Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ISRAEL : A TEL AVIV, DES CENTAINES DE PERSONNES REUNIES POUR SOUTENIR LE BOYCOTT DES IMPLANTATIONS PAR LES ACTEURS

Publié le par Tourtaux

Des artistes israéliens refusent de jouer dans les implantations israéliennes en territoire occupé palestinien - Parti Communiste Israëlien
Tel Aviv:Des centaines de personnes se réunissent pour soutenir le boycott des implantations par les acteurs
Des centaines de personnes de se sont rassemblé hier (lundi, le 30 août 2010) au Théâtre national Habima à Tel-Aviv pour manifester leur soutien à ses acteurs qui boycottent les manifestations culturelles qui auraient lieu à Ariel dans des implantation en Cisjordanie (Rive Ouest) en territoire palestinien occupé.

Un dirigeant du Parti communiste d’Israël, MK Dov Henin (Hadash) a dit au rassemblement que, « le théâtre israélien n’est pas et ne sera pas un théâtre de marionnettes. C’est un théâtre du peuple avec des pensées indépendantes et des consciences. »

Le secrétaire général de la Paix maintenant Yariv Oppenheimer a aussi dit que le rassemblement « n’envoyait pas seulement un message sur l’occupation, mais aussi sur la démocratie. Ces acteurs ont le droit d’exercer leur libre arbitre et leur droit de ne pas accepter de se produire là où ils ne veulent pas aller .

A la question de savoir ce qu’il répondait aux critiques qui ont dit que l’art et la culture ne devraient pas être mélangés à la politique, Oppenheimer a dit, « Bien sûr qu’ils doivent se mélanger, et la culture et l’art ont un rôle à jouer dans le débat sur les questions de valeurs et de morale. »

Samedi, après les reportages dans les médias sur le fait que plusieurs institutions théâtrale majeures étaient prévues pour jouer au centre d’Ariel, des douzaines d’ acteurs de théâtre professionnels et des ouvriers ont diffusé publiquement une lettre dans laquelle ils ont juré de ne pas se produire dans ce lieu parce qu’il est situé dans les territoires plestiniens occupés .

Tard lundi soir, des auteurs Amos Oz, David Grossman, A.B. Yehoshua et Sami Michael, en tant que lauréat israélien de prix, le sculpteur et architecte Dani Caravan ont signé une pétition de soutien au boycott, ainsi que de nouveaux acteurs et des directeurs de théâtre.

La lettre a été critiquée par les membres du gouvernement d’extrême droite, y compris par le Premier ministre Binyamin Netanyahu, qui à l’ouverture de la séance hebdomadaire du dimanche du cabinet hebdomadaire de dimanche a dit à ce propos : « Israël est en train d’être attaqué, délégitimée, par des éléments de la communauté internationale. Cette attaque comprend des tentatives d’instaurer des boycotts économiques, universitaires et culturels. La dernière chose dont nous avons besoin en ce moment est de subir une telle attaque – je veux parler de cette tentative d’organiser un boycott – de l’intérieur. »

Le boycott des acteurs du nouvel Ariel le centre culturel a reçu un nouvel appui avec plus de 250 universitaires et plusieurs douzaines d’auteurs et artistes signant des lettres de soutien. Dans la lettre des universitaires, publiée hier, les membres de faculté d’universités à travers le pays ont juré de ne pas faire des cours ou de participer à n’importe quelles réunions dans les lieux d’implantation en territoire palestinien et ils ont apporté leur soutien aux artistes de théâtre qui ont dit qu’ils refuseraient de se produire dans l’ouest de Bank- ville.

Nous ne participerons à aucune sorte d’activité culturelle au-delà de la Ligne Verte, nous ne participerons pas à des réunions et à des séminaires, nous ne ferons des cours dans n’importe quelle sorte de cadre universitaire dans ces implantation, » ont écrit les universitaires.

« Nous soutenons les artistes de théâtre qui refusent de jouer dans Ariel, nous exprimons nos félicitations sur leur courage public et nous les remercions pour poser un débat public sur des implantations cachées, » la pétition dit. « Nous voudrions rappeler au public israélien que comme toutes les implantations, Ariel est aussi dans le territoire occupé ». Les signataires de la pétition universitaire sont Zeev Sternhell et Yael Sternhell, Nissim Calderon, Anat Biletzki, Ziva le Ben-Porat, Yaron Ezrachi, Aeyal Brut, Shlomo le Sable, Dan Rabinowitz, Neve Gordon, Efraim Davidi, Ofer Casif, Kalman Altmann, Oded Goldreich et Oren Yiftachel.

Publié par Changement de société http://socio13.wordpress.com/

Traduit par Danielle Bleitrach pour changement de société.
Nicolas Maury

Publié dans Israël

Partager cet article
Repost0

FRONT SYNDICAL DE CLASSE : LA REGRESSION NE SE NEGOCIE PAS, AMPLIFIONS L'ACTION JUSQU'AU RETRAIT PUR ET SIMPLE DE LA CONTRE REFORME WOERTH-SARKOZY

Publié le par Tourtaux

 
        Front Syndical de Classe
        Créé par des militants CGT et FSU
Site : www.frontsyndical-classe.org - Courriel : frontsyndical.classe@laposte.net
« Rien ne fait plus de mal aux travailleurs que la collaboration de classes. Elle les désarme dans la défense de leurs intérêts et provoque la division. La lutte de classes, au contraire, est la base de l'unité, son motif le plus puissant. C'est pour la mener avec succès en rassemblant l'ensemble des travailleurs que fut fondée la CGT. Or la lutte de classes n'est pas une invention, c'est un fait. Il ne suffit pas de la nier pour qu'elle cesse : renoncer à la mener équivaut pour la classe ouvrière à se livrer pieds et poings liés à l'exploitation et à l'écrasement. » H. Krasucki


RETRAITES : IMPOSONS L’ABANDON  DU
PROJET  WOERTH-SARKOZY-MEDEF


A l’heure où la collusion entre le gouvernement, le grand patronat et les milliardaires s’étale au grand jour, la colère populaire ne cesse de grandir contre la casse des retraites et plus généralement contre un pouvoir qui n’a de cesse d’attaquer l’emploi, les services publics, la protection sociale, les salaires et le pouvoir d’achat… afin de soutenir les profits des monopoles capitalistes ( les entreprises du CAC 40  ont ainsi présenté leurs résultats au premier semestre 2010 : 33,1 milliards d’euros de profits contre 14,7 en 2009, plus du double) tandis qu’à l’opposé toutes les couches sociales sont durement frappées par cette politique dans leur vie quotidienne.


UN PROJET INJUSTE ET RÉVOLTANT

Le projet du gouvernement, dans la ligne des accords européens de Barcelone signés en leur temps par Chirac et Jospin, allonge la durée de cotisation, recule l’âge de départ à la retraite (62 et 67 ans pour le taux plein !), programme la baisse des pensions, remet en cause les départs anticipés et de la pénibilité, fait quasiment porter l’effort financier sur les seuls salariés.
Un recul de société sans précédent afin que les exonérations patronales soient maintenues et amplifiées (des dizaines de milliards chaque année !).


RIEN N’EST JOUÉ, TOUT DÉPEND DE LA BASE

Le 7 septembre ne doit pas être un baroud d’honneur, comme nous l’avons vécu ces dernières années avec les pratiques des états-majors syndicaux organisant une manif tous les 2 mois, entrecoupée de « dialogues » dans les salons feutrés des ministères ou de l’Elysée, qui découragent les salariés et provoquent les ricanements de Sarkozy. En particulier, il convient de questionner l’unité syndicale au sommet avec un Chérèque qui, comme d’habitude, annonce ouvertement qu’il est prêt à négocier et à trouver un terrain d’accord avec le gouvernement.

Tout dépend de la base. Les travailleurs et les militants syndicaux doivent prendre les choses en main, sans attendre le bon vouloir des directions syndicales, comme le firent les Renault à Billancourt en déclenchant une grève illimitée le 16 mai 1968, entraînant en 48 heures 10 millions de grévistes à leurs cotés et imposant le plus grand succès revendicatif d’après guerre.
Dans les entreprises, les bassins d’emplois, il faut donner une nouvelle impulsion à l’action, pour créer un rapport de force qui contraigne Sarkozy et ses copains à remballer leur projet, comme l’a été obligé de le faire de Villepin en 2005 avec sa loi sur le CPE (pourtant votée par les 2 assemblées) devant l’ampleur du mouvement populaire et la mobilisation de la jeunesse.
Loin d’être une « stupidité », le « tous ensemble et en même temps » privé, public, étudiants est en réalité le seul moyen pour le mouvement populaire de marquer des points et de sortir de l’infernale spirale de reculs sociaux issue de la stratégie du syndicalisme rassemblé privilégiant la négociation et le « dialogue social » sur l’action et la lutte de classe pour battre le capital.

Cette idée commence à faire son chemin, c’est à cet objectif que s’emploie le FRONT SYNDICAL DE CLASSE. Celui-ci n’est pas une nouvelle organisation syndicale, mais un levier pour battre en brèche le syndicalisme d’accompagnement qui fait tant de mal au monde du travail en laissant le capital et ses serviteurs zélés satisfaire les exigences du profit maximum au détriment des couches populaires.
Le rejoindre, c’est œuvrer pour l’union et l’action tous ensemble et en même temps pour battre l’ennemi de classe du monde du travail.


LA RÉGRESSION NE SE NÉGOCIE PAS,
AMPLIFIONS L’ACTION
JUSQU’AU RETRAIT PUR ET SIMPLE
DE LA CONTRE RÉFORME WOERTH-SARKOZY

Pour adhérer au Front syndical de Classe :
  - Adhésion individuelle : 30 euros par an (10 pour les bas revenus)
Chèque (à l'ordre de "Front Syndical de Classe") à envoyer au trésorier :
Jacky Omer, 40 Boulevard de la Liberté, 92320 Châtillon 
  - Adhésion de syndicats et d'organisations de base : contacter le trésorier ou nous écrire à frontsyndical.classe@laposte.net

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0

PAU : COUP DE CHAPEAU A LA JEUNESSE COMMUNISTE PALOISE QUI MENE UN COMBAT EXEMPLAIRE CONTRE LES NANTIS : L'ANTI-SARKOZISME LE NOUVEAU TROMPE-L'OEIL DE LA BOURGEOISIE !

Publié le par Tourtaux

L’ANTI-SARKOZYSME

LE NOUVEAU TROMPE-L’OEIL DE LA BOURGEOISIE !

 

Nous avons atteint depuis quelques temps une nouvelle étape dans la crise d'un Capitalisme pourrissant et le peuple la subit de plein fouet. Pour nous détourner des vraies réponses, les sociaux-démocrates ont inventé une nouvelle doctrine politique totalement inédite : le Sarkozisme !

Un Président méchant, petit, bling-bling, avec des tics, qui veut passer les banlieues au karcher et qui n'a pas la dignité présidentielle.

 

Avec les élections qui se préparent, la gauche capitaliste ressort le fameux « untel est méchant » pour attaquer la droite, sans pour autant remettre en cause le système économique dans lequel nous vivons (et qui leur est profitable), basé sur l'inégalité et l'exploitation, l'injustice et l'oppression. Car oui, si on galère aujourd'hui, ce n'est pas à cause de Sarko. Un seul homme n'est pas assez fort pour être responsable de tous nos malheurs. Par contre, c'est la faute de la bourgeoisie, qui s'en met plein les poches en volant le fruit de notre production ! C'est la faute du Capitalisme ! Nous payons tous les jours les conséquences de la faillite de ce système pourrissant car la crise est dans sa nature. C'est la bourgeoisie qui a installé Sarko et c'est elle qui le virera s'il ne défend pas assez bien ses intérêts. Mais, que ce soit bien clair : nous n'avons pas notre mot à dire là-dedans. Nous devons nous contenter de subir. Et si nous nous révoltons, la bourgeoisie, quelle que soit sa « couleur politique », sera là pour nous réprimer.

 

De plus, on a bien pu voir le flop qu'a fait le No Sarko Day ! Il n'y avait personne, et heureusement, d'ailleurs, car ça n'en valait vraiment pas la peine !

 

Mais bon, admettons, Sarko est un vilain pas beau : virons-le. Oui, si Sarko partait, ce serait comment ? Cessons de rêver : l'avenir n'en serait pas plus radieux ! On a déjà vu la gauche à la présidence et au gouvernement. La vie n'a pas changé pour les classes populaires avec les gouvernements PS-PC, malgré les promesses. Et cela parce qu'il n'est pas possible de changer le système de l'intérieur, en restant dans le cadre du système capitalisme et en respectant les institutions bourgeoises. Aussi, s'ils remplacent Sarko en 2012, ils répondront aux attentes de la bourgeoisie, afin de rester en place, quoi qu'en pensent ceux qui ont encore de l'espoir dans les organisations réformistes.

 

Quelle alternative le PS a-t-il à proposer à la politique sécuritaire de Sarkozy ? Aucune ! Lors de son université d'été, le PS n'a su que dénoncer le manque d'efficacité de la politique répressive de Sarkozy et donc revendiqué de pouvoir mieux assurer la répression ! Cela se vérifie dans la pratique, il suffit de constater quelle a été la politique menée par les organisations politiques sociales démocrates, y compris le PCF : une politique anti-immigrés, répressive et impérialiste. La suppression de la nationalité est une idée venue tout droit du PS, à l'origine ! Des charters, des reconduites à la frontière, le PS ne s'en est jamais privé. Il y a un accord de fond entre tous les partis politiques bourgeois sur ces sujets.

 

Ils crient au fascisme ? Mais la bourgeoisie n'a pas besoin du fascisme pour être violemment répressive. Les valeurs de "Liberté, Egalité et Fraternité" encensées lors de la manifestation du 4 Septembre, 140ème anniversaire de la IIIème République, que représentent-elles ? Rien de plus qu'un joli masque qui cache la répression, les licenciements, les assassinats politiques (oui, oui, dans notre belle République démocratique, le militant basque Jon Anza a fait, en 2009, les frais de cette répression qui, face à un trop grand niveau de contestation, va jusqu'au meurtre)...

 

Certains profitent de ce jour pour commémorer le 140ème anniversaire de la Illème République. Mais qu'a-t-elle fait, cette Illème République ? Elle est d'abord née dans le sang des Communards, qui luttaient pour la liberté et la justice ! En effet, durant ses quatre premières années d'existence, les conseils de guerre arrêtaient, condamnaient au bagne ou assassinaient les citoyens suspects ! Puis elle a commencé par imposer le français sur son territoire, marginalisant et mettant au ban de la société ceux qui voulaient continuer à parler la langue de leurs ancêtres, la langue de leur pays. Ensuite, elle a envoyé son prolétariat crever sous les bombes et les balles en 1914. En plein milieu de cette boucherie que fut la première guerre mondiale, elle massacra ces mêmes prolétaires qui refusaient de se battre pour le Capital et les intérêts de la bourgeoisie. Alors que l'URSS se construisait, la IIIème République envoyait des troupes aider les fascistes russes à lutter contre le Socialisme. Pendant la guerre de la République Ibérique contre les troupes fascistes menées par Franco, la IIIème République « protégea » l'argent de la Banque d'Espagne. . . jusqu'à ce que Franco se hisse au pouvoir, aussi elle lui rendit. . . On est entre gens de bonne compagnie ! Et puis cette IIIème République est morte comme elle née : en effet, en confiant les pleins pouvoirs à un vieillard gâteux mais aussi un grand partisan du fascisme (P. Pétain), elle s'est sabordée pour mieux ouvrir la voie aux troupes fascistes du IIIème Reich, avec le soutien de la quasi totalité des députés.

 

Nous, communistes, ne pouvons pas nous associer à cette mascarade pré-électorale ! Les partis, réformistes ou conservateurs, font tous la même chose, quelque soit leur place au sein de l'Assemblée ou leur logo : ils ont les mêmes idées et sont aussi pourris les uns que les autres ! Aujourd'hui, en ce 4 Septembre 2010, ce n'est pas Sarkozy que nous devons blâmer, ni la IIIème République que nous devons encenser. Nous ne nous réveillons pas à l'approche des élections pour ensuite trahir nos engagements.

Nous défendons par contre les intérêts du prolétariat et des classes populaires contre la bourgeoisie, qu'elle soit à l'UMP ou au PS. Nous luttons contre la répression que subissent les classes populaires. Nous construisons l'unité du prolétariat sur le territoire de France en luttant contre le racisme et contre les politiques anti-immigrés. Nous lutterons contre chaque offensive que la bourgeoisie mène contre nos droits, que ce soit contre notre droit à la retraite ou nos libertés. Nous devons nous battre pour notre avenir, pour nos retraites, nous serons tous dans la rue le 7 Septembre.

Mais nous devons surtout nous battre contre le Capitalisme, afin de l'abattre et de construire sur les ruines de l'ancien système le Socialisme, où nous pourrons enfin supprimer les rapports d'inégalité et d'exploitation et reprendre aux profiteurs ce qui nous appartient ! C'est en renforçant le camp du prolétariat que nous parviendrons à repousser les offensives de la bourgeoisie et à remporter les victoires décisives qui nous permettrons d'atteindre notre but révolutionnaire !

 

La JCML organise la jeunesse dans cette perspective, et le ROCML a pour objectif de construire le parti qui nous permettra de réaliser cet objectif.

 

EN AVANT DANS LA LUTTE CONTRE LA BOURGEOISIE ET SES LAQUAIS !

VIVE LA REVOLUTION PROLETARIENNE ! VIVE LE SOCIALISME !

 

 

 

 

 

 

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0

LE SYNDICAT CGT 59 APPELLE A LA GREVE LE 7 SEPTEMBRE PROCHAIN POUR LA DEFENSE DE NOS RETRAITES ET POUR OBTENIR DE NOUVEAUX DROITS

Publié le par Tourtaux

 

Retraites - Septembre, c'est un bon mois pour les vendanges !

 

"Dans l'âme des gens, les raisins de la colère se gonflent et mûrissent, annonçant les vendanges prochaines."Steinbeck


 

Grève le 7 septembre prochain

pour la défense de nos retraites

et pour obtenir de nouveaux droits

 

manifestationsine-copie-1.jpg

 

c'est un minimum !

 

 

Manifestations dans le Département :

Armentières -> 9 h 15 Place Jules Guesde
Cambrai -> 10 h 00 face à l’Hôtel de Ville
Douai -> 10 h 00 Place d’Armes
Dunkerque -> 15 h 00 Place Jean Bart
Maubeuge -> 10 h 00 Espace Rive Gauche

Valenciennes -> 10h30, place d'Armes

 

Manifestation régionale :

Lille - 14 H 30 - Porte de Paris

 

et le lendemain on remet ça si nous sommes nombreux au rendez-vous. Il suffit de le vouloir.

 

Source : http://cgt59.over-blog.org/

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0

FEDERATION SYNDICALE MONDIALE : 7 SEPTEMBRE 2010 : JOURNEE INTERNATIONALE D'ACTION

Publié le par Tourtaux

  5 03 /09 /2010 14:16

 

international-action-day-spanish.jpgLa Fédération Syndicale Mondiale –FSM- appelle le mouvement syndical et les organisations progressistes du monde à agir pour participer en se joignant à nous le 7 Septembre 2010 pour participer à cette jounée d’action.

En 2009-2010, nous vivons une période de crise globale du système capitaliste. Cette crise est profonde et embrasse toutes les sphères du système, l’économie, les politiques, la culture, l’environnement et même les relations personnelles du peuple. Le Fonds Monétaire International ( FMI) attaque les pays avec la dette et impose avec les gouvernements de ces pays des politiques profondément contre le monde du travail.

L’espoir pour les travailleurs réside dans les luttes, sur l’engagement des jeunes, des femmes et des immigrants, du peuple de ces pays e dans ces combats. En Europe, en Asie, en Amérique Latine les peuples marchent dans les luttes et font des revendications.

Aujourd’hui, chaque groupe comprend que la crise concerne chacun. La crise est partout. Aussi la coordination devrait-elle s’organiser. Coordination, coopération- internationalisme et solidarité. Pas tout seul mais tous ensemble, dans tous les pays, tous les travailleurs, tous les chômeurs. Tous ensemble pour combattre avec des revendications modernes qui répondent aux besoins élémentaires.

Nous demandons pour sortir de la crise :

· Les travailleurs ne doivent pas payer la crise. Les trésors cachés doivent être interdits.

· Arrêt des dépenses pour les équipements militaires et cet argent doit profiter aux chômeurs et aux plus modestes

· Action maintenant pour annuler la dette des pays du Tiers Monde

· Gratuité de la santé publique, de l’éducation; de la nourriture et de l’eau pour tous.

· Investissement public pour la création d’emplois. Satisfaction des besoins élémentaires des travailleurs.

Par des petites et des grandes luttes, la classe ouvrière internationale comprendra que l’avenir de l’humanité ne peut se prouver que par l’abolition de l’exploitation de l’homme par l’homme. Parce que le capitalisme ne peut s’amender!!!

Rejoignons les forces et les voix dans les mobilisations de la Journée d’Action,

7 Septembre 2010

Syndicat et organisations sociales dans leur pays respectif, leur région et les lieux de travail ajoutez vos revendications à l’appel de la FSM. Tenez des activités sur le lieu de travail et dans les branches professionnelles

Le 7 Septembre chaque syndicat peut choisir la voie de son action

7 Septembre Journée Internationale d’Action

Tous les travailleurs unis !

 

Source : FSC

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article
Repost0