A MES CAMARADES CHEMINOTS

Publié le par Tourtaux


Mercredi 21/11, les fédérations syndicales vont se rendre à la réunion convoquée par la direction SNCF.

Pour y faire quoi puisque nos patrons ne retirent pas les trois points fondamentaux si chers à Sarkozy et à l'origine de la grève?

Les fédérations s'apprêtent donc à négocier pour des broutilles sur les "propositions" de la direction, aux ordres de Sarkozy.

Le difficile et courageux combat mené par mes camarades cheminots doit impérativement être entendu, écouté. Les fédérations, en particulier la CGT à laquelle j'adhère n'ont rien à faire autour de cette table.

LA REFORME IMPOSEE PAR SARKOZY N'EST PAS NEGOCIABLE!

Mes camarades cheminots qui sont un des derniers ramparts face au fascisant Sarkozy luttent pour défendre nos acquis et empêcher que de nouveaux et irrémédiables coups soient portés à notre statut.

Ce combat concerne l'ensemble de la population puisque l'objectif de Sarkozy est d'écraser les travailleurs des régimes spéciaux, en particulier les cheminots pour ainsi pouvoir plus facilement supprimer les derniers acquis qui nous restent, dont nombre sont issus du CNR (Conseil National de la Résistance) et ont été arrachés par nos aînés.

Sarkozy enfonce encore le clou en supprimant de nombreux Conseils de Prud'hommes. Cette institution judiciaire, unique en Europe et dont les juges sont élus par les salariés est une conquête sociale à laquelle les travailleurs sont très attachés.

Sarkozy "demande" aux fédérations syndicales de dire aux cheminots de reprendre le travail! Un comble!
Vont-elles se coucher comme la CFDT qui n'est pas suivie par ses adhérents qui refusent de quitter les piquets de grève.

Sarkozy dit aimer le contact direct. Qu'il aille lui-même poser la question aux camarades en lutte.

J'ai une étrange impression. Les fédérations seraient-elles en train de préparer la pire des trahisons?

Je maintiens que la fédération des cheminots CGT n'a rien à faire dans cette galère à laquelle Sarkozy et ses laquais veulent l'embarquer.

Les cheminots et l'ensemble des travailleurs ont tout à perdre dans cette réunion qui pue la trahison. 

Tout autant que Sarkozy, les dirigeants syndicaux craignent la GREVE INTERPROFESSIONNELLE  que TOUS ENSEMBLE NOUS CONSTRUISONS.  

Face à ces vermines, les cheminots ne doivent pas rester isolés.

Demain mardi 20 novembre, nous allons manifester avec les cheminots, les traminots, les étudiants, les salariés de la fonction publique, les précaires, les chômeurs, les jeunes, les retraités et tous ceux qui soutiennent et sont concernés par ce mouvement.

Soyons nombreux et déterminés, amplifions et faisons converger les luttes qui ne doivent pas s'arrêter le 20/11. Attention Sarkozy et sa clique veillent.

Le Kollabo et traître Chérèque est à la besogne.

Un cheminot retraité CGT. Jacques Tourtaux


PS : cet article a été publié par le site Bellaciao le lundi 19 novembre et par le CUFSC ( Collectif pour un Front Syndical de Lutte de Classe) le 20/11/2007.





























 















Publié dans Lutte des classes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article