Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LILLE : CE MERCREDI 2 FEVRIER 2011 à 18h30 C'EST " L'HEURE DE L'METTRE " SUR RADIO CAMPUS LILLE 106,6

Publié le par Tourtaux

CE MERCREDI 2 FEVRIER 2011

 

A 18H30

 

C’EST « L’HEURE DE L’METTRE »

 

Sur RADIO CAMPUS Lille 106,6

 

En direct et en archives sur www.campuslille.com

 

            C’était dans nos cartons depuis un moment, et voilà, on décide de vous en faire profiter. Une fois n’est pas coutume, nous diffuserons de larges extraits d’une émission de Radio Libertaire, datée du 23 octobre dernier. L’invitée, c’est l’historienne Annie Lacroix-Riz. Le thème : Crise des années 30, casse des salaires et mouvement ouvrier. Et cela dans une langue aisément compréhensible… D’autant que l’historienne ne s’interdit pas, au contraire, de relier la crise des années 30 à celle d’aujourd’hui. Un document à écouter et diffuser autour de soi.

 



"l'heure de l'mettre"
radio campus lille 106,6
en direct sur www.campuslille.com

Publié dans Politique

Partager cet article
Repost0

UNE NOUVELLE ETAPE DANS L'EXCLUSION DES SOINS

Publié le par Tourtaux

26Plusieurs projets de décrets gouvernementaux ouvrent une brèche dans la prise en charge à 1OO% par la Sécurité sociale, des maladies de longue durée.

La sortie de l’hypertension artérielle sévère de la liste des affections de longue durée (ALD) sous l’argument que cette prise en charge relève de la prévention et non du soin est inacceptable. Par ce retrait, des milliers de malades pourraient ainsi renoncer à se soigner pour cette pathologie dont les complications sont graves (maladie cardiovasculaire, insuffisance rénale …). Les « économies » immédiates espérées se traduiraient par une prise en charge tardive et donc à terme plus coûteuse.

Un autre projet de décret prévoit une prescription très limitée des transports sanitaires pour les patients atteints de maladies de longue durée. Alors que l’on sait que la désertification des territoires et les restructurations hospitalières éloignent de plus en plus les patients des professionnels et établissements de santé et que nos réseaux de transport en commun sont loin d’être satisfaisants, l’objectif serait-il d’amener les malades à renoncer à consulter ?

Toutes les études montrent qu’une diminution de la prise en charge financière dans le domaine de la santé se traduit par une exclusion des patients les plus pauvres et/ou les moins informés.

La CGT alerte les pouvoirs publics, la population toute entière sur les conséquences de ces mesures en terme de santé, car nous assistons à un nouveau recul dans l’accès aux soins. Les inégalités sociales et de santé n’ont de cesse de croître. La dernière étude de l’Observatoire régional de santé d’Ile-de-France le confirme. Selon le lieu où l’on habite, on ne dispose pas de la même offre de soins.

Poursuivre dans cette voie serait participer consciemment à la régression de notre pays. C’est ce qui se passe aux États-Unis où pour la première fois depuis plus de 30 ans, l’espérance de vie vient de diminuer.

Il nous faut au contraire maintenir un haut niveau de prise en charge par la Sécurité sociale pour renforcer la solidarité et garantir l’accès aux soins pour tous.

 

Par CGT CG19

Source : http://cgt19.over-blog.com/

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0

QUELLE LIBERTE ? CONTRE TOUS LES POUVOIRS, QUE VIVE L'INSURRECTION !

Publié le par Tourtaux

 

Affiche sortie ces jours-ci et trouvée notamment collée sur les murs de Paris lors de la balade à Belleville du 25 janvier dernier.

 

Cette semaine, 30 janvier 2011.
Source : http://juralibertaire.over-blog.com/

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0

CARLA BRUNI/SARKOZY : " JE NE ME SENS PLUS VRAIMENT DE GAUCHE ". LE PEUPLE N' A RIEN A FOUTRE DU CINEMA DE CETTE NANTIE ! ET BIEN MOI, JE NE SUIS PAS DE GAUCHE, JE SUIS COMMUNISTE !

Publié le par Tourtaux

Carla Bruni: "Je ne me sens plus vraiment de gauche"

Par LEXPRESS.fr, publié le 31/01/2011 à 12:36

 
 
Carla Bruni: "Je ne me sens plus vraiment de gauche"

Carla Bruni-Sarkozy est prête à soutenir son mari pendant la campagne élyséenne, s'il le veut.  

REUTERS/Philippe Wojazer

Dans un entretien au Parisien, l'épouse du chef de l'Etat affirme qu'elle ne fera jamais de politique et révèle qu'elle n'a jamais voté pour un parti de gauche en France.

 

En juin 2008, elle affirmait être "épidermiquement de gauche" dans un entretien à Libération. Près de trois ans après, le discours a changé. 

Au Parisien, elle explique ainsi que ses positions ont évolué: "J'ai fait partie d'une communauté d'artistes. On était bobo, on était de gauche mais, à ce moment-là, je votais en Italie. Je n'ai jamais voté pour la gauche en France, et je vais vous dire, ce n'est pas maintenant que je vais m'y mettre. Je ne me sens plus vraiment de gauche." 

Pour justifier cette aversion pour la gauche, elle cite l'épisode Polanski-Mitterrand. Le ministre de la Culture avait défendu le réalisateur avant d'être lui-même attaqué pour des propos tenus dans un de ses ouvrages, La Mauvaise vie. Certains responsables politiques l'avaient accusé de soutenir la pédophilie et d'avoir eu des relations sexuelles avec des mineurs. Benoît Hamon, porte-parole du PS, avait lui regretté cette promotion du tourisme sexuel, tenue dans La Mauvaise vie

Enfin, Carla Bruni a juré que la politique ne l'intéressait pas: "Pour moi, la politique reste un monde difficile. Ce ne sera jamais mon métier, je n'en ferai jamais (...) La politique, ce n'est pas mon métier, c'est parfois violent."  

S'il le faut, Nicolas Sarkozy pourra toutefois compter sur elle dans le cadre de la campagne: "Je serai évidemment derrière lui, s'il se lance." 

Publié dans Politique

Partager cet article
Repost0

LA FEDERATION CGT DES CHEMINOTS VIENT D'APPRENDRE PAR LES SERVICES DE LA CPRP SNCF QUE DES DIZAINES DE MILLIERS DE CHEMINOTS ET LEURS FAMILLES ONT EU RECOURS AU "MEDICAMENT" MEDIATOR

Publié le par Tourtaux

La Fédération CGT des cheminots vient d’apprendre par les services de la CPRP SNCF que des dizaines de milliers de cheminots et leur famille auraient eu recours au médicament MEDIATOR. Cette affaire réinterroge l’organisation de notre système de santé et la place que le service public doit y jouer.
Les scandales sanitaires se succèdent. Après l’affaire du sang contaminé, des hormones de croissance, c’est la campagne surdimensionnée de la grippe qui a occupé le devant de la scène pour le plus grand bénéfice des laboratoires pharmaceutiques. La Fédération CGT des cheminots attend toujours des explications de la part du Ministère de la Santé après deux courriers sans réponse.
A chaque enquête, l’influence de l’industrie du médicament et des produits de santé est mise en cause, révélant que des décisions politiques ou administratives sont prises dans le sens de l’intérêt de cette industrie avant celui de la santé publique.
Cette succession de scandales sanitaires relance le débat sur la place centrale que doit reprendre le service public en matière de formation des professionnels de santé, de recherche en santé, de publication scientifique, d’information et d’éducation des malades, de contrôle public, de la place de l’Assurance maladie dans l’organisation du système de santé, d’un pilotage politique et administratif indépendant et désintéressé.
La CGT rappelle l’urgence de remettre de la démocratie sociale au centre de l’organisation du système de santé et de protection sociale.
Notre association de consommateurs, INDECOSA CGT, s’engage déjà dans l’organisation de victimes du Médiator. La Fédération CGT appelle les cheminots concernés à se mobiliser et à s’organiser en contactant les structures départementales INDECOSA CGT (www.indecosa.cgt.fr).
La CGT rejette l’idée d’accord amiable ou d’une voie d’indemnisation qui reposerait sur les finances publiques et les finances de la Sécurité sociale et qui contribuerait à limiter l’obligation de réparation incombant au laboratoire SERVIER.
La CGT demande au Ministre de la Santé la mise en place d’un grand débat public sur la politique du médicament, transparent pour la population.
La CGT revendique la constitution d’un pôle public du médicament.
La Fédération CGT des cheminots sera attentive aux recherches
de la CPRP SNCF sur les cheminots potentiellement exposés
sur les 5 dernières années et exige la mise en oeuvre d’un dispositif de suivi médical gratuit dans les cabinets médicaux SNCF.
Montreuil, le 27 janvier 2011

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>