinte à la liberté de culte, notamment celle des musulmans et des chrétiens, sur des sites religieux qu'il s'agit seulement de réhabiliter.

"Judaïser" les lieux saints

Le problème est que le caveau des Patriarches et le tombeau de Rachel... n'en ont pas besoin : le premier, qui abrite une mosquée et une synagogue contiguës, a fait l'objet de travaux récents, tant par l'Agence juive que par les autorités musulmanes. Quant au second, il est en excellent état. C'est pour cette raison que la liste initialement préparée par les services du gouvernement avait exclu ces deux lieux saints.

Ceux-ci ont été ajoutés à la dernière minute à la suite des pressions du parti juif ultra-orthodoxe séfarade Shass, comme l'a lui-même reconnu M. Nétanyahou. Cette concession à l'extrême droite religieuse, d'autant plus gratuite que la coalition gouvernementale n'est pas menacée, relève des "gestes" auxquels le premier ministre consent de temps en temps au profit de la mouvance politique des colons. Rien d'étonnant donc, si elle est ressentie par les Palestiniens comme s'inscrivant dans une politique délibérée de "judaïser" les lieux saints, en particulier Jérusalem.

Laurent Zecchini
Source: http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2010/02/25/de-l-usage-tres-politique-des-caveaux-et-tombeaux-en-terre-sainte_1311193_3218.html#ens_id=1228030 


aussi sur le blog LDRG. lien: http://www.guinee-plurielle.com/article-le-monde-israel-de-l-usage-tres-politique-des-caveaux-et-tombeaux-en-terre-sainte-45662402.html
BLOG : http://syndicats.over-blog.com/

Publié dans Palestine

Partager cet article
Repost0

GRANDE-SYNTHE : GRAND CONCERT DE SOLIDARITE EN SOUTIEN AUX SALARIES DE TOTAL

Publié le par Tourtaux

Grand concert de solidarité en soutien aux salariés de Total
Mercredi 3 mars 2010 à 20h30 au Palais du Littoral


La ville de Grande-Synthe et l’intersyndicale de la raffinerie des Flandres s’associent pour organiser, le mercredi 3 mars à 20h30, un grand concert de soutien à tous les salariés du site Total-Dunkerque. 
Toutes les personnes souhaitant manifester leur solidarité, mais aussi et bien sûr les salariés et leurs familles sont cordialement invités à participer à cette soirée-concert qui aura lieu au Palais du littoral.
 
Sur scène, un collectif de musiciens locaux et professionnels.
Dans une ambiance festive, manifestons notre solidarité ! L’avenir économique du Dunkerquois est en jeu. La raffinerie des Flandres ne doit pas fermer.
 
Entrée gratuite, ouverture des portes dès 20h.
Bar tenu par l’association carnavalesque les Pintjes, tous les bénéfices seront reversés aux salariés grévistes.
 
Palais du littoral
Rue Garnier
Grande-Synthe
Tél. 03 28 24 49 00
 
Contact et infos presse : service communication, tél. 03 28 62 77 41.

Par CGT PHILIPS EGP DREUX -

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0

LES AMERICAINS S'INTERRESSENT A L'ALGERIE POUR LUTTER CONTRE LE "TERRORISME" MAIS LES USA NE SE COMPORTENT-ILS PAS COMME UN ETAT TERRORISTE ?

Publié le par Tourtaux

Washington fait pression sur Alger pour obtenir l’autorisation d’utiliser la nouvelle base militaire de Tamanrasset - RAF

mercredi 24 février 2010, par Comité Valmy


Les américains semblent se « focaliser » sur l’Algérie dans leur « lutte contre le terrorisme ». Notre pays est de plus en plus sollicité, voire pressé par Washington à participer toujours davantage à cette « guerre ». La fréquence des va et vient de responsables américains à Alger, témoigne de cet intérêt grandissant pour l’Algérie.

Algerie-Focus.com a récemment publié un article sur la décision du Pentagone d’introduire officiellement l’Algérie comme un partenaire privilégié pour la lutte contre Al Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI), dans le Maghreb et la région du Sahel.

Depuis, les choses s’accélèrent : en novembre 2009, le Commandant du commandement militaire des Etats-Unis pour l’Afrique (Africom), le Général William Ward, accompagné par Ronald Ladnier, le Commandant des forces aériennes d’Africom, arrivent à l’aéroport d’Alger dans le cadre d’une visite officielle en Algérie. Ils sont accueillis par le Général Major Abdelhamid Ghriss, chef du département organisation et logistique à l’état major de l’Armée Nationale Populaire (ANP, régulière) et le Général Mekri Noureddine, directeur des relations extérieures et de la coopération au Ministère de la Défense, ainsi que par l’ambassadeur des Etats-Unis à Alger et l’attaché de défense auprès de l’ambassade américaine.

A l’ordre du jour de cette visite : la volonté de Washington de voir l’Algérie souscrire à son programme de l’Africom. En Vain. Le Ministre algérien des affaires étrangères Mourad Medelci réitérait le refus de l’Algérie sur l’implantation de bases militaires étrangères sur son sol.

Le 3 février, c’était autour de Gina Abercrombie-Winstanley, responsable du bureau de coordination antiterroriste du département d’Etat américain, de faire le déplacement à Alger pour rencontrer Ali Tounsi, le patron de la Direction Générale de la Sureté Nationale (DGSN).

Selon nos informations, même si les américains n’arrivent toujours pas à persuader l’Algérie d’intégrer de manière définitive l’Africom, il ne demeure pas moins qu’ils lorgnent, cette fois, sur la nouvelle base aérienne militaire de Tamanrasset, qui sera inaugurée prochainement.

Washington, comme d’autres pays occidentaux, veut en effet obtenir - sans succès pour l’instant – l’aval des autorités algériennes pour survoler et utiliser la base de Tamanrasset, position stratégique pour mener des opérations au Sahel contre AQMI.

La versalité dont fait preuve Waghington dans le traitement du dossier algérien suscite de sérieuses interrogations quant à sa manière de procéder pour arriver à ses fins. Les américains qui s’arrogent le droit depuis le 11 septembre de distribuer les bonnes et les mauvaises notes aux pays où ils ont décidé de mener leur « guerre contre le terrorisme », ne se gênent guère pour utiliser cette nouvelle « arme » comme moyen de pression sur les gouvernements récalcitrant à leur projet.

Dans le cas algérien, la contradiction américaine est flagrante. Hier auréolée par un satisfecit américain pour son engagement dans la lutte contre le terrorisme, l’Algérie se retrouve aujourd’hui sur la liste des 14 pays à risque et dont les gouvernements « encouragent le terrorisme ».

Washington est-elle entrain de punir le pouvoir algérien pour avoir osé lui répliquer par la voix de Medelci que « la souveraineté de l’Algérie est non négociable et il n’est pas question aujourd’hui d’ouvrir la voie à la création de bases militaires étrangères en Algérie » ?

C’est fort possible. Mais le plus inquiétant, c’est la profonde crise politique qui couve au sommet de l’Etat à un moment où la souveraineté de l’Algérie est plus que jamais menacée par une Amérique décidée à se déployer en Afrique pour en déloger la Chine. » Celui qui n’est pas avec nous et contre nous « , menaçait Bush Junior en son temps. Le gouvernement d’Obama n’en pense pas moins.

Publié dans Politique

Partager cet article
Repost0

LA CHINE QUI NE SE CHINOISE AVEC PERSONNE EST ENCERCLEE PAR LE SYSTEME ANTI-MISSILES AMERICAIN. QUI AGRESSE QUI ?

Publié le par Tourtaux

Source : le Quotidien du Peuple en ligne

La Chine est encerclée par le système anti-missiles américain -

mercredi 24 février 2010, par Comité Valmy

Selon certains analystes géopolitiques, la Chine aurait ces derniers temps, adopté une attitude attentiste par rapport au renforcement de l’Organisation de Coopération de Shanghai où elle ne serait plus représentée par des diplomates de trés haut rang. Si cette information est conforme à la réalité, elle est inquiétante. En effet cet article du quotidien du peuple ne fait que rappeler que la Chine, avec la Russie, sont considérées par les dirigeants étatsuniens comme des ennemis stratégiques. La politique agressive US d’encerclement de ces deux pays, est visible par n’importe quel citoyen sans qu’il soit nécessaire d’être un expert. De plus, si l’existence et le développement de l’OCS, alliance défensive face à la politique d’agression et de guerre des Etats Unis et de leurs vassaux, apparait d’abord comme une nécessité pour les pays concernés directement, ils contribuent également à la défense de la paix dans le monde ainsi qu’au nécessaire endiguement de l’impérialisme nord-américain. CB



D’après des spécialistes en études militaires, il semble que Washington soit déterminée à encercler la Chine avec un système anti-missile de fabrication américaine.

D’après Defense News, publication américaine, Taiwan est devenu l’année dernière le cinquième acquéreur dans le monde du système de défense anti-missiles Patriot, après le Japon, la Corée du Sud, les Emirats Arabes Unis et l’Allemagne.

De nombreux experts militaires ont fait remarquer que ce dernier contrat en date avec Taiwan est un élément clé d’une stratégie américaine d’encerclement de la Chine dans la région Est-asiatique, et que ces missiles pourraient bientôt former un arc de cercle s’étendant du Japon à la Corée du sud et à Taiwan.

Le colonel Dai Xu, stratège de renom de l’armée de l’air chinoise, écrivait d’ailleurs dans un article publié ce mois que « La Chine se trouve dans une zone d’encerclement en arc de cercle. Cette zone commence au Japon, s’étend à travers divers pays dans la Mer de Chine méridionale vers l’Inde et se termine en Afghanistan. Le déploiement de systèmes anti-missiles opéré par Washington en périphérie de la Chine forme une zone d’encerclement en arc de cercle ».

Pour Ni Lexiong, expert en affaires militaires à l’Institut de Sciences Politiques et de Droit de Shanghai, qui répondait le 21 février aux questions du journal Guangzhou Daily, « Le système anti-missile américain au voisinage de la Chine est une réplique exacte de la stratégie américaine antérieure en Europe de l’est contre la Russie. L’administration Obama à commencé à envisager ce genre de système autour de la Chine après la suspension de son projet en Europe de l’Est ».

Tang Xiaosong, directeur du centre de Sécurité Internationale et d’Etudes Stratégiques à l’Université des Etudes Etrangères du Guangdong fait lui remarquer que cet arc qui encercle la Chine peut également être étendu dans d’autres directions à n’importe quel moment. Ainsi, dit-il Washington espère-t-elle vendre à l’Inde et à d’autres pays de l’Asie du Sud-Est son système anti-missiles Patriot Advanced Capability (PAC)-3.

Les analystes disent que la Chine surveille de près la coopération indo-américaine en matière de défense anti-missiles, car toute intégration éventuelle de l’Inde dans le système global de défense anti-missiles américain pourrait affecter profondément la sécurité de la Chine.

Cependant, d’après l’ancien ambassadeur de Chine en Inde Pei Yuanying, il est peu probable que l’Inde fasse un jour partie du moindre plan américain dirigé contre la Chine.

« New Delhi tient à développer ses relations avec les Etats-Unis, mais elle veut également être une puissance internationale indépendante sur la scène internationale », dit-il.

M. Pei pense qu’il est nécessaire de prendre en considération les aspects multiples des relations sino-américaines. « Les Etats-Unis ont suivi de longue date une politique de rapprochement-confinement à l’égard de la Chine, et cette politique ne changera pas d’une manière générale durant le mandat du Président Obama », dit-il.

Defense News a également rapporté les propos de John Holly, Vice-président des systèmes de defense anti-missiles chez Lockheed pour qui les perspectives de ce marché restent bonnes.

Evoquant les programmes de missiles en Corée du Nord, en Iran, en Russie et en Chine, il a déclaré « Ce monde n’est pas un monde très sûr, et il nous incombe, dans cette industrie, de fournir (au Pentagone) les meilleures capacités possibles ».

Beijing a souvent critiqué le développement du système anti-missiles américain et s’est efforcée d’apporter des limitations à ce genre de systèmes lors des forums des Nations Unies.

Ainsi le ministre des Affaires Etrangères Yang Jiechi, qui s’était exprimé lors d’une conférence sur le désarmement en août dernier à Genève avait-il déclaré « Les Nations ne devraient ni chercher à obtenir une prépondérance stratégique ni développer des systèmes de défense anti-missiles susceptibles de saper la stabilité stratégique mondiale ».

Source : le Quotidien du Peuple en ligne

Publié dans Politique

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 > >>