A MES CAMARADES CHEMINOTS (suite)

Publié le par Tourtaux

réponse faite sur le site Bellaciao, le 19/11/2007 à un camarade du PCF des Landes.

Camarade,

Il faut calmer tes nerfs et savoir accepter la contradiction. Tu as raison lorsque tu dis que seuls les cheminots grévistes prennent leurs décisions.

Si tu avais enlevé tes oeillères, tu aurais lu mon message sous un autre angle et tu aurais vu qu'il s'agit d'un soutien appuyé aux luttes menées par mes camarades cheminots.

Je n'ai pas changé d'avis quant à une trahison. Il n'y a pas besoin de sortir de Saint-Cyr pour le comprendre. En adhérant à la très réformiste CES, la CGT a tourné le dos à la lutte des classes et le triste résultat est là. Sarkozy et le patronat ne craignent plus la CGT, désormais alliée de la CFDT et de FO, parties prenantes de la CES.

Je vois la CGT prendre le chemin du réformisme qui ne peut conduire inévitablement qu'à la collaboration de classes. Comme pour beaucoup de bons et sincères camarades, cela nous fait très mal. 

Je ne suis plus carté au parti, mais j'ai toujours l'idéal communiste. Des milliers de camarades sont dans mon cas. A qui la faute?

Le retraité cheminot CGT que je suis est un ancien des manoeuvres qui sait de quoi il parle et qui, comme toi a fait ses preuves sur le terrain. Malheureusement, je sais que dans un avenir proche, nous irons droit dans le mur sauf, si les luttes convergent, ce que ne veulent pas les carrièristes.

Fraternel salut d'un vieux briscard. Jacques Tourtaux























Publié dans Lutte des classes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article