DES LUTTES OUVRIERES

Publié le par Tourtaux

 

CGT Éduc’action

Grève largement unitaire le 13 février 2014 en Ile-de-France
mardi 11 février 2014 , par Alessandro Vitagliano

Jeudi 13 février 2014, une grève aura lieu dans l’Éducation nationale en Ile-de-France, en particulier dans le 92 et dans le 93.

Cet appel est soutenu par deux larges intersyndicales, CGT, FO, FSU, SUD, UNSA et CFDT dans le 92 et CGT, FSU, FO, SUD et CNT dans le 93.

La CGT Éduc’action soutient ces appels et appelle à l’extension de la mobilisation.
Le constat de la baisse des moyens, y compris dans ce qui a ressemblé à de "l’Éducation prioritaire" il y a quelques mois encore, est partagé par tous. Il est urgent que le ministre de l’Éducation nationale réponde aux revendications des personnels, en donnant à l’école les moyens de ses ambitions !

Une manifestation partira à 14h00 de la place Saint-Michel en direction du ministère de l’Éducation nationale.

Montreuil, le 11 février 2014

Vous trouverez, en pdf, les deux appels intersyndicaux.

PDF - 211.2 ko
CGT, FSU, FO, SUD et CNT du 93
PDF - 163.2 ko
CGT, FO, FSU, SUD, UNSA et CFDT du 92
 http://www.cgt.fr/La-CGT-Educ-action-soutient-la.html
Ardoisières d'Angers. La CGT veut rencontrer le Premier ministre
Angers - 10 Février

Carcassonne. La CGT en colère contre le ministre du Travail

syndicats

La CGT attend le ministre du Travail de pied ferme. / Photo DDM, Roger Garcia

La CGT attend le ministre du Travail de pied ferme. / Photo DDM, Roger Garcia

Les responsables audois de la CGT ne cachent pas qu’ils sont courroucés. Courroucés par le refus de pouvoir s’entretenir en tête-à-tête avec le ministre du Travail, Michel Sapin, lors de sa visite à Carcassonne et dans le département ce jeudi 13 février. «Ce que nous avons à dire sur la situation de l’emploi sur ce territoire, nous le dirons à un adjoint du directeur de cabinet du ministre. Une boîte à lettres en somme». La pilule ne passe pas dans la gorge de Sophie Trochet, membre du bureau départemental, de Freddi Forato, Gérard Petit et Jean-Marc Tailli. «Le ministre du Travail se déplace dans l’un des départements les plus pauvres de France, où le chômage bat des records avec 32 925 personnes sans emplois toutes catégories confondues, mais ça ne vaut pas le coup d’en parler avec ceux qui sont au premier rang pour défendre les travailleurs». L’union départementale CGT rédigera un état des lieux dans l’Aude mais ses responsables n’ont pas décidé s’ils verront ou non le subalterne ministériel. Ils préparent le rassemblement prévu à partir de 9 heures square Gambetta. «Si on n’arrête pas de réduire les services publics dans notre département à forte connotation rurale, il sera impossible de relancer l’emploi», se borne-t-on à dire à l’UD CGT.

LIBRAIRIES CHAPITRE : LA CGT APPELLE A OCCUPER LES LOCAUX

Les librairies Chapitre baissent définitivement leur rideau lundi soir. La Confédération générale du travail (CGT) a appelé « à occuper de façon illimitée » les magasins non repris pour obtenir « des garanties d’indemnités décentes », pouvait-on lire sur le site du premier syndicat du réseau des librairies Chapitre (groupe Actissia), qui comptaient 57 établissements répartis dans tout l’Hexagone et 1 200 salariés. Ce réseau a été placé en liquidation judiciaire le 2 décembre mais avait été autorisé à poursuivre l’activité jusqu’à ce lundi.

Ce même jour, le tribunal de commerce de Paris doit examiner la troisième et dernière vague de dix offres de reprise qui ne permettra pas, quoi qu’il arrive, de sauver tous les emplois. Sur les 57 librairies d’origine, 26 ont en effet d’ores et déjà trouvé un repreneur. Selon la CGT, sur les 31 qui restent, 21 sont condamnées dès aujourd’hui : celles d’Altkirch, Aubenas, Boulogne-sur-Mer, Calais, Colmar, Cannes, Douai, Dijon, Evreux, Forbach, Guebwiller, Lyon, Montbéliard, Mulhouse, Nancy, Nantes, Narbonne, Reims, Romans-sur-Isère, Tarbes et Tours.

 

PAS D’INDEMNITÉS SUPRALÉGALES

 

Chaque librairie emploie environ 18 personnes, soit quelque 350 salariés. Le syndicat appelle également la centaine de salariés travaillant au siège à l’occupation des lieux. Un plan social sera mis en place pour les personnels non repris, soit près de 450 salariés. Une première réunion du comité d’entreprise (CE) doit avoir lieu le 13 février, mais le président du réseau, Michel Rességuier, a déjà prévenu qu’il n’y aurait pas d’indemnités supralégales, faute de trésorerie.

« Les stocks de nos magasins sont nos indemnités. Nous, salariés des librairies Chapitre, nous ne sommes pas responsables de ce gâchis. Après toutes ces années, nous ne partirons pas avec le minimum légal », menace la CGT. Le réseau Chapitre est une filiale du groupe Actissia (France Loisirs, Chapitre.com), numéro deux de la distribution du livre en France. Le site Internet Chapitre.com, société distincte, n’est pas concerné.

Ras-le-bol du travail au noir ! Grève et occupation ! (Paris 10e)

Publié dans Lutte des classes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article